Pour ou contre les « bars à sourire » ?

Par
Publié le 9 décembre 2011

Pour ou contre les « bars à sourire » ?

© Goodshoot
La polémique ne cesse d'enfler. Alors qu'ils fleurissent partout en France, l'Ordre national des chirurgiens-dentistes a récemment reproché aux « bars à sourire » d'utiliser des produits dangereux. Immédiatement, les responsables de ces établissements ont crié à la calomnie. Mais vous, êtes-vous pour ou contre les « bars à sourire » ? Deux experts vous donnent leur avis.

 

Contre : Alain Moutarde, chirurgien-dentiste, secrétaire général de l'Union nationale des chirurgiens dentistes (ONCD) et président de la Commission des vigilances et des thérapeutiques.

« L’éclaircissement dentaire est un véritable acte médical »
Seul un chirurgien-dentiste possède les compétences pour poser les indications et les contre-indications d’un éclaircissement dentaire grâce, notamment, à la relation privilégiée qu’il entretient avec son patient. De plus, grâce à ses diplômes, à ses qualifications, il appartient à une catégorie professionnelle reconnue et est ainsi à même d’endosser les conséquences en cas de problème. Nous ne cherchons pas à porter atteinte au droit commercial mais simplement à protéger nos patients et les potentiels consommateurs de ces « bars à sourire ». Leurs employés sont-ils prêts à assumer les conséquences, sur un client, d’éventuels effets secondaires ? Je n’en suis pas sûr.
Le désir des patients d’avoir des dents plus blanches sans pour autant aller chez leur dentiste est légitime ; c’est la raison pour laquelle certains produits, en vente libre, sont relativement efficaces. Pour un résultat plus prononcé, il est important de se rendre chez son dentiste car l’éclaircissement dentaire est un véritable acte médical. Le dentiste doit en effet prendre en compte l’hygiène dentaire de son patient, son tabagisme et la fréquence de sa consommation de café. Après l’avoir invité à modifier ses habitudes, et fort de ces informations, le professionnel sera alors en mesure d’appliquer le protocole d’éclaircissement adéquat. Il est ainsi possible de gagner raisonnablement une teinte à une teinte et demie en moyenne. C'est loin des 5 à 6 teintes promises dans les « bars à sourire » mais c’est plus sûr.
D’ailleurs, un texte paru au Journal Officiel en octobre 2011 stipule que l’utilisation des produits de blanchiment n’est considérée comme sûre que si un examen clinique approprié est effectué au préalable. En outre, l’utilisation de ces produits visant à blanchir les dents est très réglementée. Jusqu’à une concentration de 0,1 % de peroxyde d’hydrogène, le produit est considéré comme un cosmétique et est vendu librement. Mais de 0,1 et 0,6 %, seul un chirurgien-dentiste est autorisé à l’utiliser. Pourtant, lors d’inspections réalisées par des huissiers, en province, sur demande de l’Afssaps, nous avons eu la surprise de constater que la concentration de peroxyde d’hydrogène dans les produits était 350 fois supérieure à la dose autorisée, soit un taux de 35 %. En surdose, ces substances sont cancérogènes. Dans le cas d’une femme enceinte, elles peuvent nuire aux fœtus.
La profession a la capacité de faire de l’éclaircissement dentaire et n’a nul besoin de ces officines qui créent un nouveau besoin. Ce n’est ni de la diffamation, ni de l’atteinte au droit commercial mais simplement de la protection de la santé publique.

Pour : David Berbia, cofondateur de Point-Sourire.

