Implants PIP : 8 000 porteuses se sont fait retirer leurs prothèses

Par
Publié le 5 juin 2012

Implants PIP : 8 000 porteuses se sont fait retirer leurs prothèses

© AFP
Alors qu'on estime à 30 000 le nombre de femmes porteuses d’implants mammaires PIP en France, 8 000 d’entre elles auraient déjà bénéficié d’un retrait. En effet, ces prothèses présentant des taux de rupture et d’effets indésirables bien supérieurs à la moyenne, l'explantation préventive reste fortement recommandée.


Selon le dernier bilan de l'Agence des produits de santé (ANSM – ex Afssaps), fin avril, près de 8 000 femmes ont bénéficié d’un retrait de prothèse mammaire PIP, ces implants au gel frelaté au cœur d’un scandale sanitaire mondial depuis la fin 2011.
Les informations transmises à l’ANSM font ainsi état de 7 868 retraits, dont 5 257 à titre préventif. « Un total de 48 cas d'adénocarcinomes mammaires (cancers) ont par ailleurs été déclarés à l'agence chez des femmes porteuses de PIP », soit trois cas de plus qu'à la fin mars, a précisé cet organisme. Ce chiffre ne remet cependant pas en cause l'avis de l’Institut national du cancer selon lequel il n’existe pas, selon les données disponibles, de sur-risque de ce type de cancer chez les porteuses d’implants PIP en comparaison à la population générale, pas plus qu’avec les porteuses d’autres types de prothèses.

Toutefois, les prothèses PIP présentent un taux de rupture et des réactions inflammatoires très supérieures à la moyenne. D’ailleurs, jusqu’à fin avril, 2 702 ruptures de prothèses ont été constatées chez 2 252 femmes, certaines ayant eu plusieurs ruptures, soit 475 de plus qu’à la fin mars. Au vu des ces événements indésirables et précoces, « l’explantation préventive reste recommandée », tient à rappeler l’ANSM. En France, 30 000 femmes seraient porteuses d’implants mammaires PIP, 400 000 à 500 000 dans le monde.

Mis en examen en début d’année pour blessures volontaires, Jean-Claude Mas, le fondateur de l’entreprise de confection d’implants Poly Implant Prothèse, a été écroué le 6 mars dernier, faute d’avoir payé une caution de 100 000 euros.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Les victimes des prothèses PIP attaquent le ministère de la Santé
Prothèses mammaires PIP : les victimes manifestent à Paris
Prothèses mammaires : Edwige, premier décès d'une victime PIP
Les prothèses PIP remplies d'additifs pour carburant

Voir aussi :  sante    france   
 

Commenter

5 commentaires

ladymam - 05/06/12 11:24
je comprend bien que ces femmes ont peur et ce font enlever ces prothèses, il faut mieux avoir de petits seins qu 'une grave maladie!
alexandrine - 05/06/12 11:32
Il reste encore beaucoup de prothèses à retirer, c'est un vrai calvaire pour toutes ces femmes, il faut une nouvelle fois passer sur la table d'opération pour les enlever.
country33 - 05/06/12 13:30
Je suis quand même bien triste de voir ce constat des personnes qui se sont fait implanter des choses comme ça aussi nocives , mais je pense à ce sfemmes qui après avoir lutté contrre leur cancer du sein se sont vu presque normale avec cette "cochonnerie" qu'on leur a mise et qui leur avait redonné un aspect presque normal et qui redonnait espoir.
lillykyle - 05/06/12 13:44
c'est triste ! je d'accord avec toi country y'en a qui en avait besoin .
country33 - 21/01/13 13:34
J'aui une amie qui ne veut plus rien car elle a très peur de refaire encore des soucis car il ne faut pas croire certaines ont eu des soucis à cause des implants.

Jouez

Entreprises partenaires

Fermer