Pilule de 3e génération : le risque de thrombose multiplié par 3

Par Marine Deffrennes
Publié le 11 avril 2012

Pilule de 3e génération : le risque de thrombose multiplié par 3
Partages
 
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
La Food and Drug Administration confirme le risque multiplié par 3 de thromboembolie veineuse associé aux pilules contraceptives dites de 3e génération, qui contiennent de la drospirénone. L'Agence de santé américaine formule pour la première fois une mise en garde claire à destination des médecins et des patientes.


La pilule de troisième génération, contraceptif « combiné » contenant de la drospirénone, accroît les risques de thromboembolie veineuse (TEV), c’est-à-dire la formation de caillots de sang dans les veines. C’est la FDA, l’Agence américaine de santé, qui se prononce au terme d’une évaluation des risques.
La question n’est pas récente, la pilule contraceptive est soupçonnée de favoriser ces pathologies depuis plusieurs décennies, mais aucune agence n’avait tranché sur la dangerosité plus importante des pilules contenant de la drospirénone, par rapport aux pilules à base de progestatifs –dites de 2e génération. En octobre 2011, la FDA alertait sur le danger de ces pilules pour les femmes de plus de 35 ans, et insistait sur le respect des conditions de prescription de ces contraceptifs, réservés aux femmes ne présentant pas de risque de TEV.

La FDA propose aujourd’hui une responsabilisation des professionnels de santé, mais aussi des patientes, invitées à se poser la question de leurs prédispositions à la thrombose veineuse, lorsqu'elles choisissent leur contraceptif. L'Agence américaine veut imposer aux laboratoires l’ajout de mises en gardes sur les notices des pilules de 3e génération, indiquant « un risque multiplié par 3 » de thromboembolie veineuse par rapport aux pilules à base de lévonorgestrel ou autres progestatifs, en incluant un résumé des résultats de l’étude de la FDA.
Cette mesure ne concerne pas encore les notices européennes. L’équivalent européen de la FDA, L’EMA (European Medicines Agency) a pourtant mené sa propre étude sur les pilules de 3e génération. En novembre dernier, l'Afssaps avait adopté une position rassurante et néanmoins ambiguë, suite à la publication de l’étude de la FDA, « Le rapport bénéfice/risque des contraceptifs oraux reste positif, quel que soit le progestatif utilisé », avait affirmé l’Agence française, tout en confirmant une augmentation du risque de thrombose veineuse « chez les femmes sous contraceptifs de troisième ou quatrième génération », décrivant « un effet indésirable bien connu, rare mais potentiellement grave ».

Crédit photo : Stockbyte

VOIR AUSSI

Pilule versus Phlébite : le rapport bénéfice/risque reste positif
La pilule dernière génération dangereuse pour la santé
Pilule et tabac : un cocktail fatal pour le cœur des femmes

Voir aussi :  sante    contraception    danger   
 

Commenter

12 commentaires

country33 - 11/04/12 13:02
Je n'ai jamais pris la pilule mais certaines femmes ont eu bien des désagréments pour la supporter et par contre je sais que certaines sont plus fortes que les autres et font des effets indésirables.
levaillant - 11/04/12 13:30
levaillant n'affolez pas les jeunes filles sous pilule qui y trouvent de nombreux avantages. Un risque faible même multiplié par 3 reste un risque faible. Il ne s'agit pas de toutes les pilules de 3 ème génération mais de celles qui contiennent de la drosperinone.N'oubiez pas de préciser que la grossesse est beaucoup plus à risque de thrombose que n'importe quelle pilule.
ladymam - 11/04/12 14:03
je ne peu plus prendre de pillules depuis quelques années justement a cause de thrombose !
levaillant - 11/04/12 14:42
levaillant vous n'avez pas eu de chance car plus de 99 pour cent des femmes n'auront pas de problème sous pilule
omaha - 11/04/12 16:25
il aurait été interessant de connaitre le nom des pilules incriminées
Kouglof - 11/04/12 16:51
Jasminelle, ma pilule, contient de la drospirénone.
sandrine6405 - 11/04/12 19:01
Je trouve ça très dangereux on croit qu'il y a des progrès de fait dans la composition de ses pillules contraceptives et au contraire, les effets secondaires sont encore pire !
levaillant - 12/04/12 10:07
levaillant encore une fois ce n'est pas très dangereux les risques restent faibles. ces pilules ont beaucoup d'effets positifs et la grossesse entraine beaucoup plus de risque de thrombose que la pilule faut il arrêter de faire des bébés?
milk4491 - 17/04/12 18:57
beaucoup d'effet indésirable alors que d'autre contraception existent
levaillant - 17/04/12 20:15
il est vrai qu'il existe d'autres contraceptions mais parfois seules ces pilules sont tolérées. Il est vrai qu'il vaut mieux prescrire d'autres pilules. Mais actuellement la mode est au retour en arrière,méthodes de calcul et autres. on voit une demande croissante de stérilet qui quoiqu'en disent certaines journalistes ne sont pas supportés par tout le monde. Une grande étude anglaise a démontré récemment qu' après 50 ans de recul les femmes qui ont pris la pilule vivent plus longtemps que les autres. Les femmes des années 50 ont vécu la pilule comme un immense progrès et une grande libération. Maintenant elle est vécue comme une contrainte..changement d'époque!
ysabella - 17/04/12 23:10
Je ne suis pas certaine que la pilule, si elle a représenté un grand progrès, soit encore considérée comme tel. En effet, de nombreuses études parues dans des revues scientifiques anglo-saxonnes et françaises tendraient à prouver que toutes les pilules ont des effets négatifs sur la santé et démontreraient leur cancérogénicité (comme de nombreux médicaments qui ont connus leur heure de gloire et qui sont désormais retirés du marché). Voici un livre instructif, écrit par le cancérologue professeur Henri Joyeux: "Femmes, si vous saviez! Des hormones de la puberté à la ménopause" Editions François-Xavier de Guibert –
exhine - 21/04/12 18:19
Pour la thromboembolie veineuse, les chiffres fournis par les études sérieuses sont de 0,2/1000 pour les pilules 2ème générations et montent à 0,4/1000 pour la 3ème, ce n'est pas très élevé, surtout qu'on ne précise pas le pourcentage naturel sans prise. Pour le cancer, les pilules influent négativement pour certains et positivement pour d'autres, ce n'est pas si simple, d'autant que les études ne savent pas prendre en considération les interactions avec d'autres traitements passagers, pris par les patientes. Je ne glorifie rein, je dis seulement de se baser sur les faits sans panique ni apriori. Il y a autant de campagnes de désiformation(lancées par des opposants à toutes les contraceptions) pour empêcher la prise que de publicités faites par les labos pour vendre, il faut essayer de rester serein et de bien se renseigner.

Entreprises partenaires

Fermer