« Nous sommes en concurrence directe avec les chirurgiens-dentistes »
Les « bars à sourire » proposent un acte purement esthétique pour les personnes souhaitant un blanchiment des dents rapide, sans contrainte et sans effets secondaires. Nous utilisons du perborate de sodium qui, au contact de la salive, libère du peroxyde d’hydrogène à petite dose. Nous appliquons ensuite une lampe LED et non des lampes à UV comme j’ai pu le lire dans certains médias.
Il faut savoir que la technique de blanchiment des dents a été découverte il y plus 120 ans par le Docteur Harlan. Depuis plus d’un siècle, les chirurgiens dentistes utilisent toujours cette même technique qu’ils refusent de faire et voir évoluer. Ils prétextent que les produits auxquels nous avons recours dans les « bars à sourire » sont dangereux, cancérogènes. Or, En 1983, les dentistes utilisaient encore des produits dont la concentration de peroxyde d'hydrogène atteignait 70%. Cette substance nocive peut altérer l'émail dentaire de manière irréversible lorsqu'elle est utilisée à de très fortes concentrations. Le perborate de sodium n’en libère pas plus de 0,1%.
Concernant le perborate de sodium justement : l’utilisation de cette substance nous est reprochée car, à des doses très élevées, elle est cancérigène et dangereuse pour les femmes enceintes. Mais nos produits n’en contiennent que 0,16 % alors que, sur les dents dévitalisées, les dentistes d’aujourd’hui l’utilisent quasiment à l’état pur, soit à 95 %.
Dès notre apparition, nous avons subi les attaques immédiates de la profession sans même que celle-ci cherche à entrer en contact avec nous. Nous nous sommes soumis à des visites et contrôles d’huissiers, de l’Afssaps ou encore de la DGCCRF. Autant d’inspections qui n’ont abouti à aucune fermeture. Alain Moutarde, secrétaire général de l'Ordre nationale des chirurgiens dentistes (ONCD) affirme dans la presse qu’un établissement a été fermé à la suite d’une inspection pour non-respect des normes européennes. C’est faux. Cet établissement a dû mettre la clé sous la porte car certains de ses employés n’étaient pas déclarés.
Aujourd’hui, après avoir tenté à maintes reprises, d’instaurer un dialogue visant à mettre en place une commission de déontologie commune, nous avons décidé d’attaquer nos détracteurs et l’ONCD pour diffamation. La seule raison pour laquelle ils nous mettent des bâtons dans les roues est que nous sommes en concurrence directe avec eux. L’ONCD a ainsi appelé au boycott des « bars à sourire » : c’est une atteinte au droit commercial. Plutôt que de s’attacher à une profession libérale qui ne fonctionne plus, plutôt que de surveiller le milieu comme l’œil de Moscou, l’ONCD et ses chirurgiens-dentistes feraient mieux de faire évoluer leurs techniques.

Crédit photo : Goodshoot

VOIR AUSSI

L'Afssaps met en garde contre le blanchiment des dents
Les spécialistes ont une dent contre les bars à sourire
Les Français fâchés avec leur dentiste
Les Français ne se brossent pas suffisamment les dents

Voir aussi :  sante   
Et vous, êtes-vous tenté(e) par les bars à sourire ?
           
 

Commenter

11 commentaires

ladymam - 09/12/11 18:24
vue que maintenant il en ouvre partout ,il va bien y avoir des clients malgrré les recommendations et les risques qu 'il y a !!
fleurs06 - 09/12/11 18:55
Et bien, personnellement je suis totalement contre, mon dentiste me l'a déconseillé, puis j'ai vue un reportage sur le sujet ...
magdu08 - 09/12/11 20:17
tout ce qui est nouveau et dont on parle négativement ne m'attire pas
sandrine6405 - 09/12/11 20:53
je suis contre ces genres de bars, certains ouvrent ces commerces sans avoir aucune formation et les risques encourus sont beaucoup dangereux pour nos dents et gencives
jeant - 11/12/11 23:56
Contre, c'est byzarre ce genre de choses...
jeant - 11/12/11 23:57
Contre, c'est byzarre ce genre de choses...
jeant - 11/12/11 23:58
Contre, c'est byzarre ce genre de choses...
angel95 - 12/12/11 15:29
contre je trouve cela très bizarre et je me méfie de ce genre de chose!
franmic64 - 07/02/12 21:31
Non, je ne suis pas du tout convaincue
omaha - 03/04/12 07:24
si ces derniers sont réellement jugés dangereux alors il faut les faire fermer, mais il doit y avoir des preuves
Fleurdesmontagn - 16/06/13 17:41
Je ne connais pas vraiment, mais je trouve qu'avoir de belles dents toutes blanches est meilleur et donc les gens feront n'importe quoi pour ça!
La communauté
   flud  a commenté « Perte du permis de conduire et contrat de travail » - Il y a 22 min
   venimeux450@hotmail.fr a mis à jour son profil - Il y a 2 h

Jouez

Entreprises partenaires

Fermer