Top 20 des expressions et anglicismes les plus utilisés au bureau

Top 20 des expressions et anglicismes les plus utilisés au bureau
Top 20 des expressions et anglicismes les plus utilisés au bureau
Après la tertiarisation de l’économie et le plan Marshall, nombre d’entre nous se sont retrouvés assis derrière un bureau, à utiliser des borborygmes en franglais. Pour la sortie de son nouveau baromètre « Emploi et réseaux sociaux », RegionsJob a tenté de déterminer les plus utilisés.
A lire aussi
Bureau vivant, robot Double, machine à sieste : top 5 des innovations du bureau du futur
emploi
Bureau vivant, robot Double, machine à sieste : top 5 des...


On se fait un brief ASAP sur les process dans l’open space ? Si vous n’avez rien compris, c’est n’est pas forcément un problème. Réalisé avec l’outil Bringr, ce top 20 est tiré de plus de 600 000 messages postés sur les réseaux sociaux, analysés sur la période du 22 novembre 2013 au 6 janvier 2014. Avec d’abord une (demi) surprise : 13 anglicismes sur le podium, comme « process », « brief », « corporate », « overbooké » ou encore « to-do list ». Quant aux termes dans la langue de Molière, par contre, ils révèlent presque tous un appétit pour les pauses (donc la nourriture ?), les tickets restos (ah !), le café, et les cigarettes. Mais aussi pour…les pots de départ, ce qui nous ramène plus prosaïquement  la mobilité professionnelle, donc à la conception du travail elle-même. Car ce qui fascine peut-être le plus ici, c’est l’interaction entre les deux langues. Alors faut-il s’inquiéter des anglicismes, comme le linguiste Claude Hadège qui déclarait « imposer sa langue, c'est imposer sa pensée » ?

>> Top 50 des expressions pro les plus exaspérantes << 

© RegionsJob


My taylor is rich

Pour en avoir le cœur net, traduisons les anglicismes de ce top 20, en ordre décroissant : « procédure », « réunion préparatoire », « d’entreprise », « aussi vite que possible », « débordé », « liste des choses à faire », « suivi des performances », « espace ouvert », « remue-méninges », « date-butoir », « retour d’information », « conférence téléphonique » et « rapportage ». Si l’on en croit ceux qui avancent que notre conception du travail s’aligne sur les mêmes voisins que notre langue, rien de très rassurant ici.  Mais en face, d’autres répondront que beaucoup de mots n’ont pas d’équivalents d’une langue à l’autre, donc qu’être polyglotte c’est quelque part être aussi « poly-pensée ». A moins que tout ça ne relève que d’un banal problème de style, simplement parce que « deadline » en jette plus que « date butoir » ? En tout cas, le changement de langage correspond ici, peu ou prou, au changement de champ sémantique. En effet, où sont passés la nourriture et les pauses dans nos emprunts à Shakespeare ?

VOIR AUSSI

Les patrons séduisants font grimper le cours de l'action de leur entreprise
L'échec est la mère de toutes les victoires : développons la culture du rebond !
Et si vous cessiez de croire que votre entreprise est remplie de personnalités toxiques ?