Femmes et téléréalité : le casting est-il vraiment gagnant ?

Par Candice Satara-Bartko
Publié le 19 juillet 2010

Des femmes clichées ?

Des femmes clichées ?

La téléréalité est-elle une usine à stéréotypes ? Pour Alexandre Joux, chargé de cours à l’Ecole de journalisme de Marseille tout dépend du genre d’émission dont on parle : « dans les programmes d’enfermement (Secret story, Dilemme), les producteurs choisissent des personnes qui présentent  des caractères  (traits distinctifs) communs dans les représentations sociales ». « On choisit des types très marqués, dont on peut prévoir qu’ils vont s’opposer », poursuit François Jost, professeur à l'université Paris III, spécialiste de la téléréalité. Les femmes n’échappent évidement pas à la règle !  Les programmes de téléréalité regorgent de stéréotypes féminins et même sexistes. A chaque saison  de Secret Story, Ile de la tentation et autres Dilemme, son lot de bimbos, écervelées ou calculatrices (à vous de juger), mais surtout objets de tous les désirs. Dernière en date : Anne Kristel de Secret Story 4, flamboyante rousse playmate et adepte du body-painting. Ca promet.

La femme est ainsi définie avant tout par ses atouts physiques mais également par la maternité ou par son rôle de maitresse de maison. D’ailleurs la place centrale accordée à la salle de bain montre bien à quel point ces émissions sont  focalisées sur l’apparence physique, qui vire même à l’obsession pour certains candidats.  C’est aussi dans  la manière de filmer les deux sexes qu’on remarque une approche stéréotypée des hommes et des femmes.  La récurrence de certains plans atteste d’une volonté de montrer la femme plus par ses attributs  physiques que par son esprit. Et on n’échappe pas non plus aux clichés habituels sur la psychologie féminine (sensibilité, émotivité, naïveté).

Des exemples édifiants

Des exemples édifiants

Emblématique du phénomène, le programme  « Bimbos et Intellos », diffusé  pendant l’été sur nos écrans. Le principe : créer  des couples improbables entre des bimbos pas très futées et des hommes dont la vie sentimentale est quasi-inexistante. Pendant l’émission, les couples devront échanger leur savoir… On imagine la suite. À bien réfléchir sans vouloir être féministe, cela fait froid dans le dos. Mais les émissions d’aventure ne sont pas en reste. Elles aussi reproduisent les rôles traditionnellement conférés par la société : « même dans Koh Lanta, il y des stéréotypes dans la répartition des taches, remarque François Jost, professeur spécialiste de téléréalité. La question de savoir si c’est plus fatiguant d’aller à la pêche  ou de garder le feu est récurrente. Et ce sont toujours les femmes qui sont chargées de garder le foyer. »

Une image dégradante ?

Une image dégradante ?

Faut-il aller jusqu’à dire que ces programmes (lorsqu’on se limite à ceux d’enfermement) renvoie une image dégradante des candidats et plus particulièrement des femmes ? La question agite toute la sphère médiatique depuis certains événements. Le 25 mai dernier, Ophélie, candidate de l’émission de W9 Dilemme s’était vue affublée d’une laisse et d’un collier de chien, avec pour mission de devenir « le toutou » d’une autre candidate pour faire gagner son équipe.  Une séquence que le CSA a immédiatement sanctionnée car jugée contraire à la dignité humaine. Il faut dire que le programme n’en était pas à son premier coup d’essai : quelques jours auparavant, la mère d’un des candidats se trimballait  à moitié nue sur le plateau de l’émission pour faire remporter 6000 euros à son fils.  Quand ce ne sont pas les shows érotiques de la plantureuse Cindy qui affolaient l’audimat. Présentée comme la  téléréalité nouvelle génération, le « bébé » d’Alexia Laroche-Joubert a franchi des limites qu’on se félicitait de ne pas dépasser il y encore peu de temps dans l’Hexagone.

Pourtant c’est le son de cloche inverse que l’on entend du côté des producteurs. Dilemme est une émission "qui assume tout dans son fond et dans sa forme", déclarait récemment la productrice. Cindy, Ophélie comme en d’autres temps, Angie, Lalie  ou même la pionnière Loana, des femmes modernes et décomplexées, c’est possible, mais à quel prix ?  Du côté d’Endemol, on  se range derrière la charte éthique mise en place depuis quelques mois, pour justement éviter les dérapages et fixer des limites. Si l’initiative est louable, elle entre en contradiction complète avec l’essence-même de leur émission phare, Secret Story, qui repose sur la manipulation et la tromperie.  Et c’est loin d’être la seule. Finalement, hommes et femmes confondus, le petit écran nous dévoile une image peu reluisante des êtres humains.

