Sidaction 2012 : « Sur la bonne voie pour parvenir à vivre dans un monde sans sida »

Par Marie-Laure Makouke
Publié le 30 mars 2012

Sidaction 2012 : « Sur la bonne voie pour parvenir à vivre dans un monde sans sida »

Sidaction : « Sur la bonne voie pour parvenir à vivre dans un monde sans sida »

© AFP/Archives 2011
Partages
 
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Depuis 18 ans, le Sidaction mène un combat sans relâche pour faire reculer la propagation du virus du sida dans le monde, en informant, sensibilisant et récoltant des fonds pour la recherche. Le coup d'envoi de cette édition 2012 sera donné à 20h35 dans les médias tandis que, aux quatre coins de la France, plus de 300 animations ponctueront le weekend. Une mobilisation de grande ampleur nécessaire pour parvenir, un jour, à l'éradication d'une maladie responsable de 5 000 décès par jour.


Née en 1994 sous l’impulsion de Line Renaud, « Ensemble contre le sida », plus connu sous le nom de Sidaction fête cette année ses 18 ans. L’opération qui débute ce vendredi se poursuivra pendant trois jours et sera relayée par pas moins de 14 chaînes de télévision et trois radios. Une mobilisation nécessaire au vu des difficultés rencontrées par les associations engagées dans la lutte contre le sida, entre autres. Ces dernières « risquent de diminuer car elles ont de moins en moins accès à des soutiens financiers, s’inquiète en effet Françoise Barré-Sinoussi, directrice de recherche à l’INSERM et co-lauréate du prix Nobel de médecine en 2008. La crise économique a entraîné des réductions budgétaires, parfois drastiques, ce qui nous inquiète tous car l’action de ces associations est essentielle. »

« Nous n’en avons pas fini avec le sida »

Et pour cause, chaque jour, ce sont 5 000 décès qui sont attribués à la maladie tandis qu’on estime à 34 millions dans le monde, le nombre de personnes vivant avec le virus du sida (VIH). En France, 150 000 personnes seraient porteuses du VIH, et, chaque année, plus de 6 000 découvriraient leur séropositivité. Parmi celles-ci, 12 % auraient moins de 25 ans et 18 % plus de 50 ans ; preuve, comme le rappelle François Dupré, directeur général du Sidaction, que « nous n’en avons pas fini avec le sida ». Certes, les avancées médicales ont été nombreuses depuis la découverte de la maladie en 1981. Ainsi, grâce à l’efficacité des trithérapies, cette infection, hier mortelle, « est aujourd’hui une pathologie chronique avec laquelle vivent des millions de personnes », se félicite le docteur Barré-Sinoussi, auteur de « Pour un monde sans sida – Un combat partagé » chez Albin Michel. Et de louer le « travail incessant des chercheurs, épaulés par les cliniciens et les associations de patients ». Malgré tout, il est toujours impossible de guérir de la maladie.

Sida : l’affaire de tous

Autant de raisons pour lesquelles, l’édition 2012 du Sidaction a pour slogan cette année : « Ensemble, vous n’imaginez pas le pouvoir que nous avons ». Le pouvoir de « faire avancer la recherche pour créer des médicaments moins toxiques et plus efficaces, de perpétuer l’espoir d’éradiquer le VIH de l’organisme ou celui de découvrir un vaccin, ou encore celui d’apporter une aide matérielle indispensable à la qualité des soins de ceux qui vivent en situation de précarité », énumèrent ainsi Pierre Bergé et la vice-présidente du Sidaction qui n’est autre que la chanteuse et comédienne, Line Renaud.
Et c’est pour sensibiliser le grand public et rappeler que la lutte contre le sida est bel et bien l’affaire de tous, que le Sidaction a choisi, pour cette 18e édition, de revenir à une campagne de mobilisation de grande ampleur. Et pour cause, si l’on en croit Françoise Barré-Sinoussi, « le chemin est certes long mais il est certain que nous sommes sur la bonne voie pour parvenir, un jour, à vivre dans un monde sans sida. Ce but, nous l’atteindrons en suivant le modèle pasteurien de la recherche : une coopération forte entre recherche fondamentale et clinique, sans oublier l’interface avec les sciences sociales, l’investissement des secteurs privés et publics, l’intervention des autorités de santé publique et, enfin, la participation centrale de la société civile, en particulier des personnes vivant avec le VIH».

Les animateurs TV et radio mobilisés pour le Sidaction

Ainsi, dans les médias, le coup d’envoi du Sidaction 2012 sera donné ce soir, sur les coups de 20h35, par la diffusion, par l’ensemble des partenaires audiovisuels, d’un clip de lancement auquel ont participé 67 animateurs. Par ailleurs, plus de 300 animations seront organisées, tout le week-end, dans de nombreuses villes de France, de Bordeaux à Cayenne, en passant par Nantes et Marseille. « Nous devons dépasser les 5 millions d’euros collectés lors du Sidaction 2011 », a déclaré François Dupré. Conformément à ses statuts, l’association consacrera la moitié des fonds nets collectés aux programmes scientifiques et médicaux, et la moitié aux programmes de prévention et d’aide aux malades.
Il est possible de faire un don au profit du Sidaction, par téléphone au 110, numéro gratuit qui restera ouvert jusqu’au 11 avril, par SMS en envoyant le mot « DON » au 33 000 ou en ligne sur le site du Sidaction.


Françoise Barré-Sinoussi, Crédit photo : Workshop Chairé

Crédit photo : AFP/Archives 2011

VOIR AUSSI

Sidaction 2011 : 5,6 millions d'euros récoltés
Une Saint-Valentin sous le signe de la prévention contre le Sida
Sida : des antirétroviraux génériques pour les plus pauvres
Condamné pour avoir sciemment transmis le VIH à sa femme

Voir aussi :  evenement    sida   
 

Commenter

2 commentaires

omaha - 02/04/12 07:19
Je ne crois pas que cette maladie un jour disparaitra, elle a fait tellement de ravages et en fera tellement encore. Il faut que la recherche avance encore et encore
country33 - 02/04/12 09:28
Cette année le spromesses de dons ont encore explosé pour la seconde année consécutive , alors malgré la crise c'est bien . Il faut savoir que 70% de sdons sont partagés entre les associations et la recherche, le reste c'est pour la logistique.

L'appli Terrafemina

Entreprises partenaires

Fermer