Les femmes et leurs règles : tabous et révélations

Les femmes et leurs règles : tabous et révélations
Les femmes et leurs règles : tabous et révélations
1 007 femmes se sont exprimées sur leur rapport aux règles pour un sondage mené par Always et Tampax. Considérées comme une expérience gênante et inconfortable, les règles ne sont certes plus un tabou mais pas question tout de même de se balader tampon à la main en public.
A lire aussi
Non, les femmes qui ont leurs règles ne sont pas des monstres infréquentables
News essentielles
Non, les femmes qui ont leurs règles ne sont pas des...


Always et Tampax ont commandé une enquête nationale, dans laquelle 1 007 femmes âgées de 18 à 54 ans révèlent le fond de leur pensée sur les règles. Pour 59% d'entre elles, cet interlude mensuel n'est pas un sujet qu'elles ont peur d'aborder, en revanche c'est une contrainte dont elles se passeraient bien et deux femmes sur trois préféreraient ne pas les avoir : « Aujourd'hui, les nouvelles générations de femmes dissocient bien leur féminité des règles. Avec le temps, il est vrai que les désagréments des règles sont progressivement devenus intolérables et la plupart des femmes interrogées en consultation expriment clairement le souhait d'avoir peu de règles, tant en durée qu'en abondance, avec des conséquences les moins gênantes possibles », explique la gynécologue andrologue Sylvie Mimoun sur TopSanté. Malgré un discours décomplexé, 56% des femmes cachent leur serviettes ou tampons à leur domicile, et 98% les dissimulent lorsqu'elles se trouvent dans un lieu public. Sac à main, poche ou manche, elles ne manquent pas de cachettes idéales. Une discrétion qu'on retrouve du côté de leur garde-robe : 65% des femmes évitent certaines tenues comme les pantalons blancs, jupes courtes ou maillots de bain pendant leurs règles. Une précaution systématique pour 36% d'entre elles.

Humeur et sexe

Oui, les règles ont une influence sur notre humeur. « Dans le sang des règles, il y a de nombreuses enzymes et des prostaglandines qui sont responsables des diverses douleurs : crampes abdominales, maux de tête, nausées, vomissements… Il peut aussi arriver à certaines femmes d'avoir le syndrome prémenstruel dysphorique, ce qui signifie que tout le système neuro-végétatif (système nerveux interne) est en ébullition, entraînant une grande nervosité, irritabilité, idées noires, voire dépression », explique encore le Dr Mimoun. Ainsi sept femmes sur dix affirment que les règles changent leur humeur, 76% se sentent plus fatiguées et 62% plus irritables.

Côté sexe, huit femmes sur dix estiment que les règles ont une incidence sur leur vie sexuelle : 79% cessent les  rapports sexuels lorsqu'elles ont leurs règles. Une abstinence systématique pour 57% d'entre elles. Les moins réfractaires sont 53% à se laisser tenter par des caresses osées, tandis que 44% continuent leurs activités sexuelles habituelles. « L'amour pendant les règles oscille entre dégoût et excitation, pudeur et tabous », décrypte le Dr Mimoun. Pourtant, il n'y a, selon elle, « aucune contre-indication médicale à faire l'amour pendant les règles sauf en cas d'infections sexuellement transmissibles. »

Salima Bahia

VOIR AUSSI

Bodyform : non, les joies menstruelles n'existent pas - vidéos
Sexe, odeurs, règles et accidents... Ne chassez pas le naturel

Endométriose : « il ne faut pas banaliser la douleur des règles »
Humeurs prémenstruelles : les hormones ne sont pas responsables

À voir
Aussi