Paternité tardive : plus de risque d'autisme et de schizophrénie pour le bébé

Paternité tardive : plus de risque d'autisme et de schizophrénie pour le bébé
Paternité tardive : plus de risque d'autisme et de schizophrénie pour le bébé
L'âge du père est tout aussi important que celui de la mère pour la santé d'un bébé, selon une étude publiée mercredi dans la revue scientifique britannique Nature. Plus un homme est âgé, plus il risque de transmettre à ses enfants un génome comportant de nombreuses mutations spontanées pouvant être à l'origine de troubles autistiques, de schizophrénie et de malformations congénitales.
A lire aussi
Autisme : plus de risques pour les bébés prématurés
maladies
Autisme : plus de risques pour les bébés prématurés


Alors qu’à 20 ans, un homme transmet 25 mutations génétiques spontanées, il en transmet 65 à l’âge de 40 ans, selon une étude publiée mercredi dans la revue scientifique britannique Nature. Ces mutations, qui sont l’une des principales sources de diversité génétique et donc moteur de notre évolution, peuvent parfois générer des maladies ou des malformations congénitales osseuses, cardiaques ou rénales.

Et si cette étude n’est pas la première à évoquer un lien entre la paternité tardive et l’augmentation de certaines maladies, celle-ci « rapproche tous les faits connus jusqu'à présent et les mesure de façon fiable », relève Stanislas Lyonnet, professeur de génétique à l'Université Paris Descartes et chercheur à l'Institut des maladies génétiques Imagine.

En effet, l’étude montre que sur les 60 mutations spontanées présentes en moyenne dans le génome d’un nouveau-né, environ 15 sont « transmises » par la mère et le reste par le père. « Nous avons été surpris de découvrir que l'âge du père était extrêmement important » précise Kari Stefansson, l’un des auteurs de l’étude. En effet, 97,1% des nouvelles mutations spontanées dues à l'âge dans un couple sont donc attribuables au père.

L’âge de la mère lui, n’influencerait pas sur les mutations spontanées, il joue en revanche un rôle dans le développement d’anomalies chromosomiques telles que les trisomies, et notamment la trisomie 21.

Source : letelegramme.com
Crédit photo : AbleStock.com

VOIR AUSSI

Comportement de l'enfant : importance du contact père-bébé
Dépistage de la trisomie : les gynécologues furieux
Grossesse : l’âge moyen du premier enfant après 28 ans