Star Academy : une ancienne candidate condamnée pour vol

Star Academy : une ancienne candidate condamnée pour vol
Star Academy : une ancienne candidate condamnée pour vol
Candidate de la quatrième saison de la « Star Academy », Hoda Sanz avait refait parler d’elle l’été en raison de problèmes judiciaires. L’ex-apprentie chanteuse a finalement été condamnée à 18 mois de prison avec sursis.
A lire aussi
Présidentielles 2017 : les propositions des candidats pour les droits des femmes
News essentielles
Présidentielles 2017 : les propositions des candidats...


L’information avait été révélée en août dernier. Hoda Sanz, candidate de la quatrième saison de la « Star Academy »  était impliquée dans une affaire de vol. Aujourd’hui âgé de 35 ans, elle était soupçonnée d’avoir soustrait environ 30 000 euros à un couple d'octogénaires pour lequel elle avait travaillé en tant qu'aide à domicile entre février 2011 et septembre 2013. Contacté par La Dépêche du Midi l’été dernier, elle avait contesté l'intégralité des faits. « Je donnerai ma version au mois de septembre, lors de l’audience. Je tiens aussi à préciser que je n'avais pas choisi ce métier à la légère ou par déception. Je suis dévouée aux patients et je suis une personne honnête », avait-elle alors assuré.

« Je me dévouais corps et âme »

Finalement, le tribunal correctionnel de Toulouse a rendu son verdict ce mercredi. L’ancienne  finaliste de la « Star Academy », qui s’était inclinée face à Grégory Lemarchal, a été condamnée à 18 mois de prison avec sursis pour « vol » et « usage de chèques contrefaits ou falsifiés ». Elle aurait en effet encaissé deux chèques, l’un de 15 000 euros et l’autre de 6 000 euros, et effectuer plusieurs retraits avec la carte bancaire du couple. À la barre, Hoda s’est défendue en assurant « n'avoir abusé de la confiance de personne ». Selon Metronews, elle aurait également assuré avoir été aux petits soins pour les personnes âgées dont elle avait la charge. « Je me dévouais corps et âme. J'étais chez eux tout le temps. Quand il y avait un problème, ils n'appelaient pas leur fille qui habite à deux kilomètres mais moi ».

Des arguments qui n’ont pas convaincu. Outre sa condamnation, elle a été sommée de remboursé la somme de 21 000 euros.

À voir
Aussi