Régime 5:2 : le jeûne est-il dangereux pour la santé ?

Régime 5:2 : le jeûne est-il dangereux pour la santé ?
Régime 5:2 : le jeûne est-il dangereux pour la santé ?
C'est le « it » régime de l'été 2013, il fait la une de la presse féminine anglo-saxonne et française depuis quelques semaines. Pourtant le régime 5:2 est ouvertement critiqué par les nutritionnistes et les diététiciens : manger ce qu'on veut pendant cinq jours de la semaine, et se sous-alimenter les deux derniers est-il vraiment dangereux ? Les religions n'ont-elles pas fait l'apologie du jeûne ? Quelle différence avec le principe de la détox ? Eléments de réponse avec Catherine Grangeard, psychanalyste spécialiste du poids.
A lire aussi
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour les femmes
News essentielles
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour...


Terrafemina : Le principe du régime 5:2 (cinq jours d’alimentation sans contraintes, deux jours de jeûne à 500 calories par jour) vous choque-t-il ?

Catherine Grangeard* : Bien sûr. C’est une nouvelle folie qui s’inscrit dans la droite ligne des régimes proposés depuis dix ans. À chaque saison sa mode. En tant que psychanalyste j’observe ce même principe d’espérer qu’une solution miracle puisse tomber du ciel, et un refus du principe de réalité : contrôler son poids et le maîtriser implique une responsabilité à plein temps et non deux jours par semaine. Notre corps et le même du lundi au dimanche, soyons sérieux.

Tf : Existe-t-il un réel danger à se priver deux jours par semaine ?

C. G. : Certaines personnes fragiles qui veulent perdre du poids vont en effet adhérer et appliquer ce régime à la lettre, et ils vont aggraver leur situation initiale. Leur corps va s’habituer à la famine des deux jours, et va stocker davantage les cinq autres jours. Sur le long-terme l’échec est garanti, or l’estime de soi souffre de ce genre d’échec. Je pense qu’il faut amener les gens à décrypter les modes et à se poser les bonnes questions : est-ce que je conseillerais cette méthode à mes enfants ? Le principe de déstructurer mon alimentation peut-il être bon pour moi ?

Tf : 500 calories par jour, est-ce vraiment intenable ? Peut-on parler de jeûne ?

C. G. : C’est la famine même. Même à 1200 calories par jour les gens au régime peinent à tenir… Si l’on pense aux personnes qui ont tendance à compenser avec la nourriture, c’est tout à fait excessif. Je pense globalement qu’il faut faire entrer dans la tête des gens que l’excès ne peut pas être bon pour le corps : le passage d’un excès de calories à une sous-alimentation est forcément dangereux pour l’organisme. 

Tf : La plupart des religions ont pourtant fait l’apologie du jeûne, et le mot « détox » s’est imposé en diététique…

C. G. : Ce qui est mauvais, c’est de passer de trop à trop peu. Il faut considérer qu’à l’époque où les religions ont mis en avant le jeûne, il n’y avait pas l’abondance alimentaire qui règne à notre époque. Le jeûne était moins violent et on passait sans doute de 1500 à 500 calories… Aujourd’hui, comment peut-on imaginer passer de 3000 à 500 calories d’un jour à l’autre ?

Tf : Mais l’idée de « faire attention » deux jours par semaine est-elle mauvaise ?

C. G. : C’est autre chose que de s’affamer. L’idée d’éviter par exemple le gras ou la malbouffe pendant deux jours est tout à fait judicieuse, surtout qu’elle peut profiter à tout le monde. Quand on décide de ne pas manger ou de ne manger que certains aliments on tombe dans l’excès, et on s’exclut de son entourage, de sa famille ou de ses amis. 

*Catherine Grangeard est psychanalyste et spécialiste de l'obésité. Dernier ouvrage paru « Comprendre l’obésité. Une question de personne, un problème de société », Albin Michel, 2012.

VOIR AUSSI

Le régime 5:2 : le carton de l'été ?
Régime 5:2 : une diète contre-nature
Faut-il avoir peur du régime Dukan ?
Régime 5:2 : bientôt plus populaire que Dukan ?

À voir
Aussi