Rencontre avec Antoine Frankart et Matthieu Dallon, fondateurs d'Oxent

Par Marion Roucheux
Publié le 8 décembre 2011

Rencontre avec Antoine Frankart et Matthieu Dallon, fondateurs d'Oxent

Rencontre avec Antoine Frankart et Matthieu Dallon, fondateurs d'Oxent

© iStockphoto
Partages
 
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Antoine et Matthieu, respectivement 25 et 38 ans, ont monté en 2009 la start-up Oxent qui édite le réseau social Gamersband. Ils réunissent aujourd'hui une communauté de 200 000 joueurs en ligne et organisent la coupe du monde des jeux vidéo.


Antoine Frankart a 23 ans lorsqu’il remporte le prix du Petit Poucet en 2009 pour son projet d’entreprise. L’idée : créer un Facebook des joueurs de jeux vidéo. Pour mener son projet à bien, le jeune entrepreneur décide de s’associer et contacte Matthieu Dallon, un routard de l’entrepreneuriat, qui a déjà créé plusieurs sociétés et qui est séduit par le projet. Le duo démarre dès le mois de septembre 2009. « Nous avons commencé en établissant le business plan, en réfléchissant à la marque et à la stratégie à adopter », raconte Matthieu. En décembre la start-up Oxent est née : une agence Internet spécialisée dans les jeux vidéo.

À la même période, la société effectue une levée de fonds de 250 000 euros auprès du fonds Petit Poucet. « Nous avons démarré notre activité en montant une plateforme de diffusion de communiqués de presse en ligne : un galop d’essai nous permettant de tester la technique et de générer rapidement du chiffre d’affaires », se souvient Antoine. 17 000 euros de chiffre d’affaires sont ainsi générés sur la première année d’activité. Ensuite, les deux associés s’attèlent à la création de Gamersband, leur réseau social des joueurs. Ils embauchent deux développeurs en juillet 2010 et mettent en ligne la première version du site en février 2011. « L’objectif était de regrouper sur une même plateforme tous les jeux et consoles du marché et permettre aux joueurs de se réunir, en localisant les autres utilisateurs les plus proches de chez eux et en organisant des tournois », explique Antoine. « Aujourd’hui, nous gérons avec Matthieu une communauté de 200 000 joueurs », se réjouit-il.

Fort d’un bon accueil des utilisateurs, Oxent effectue une deuxième levée de fonds de 250 000 euros en mai 2011 auprès d’un fonds d’investissement. Cela permet à la start-up de développer sa plateforme et ses fonctionnalités et surtout d’asseoir son succès. En effet, Oxent est contacté par l’ayant droit de la coupe du monde des jeux vidéo pour être le producteur et organisateur de l’événement en 2011. Une activité qui répond au modèle établi par les associés : « être à la fois une plateforme au service des éditeurs et avoir un volet événementiel ». Une combinaison payante : Oxent a généré un chiffre d’affaires de 500 000 euros en 2011 et table sur 1,5 million d’euros en 2012.

Leurs conseils
Se tourner vers les fonds, concours et organismes qui aident les entrepreneurs
S’associer
Persévérer, la success story n’est pas une trajectoire linéaire

Leur bio

Antoine Frankart
1986 : Naissance à Paris
2005 : Découverte de la programmation web
2007 : Lancement d'eGame-star
2009 : Lauréat du concours Petit Poucet
2009 : Création de la société Oxent

Matthieu Dallon
1973 : Naissance à Paris
2000 : Co-fondateur de Ligarena SA (1re start-up dédiée à la compétition de jeu en réseau)
2003 : Créateur de la Coupe du Monde des Jeux Vidéo (ESWC)
2010 : Lancement de la béta de Gamersband.com

Retrouvez tous les lundis nos portraits de créateurs dans le Parisien Économie

VOIR AUSSI

Be2store : ils se sont lancés dans la délégation e-commerce
Olivier et David ont créé leur entreprise dans l’informatique
Télécharger sa musique légalement c'est possible, grâce à Beezik
Rencontre avec Matthieu Pinon et Mickaël Bizouati, créateurs des Insurgés

Avec notre partenaire

Caisse des Dépôts

La Caisse des Dépôts lance une campagne institutionnelle, retrouvez-la ici et visitez le site www.caissedesdepots.fr

Et vous, aimeriez-vous créer votre boîte ?
           
 

Commenter

6 commentaires

fidjikelyna - 08/12/11 09:38
l'idée etait bonne puisque çà marche bien, tant mieux mais moi cela ne m'attire pas
angel95 - 08/12/11 09:44
Je pense qu'ils ont bien visé car cela marche très bien pour eux,mais moi j'aime pas trop ça.
country33 - 08/12/11 10:11
Je suis ravie de voir que leur projet est pour le mieux, mais je ne suis pas pour les jeux en ligne, alors tant pis.
debonmatin - 31/01/12 11:32
Une idée géniale par sa simplité, beaucoup d'intelligence mais beaucoup de travail surement, c'est fructeux.
franmic64 - 07/02/12 22:21
Un concept en voie de développement et beaucoup de boulot!
country33 - 07/02/12 22:38
C'est vrai qu'on ne va pas blamer des nouveaux concepteurs plein d'ingéniosité même si moi ce n'est pas mon idée.

Rechercher sur @WORK

ex: SARL, maternité, Licenciements...

Avez-vous déjà osé jouer de votre charme au bureau ?

Recevoir la newsletter

Les Coachs

Eric-Jean  Garcia
Eric-Jean Garcia
Sabine  Judkiewicz
Sabine Judkiewicz
Marc Roussel
Marc Roussel
Fermer