La personnalité au-delà des clichés…

La personnalité au-delà des clichés…

Pourtant, depuis 5 ans, la téléréalité  fait des progrès. « Les programmes d’enfermement se sont essoufflés, il a fallu renouveler le genre pour séduire de nouveau les téléspectateurs. », explique Alexandre Joux, chargé de cours à l’Ecole de journalisme de Marseille . Une nouvelle forme de téléréalité, incarnée par des émissions comme Pékin Express, l’Amour est dans le pré, a alors pris le pas sur les formats classiques. Tout y est maintenant scénarisé, les personnages deviennent acteurs  de leur propre histoire. Le statut des participants a totalement évolué : on ne se limite plus aux stéréotypes de surface, mais on tente de rechercher et de cerner la personnalité des candidats en les mettant en situation. « L’évolution des formats a amené  une vraie évolution positive de la prise en compte des personnages au détriment d’’une sorte d’opposition des genres qu’il y avait au début. », ajoute A. Joux.

Et les femmes ? « La femme objet, même si elle y ressemble toujours, n’est plus considérée uniquement par rapport à son physique. Soumise à des épreuves, elle va être jugée sur d’autres critères. Et elle va pouvoir se révéler et montrer des traits de caractère qui lui sont propres », poursuit notre interlocuteur. Dans un programme comme L’amour est dans le pré, il est clair que l’on dépasse les stéréotypes antérieurs. Ces femmes agricultrices aux caractères bien trempés détonnent par rapport aux filles en bikini de la maison des secrets. Elles prouvent qu’elles sont capables de faire autant, si ce n’est mieux que leurs acolytes masculins, lors de jeux tels que Koh Lanta ou Pékin express. Pour autant d’autres clichés, davantage liés à la personnalité, apparaissent.

Deux genres de téléréalité se partageraient ainsi l’audimat : l’un  toujours plus trash promettant un cocktail explosif (sexe, trahisons et mensonges), et l’autre moins stéréotypé et dont l’ambition (au moins en apparence) serait de transmettre des valeurs telles que le courage, le dépassement de soi…

Quelles conséquences ?

Quelles conséquences ?

Pour terminer, il serait intéressant de s’interroger sur l’impact de la téléréalité sur  la société. Il est clair que les stéréotypes, notamment sexistes, véhiculés par ces émissions ont une incidence chez les jeunes, grands consommateurs de téléréalité, bien qu’il soit difficile d’en mesurer les effets.  Une  étude d’Ipsos publiée en janvier 2010 révélait qu’une grande majorité d’adolescents avait une vision stéréotypée des hommes et des femmes : l’homme viril qui travaille, la femme dont le rôle est de faire des enfants etc.

Le professeur François Jost s’inquiète lui des pratiques légitimées par certaines émissions : « le fait que des jeunes femmes soient tournées en ridicule, que des comportements comme la manipulation ou la trahison soient banalisés voire encouragés, ça ne peut avoir que des conséquences néfastes sur les comportements des jeunes. ». En effet, quels sont les modèles et les risques pour les nouvelles générations, tandis qu’on observe de plus en plus de cas de harcèlement à l’école, et de brimades entre élèves. Des cas extrêmes, certes, qui n’épargnent cette fois ni les hommes, ni les femmes.

Alexandre Joux a publié avec Laure Kaltenbach  « Les nouvelles frontières du net » aux éditions First Société
François Jost est l’auteur de "Télé-réalité" aux éditions Le Cavalier Bleu

 

VOIR AUSSI :

L’image des femmes dans les médias : 3 questions à Michèle Reiser, membre du CSA  

Karine Ferri nous parle de l'association Grégory Lemarchal

Velvet Damour : de la photo à la téléréalité

Pourquoi les femmes humoristes cartonnent-elles ?

Voir aussi :  discrimination    feminisme    societe    television   
Vélo ou porno ?
Quel est le point commun entre un cycliste et un acteur porno ? A priori, aucun. Et pourtant, le protagoniste de films à haute valeur scénaristique, comme l ...
 

