IVG : alerte sur les avortements répétés

Par La rédaction
Publié le 16 mai 2012

IVG : alerte sur les avortements répétés

IVG : alerte sur les avortements répétés

© iStockphoto
Partages
 
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Un rapport publié mardi par le National Health Service britannique alerte sur la répétition de plus en plus courante de l'avortement. Les taux enregistrés par les experts font craindre que l'IVG soit en train de devenir un moyen de contraception.


Le National Health Service britannique a lancé mardi une alerte sur l’utilisation de l’avortement répété comme moyen de contraception. Dans un rapport, qui ne fournit pas les motivations des femmes qui se font avorter, l’organisme souligne qu’au Royaume-Uni, une IVG sur trois est répétée, montrant comme exemple les données de 2010, où 34% des avortements enregistrés ont été répétés. Il s’agit d’un phénomène en hausse, qui touche spécialement les femmes âgées de plus de 35 ans. En outre, cette tendance augmenterait avec l’âge : 44% de ces IVG sont enregistrées chez des femmes âgées de plus de 35 ans.

Quant à la France, un rapport de l’ORS de Bourgogne réalisé en 2005 fait un portrait plus proche du type de femme qui aurait tendance à répéter cette pratique : elle a généralement un nombre élevé d’enfants au moment de la première IVG, vit dans une situation de couple instable, avec une série de problèmes économiques liés au chômage. Les dernières statistiques françaises de l’Ined donnent un taux global de 35% d’IVG répétées, indiquant aussi que près de quatre femmes sur dix utiliseront l’option de l’IVG au moins une fois dans leur vie.

Alexandra Gil

Sources : National Health Service et Department of Health
Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Avortement : la « marche pour la vie » interpelle les candidats
Un professeur révoqué pour avoir montré une vidéo anti-IVG à ses élèves
Droit à l'avortement : l'Espagne fait marche arrière
Marine Le Pen : « il faut cesser de rembourser l’avortement »

Voir aussi :  sante    contraception    avortement   
 

Commenter

10 commentaires

jeant - 16/05/12 11:42
En France aussi il y a le même problème. Donc Marine le Pen n'avait finalement pas tort de vouloir lutter contre ces avortements répétés.
Alescandra - 16/05/12 11:54
Tant que les moyens de contraception ne seront pas mieux remboursés par la sécu et les mutuelles, cela continuera. C'est plutôt hypocrite de rembourser les actes de derniers recours (IVG, pillule du lendemain) mais pas ceux de prévention. Je ne dis pas qu'il faille arrêter de rembourser ces actes mais seulement que si on veut agir avec cohérence, c'est en amont qu'il faut travailler. A l'heure actuelle, à ma connaissance, les seuls moyens de contraception remboursés sont l'implant contraceptif, le stérilet (et encore ça dépend de quel type de stérilet) et quelques pillules génériques sachant que plus d'1/3 des pillules prescrites aux femmes par leur gynéco ne sont pas remboursées. L'implant contraceptif est une bonne solution économique, mais il reste assez "intrusif", peu souple (un implant c'est 3 ans de durée de vie, et mini-intervention chirurgicale pour l'enlever) et toutes ne réagissent pas bien à son dosage. Le stérilet est très souvent déconseillé aux femmes n'ayant pas enfanté. Reste la pillule, mais toutes ne sont pas égales face à la Sécu.
Alescandra - 16/05/12 11:56
Le tort de Marine Le Pen n'est pas de vouloir lutter contre l'augmentation de ces avortements répétés, son tort a été de parler d'"IVG de confort" et de stigmatiser comme d'habitude les femmes devant y faire appel en proposant de dérembourser, plutôt que de chercher les causes.
sandrine6405 - 16/05/12 12:41
Oui mais comme il est dit dans cet article certaines femmes se servent de l'IVG comme mode de contraception et elles sont apparemment de plus en plus nombreuses
selenia1682 - 16/05/12 20:13
Il faudrait mettre à l'amende les femmes qui abuse, qu'une femme subisse une fois une IVG d'accord mais plusieurs ce n'est pas normal, si la 2ème IVG n'était remboursé qu'à 50%, la 3ème à 25%, ... je suis sûre que les femmes ne s'en servirait plus comme moyen de contraception! Perso j'ai un sterilet Mirena et je n'ai pas déboursé plus d'une quinzaine d'euros pour ce sterilet qui sont resté à ma charge et les consultation annuelle de gyneco pratiqué en hopital en consultation publique ne coûte rien du tout donc je ne pense pas que ce soit une question du prix des contraceptifs actuels
selenia1682 - 16/05/12 20:16
Et quand j'étais sous pilule pareil remboursé totalement par la secu, j'ai dû avoir de la chance par contre j'ai une amie qui paye sa pilule 30 euros la boite non remboursé car elle a des problème de santé et il n'y a que cette pilule qu'elle peux prendre
ladymam - 16/05/12 21:40
il ne faut vraiment pas le prendre pour un contraceptif et avoir un dossier médical ou serait inscrit le nombre d 'IVG de la personne.
alexandrine - 17/05/12 10:35
L'IVG n'est pas un acte anodin, il ne doit pas être perçu et utiliser comme un moyen de contraception, il faut avertir ces femmes et leur faire comprendre que d'autres moyens existent.
omaha - 17/05/12 17:06
moi je pense qu'en cas d'IVG a réptition sur une même année par exemple, alors il faudrati payer une part de cet acte et en effet comme le souligne alex, il faudrait que la pilule soit remboursée integralement
linelu7 - 19/05/12 22:11
une fois, ça va mais se faire opérer plusieurs fois pour ça, c'est de l'abus. à un certain âge, il est bon de savoir prendre ses dispositions pour ne pas se retrouver dans certaines situations....

L'appli Terrafemina

Entreprises partenaires

Fermer