Commenter

23 commentaires

pussy01360 - 19/07/10 09:22
C'est vrai, dans les emissions de téléréalité, toutes les femmes sont belles, c'est pour attirer les spectateurs, il n'y a jamais de femmes un peu grosses ou pas jolies, elles sont toutes superbes et prenent le rôle de belle potiche dans ces emissions, c'est navrant de voir la femme considéré comme tel.
a.breau - 19/07/10 11:05
Je ne suis pas d'accord, elles ne sont pas toutes belles (cf. Charlotte de Secret Story 4). En revanche, c'est les plus "belles" ou en tous cas celles qui attirent le plus l'attention, qui finissent par gagner (cf. Loana vs. Christophe dans le Loft 1 : la bimbo et le mec sympatoche l'emportent).
mamaille - 19/07/10 17:22
Il y en a des belles, d'autres qui font un peu crétines, mais c'est une émission qui attire et qui est faite pour ça, moi, je trouve cela un peu triste tout ce déballage, mais ça n'engage que moi
pacey2004 - 19/07/10 22:17
Comment ces émissions peuvent-elles encore fonctionner, c'est du réchauffé de chez réchauffé en plus vulgaire bien sur !!!
a.breau - 20/07/10 10:26
Moi j'adore la realtv, et je n'ai pas honte de le dire ! Voilà c'est dit.
ysabella - 20/07/10 11:46
Comment peut-on encore regarder ce genre de niaiserie? Pacey a raison :en plus c'est d'une vulgarité! J'espère toujours que l'audimat baisse ...mais non ! C'est affligeant, quel niveau !
omaha - 21/07/10 13:46
moi les secrets story, la ferme célébrité... je ne regarde pas il ny a que l'amour est dans le pré que je ne considère pas comme tel. Je trouve que c'est une belle émission
pont01 - 25/07/10 22:10
moi cette année j'ai adore dilemme c'etait vraiment bien je trouve et j'ai envie de participer au casting j'en fait 6 par mois moi et vous svp
fouz - 25/07/10 23:14
trop trop bas pour regarder;au début par curiosité mais quelle honte de se donner en spectacle de la sorte!et ça fonctionne !les gens en redemandent....
Misterx - 25/07/10 23:33
pont tu regarde dilemme? quel horreur cette émission pour la dignité humaine!! par exemple j'ai entendu dire qu'une candidate devait faire l'animal pendant toute une journée en etant à 4 pattes tenue en laisse
gilly - 25/07/10 23:45
chaque année c'est la même chose !!! et chaque année on descend encore plusbas !!!
salyana - 04/08/10 23:12
moi j'aime la telerealité j'adore sa me fait rire
country33 - 06/11/10 19:09
Je regarde un seul épisode de chaque mais ça mù'ennuie , je trouve que c'est trop de voyeurisme .
meduline971 - 26/12/10 07:31
le débat n'est pas sur le point d'etre clos!et tant qu'il y aura des cadidates prêtes à tout pour être connues,ce sera difficile à combattre
Pipinousse - 04/08/11 08:20
elles sont pretes a tout pour passer a la tele quitte a etre vulgaires
jeant - 22/09/11 13:48
De toute façon le concept même de la téléréalité est nul. Alors...
paulhan2night - 10/11/11 22:17
mettre kohlanta et l'ile de la tentation dans le même panier , c'est un peu raide quand mm ^^ dans koh lanta il en faut un peu plus qu'être blonde et archi maquillée
paulhan2night - 20/11/11 13:50
Beaucoup de stéréotypes et de clichés sont véhiculés par ce genre d'émisssions
country33 - 08/12/11 07:52
Parfois c'est à croire que les castings ne retiennent que les gens qui font le plus de perles de langage et autres. Quand on entend comment ces gens s'expriment , ça fait peur.
angelabeille - 08/12/11 07:54
Je trouve que les personnes sélectionnées sont vulgaires par leur tenue et leur parole. Mais apparemment c'est que cherche les téléspectateurs qui regardent ce genre de chose.
paulhan2night - 02/01/12 22:45
Ils ne donnent pas forcément une bonne image de la jeunesse actuelle, heureusement qu'ils ne sont pas tous aussi superficiels que la plupart de ces candidats
rosemary - 25/06/12 12:32
Perso, c'est caud la téléréalité pour celui ou celle qui n'est pas prête à montre son visage et à se faire interpeller régulièrement par le monde...
omaha - 01/08/12 10:38
les filles que l'on voit dans ces emissions passent bien souvent pour des bimbos qui n'ont rien dans la tête qui embrassent tous les garçons

Hot-Lexique

Entreprises partenaires

Fermer