La femme : Plus belle conquête de l'homme ? Pas si sûr !

La femme : Plus belle conquête de l'homme ? Pas si sûr !
Si l'on en juge par l'actualité de ces derniers jours, la femme s'impose comme un problème existentiel de l'homme. Vous avez sans doute bondit en découvrant la photo de Sweetie, charmante femelle panda, élue 12eme personnage féminin 2011.  Chacune est en droit de se demander quels sont les critères retenus, hormis celui de l'émotion générée par les évènements auxquels elles sont mêlées. La réflexion pourrait froisser celles qui portent le monde en leur sein, pourtant une étude menée en novembre par des scientifiques néerlandais, publiée dans  Archiv of sexual behavior, tend a démontrer qu'effectivement les femmes sont des troubles fête.

Quelque que soit le domaine choisi, l'homme est un perpétuel compétiteur et il aspire a démontrer sa capacité a dominer, diriger, mener, bref conquérir. Et quel meilleur public pour ne pas dire proie pour exercer ses talents ? S'il parvient a faire vibrer la corde sensible, il gagnera du terrain sans difficulté pour mener a bien son dessein. Un petit pas de travers pour l'homme, un grand pas pour la société.

Ces tests cognitifs ont révèlé que le cerveau de l'homme est si pollué par sa propension a séduire, qu'il en perd ses moyens intellectuels. Menée sur un panel mixte de 90 personnes hétérosexuelles,  elle visait a explorer la capacité de maitrise des individus lors de tests intellectuels face a un examinateur de sexe opposé.

Les femmes se sont concentrées sur les épreuves proposées, tandis que les hommes ont entrepris une démarche d'analyse quant au profil de leur interlocutrice afin de définir quels pourraient être les éléments susceptibles de les présenter sous leur meilleur jour, afin de se démarquer du reste des participants.

L'homme et la femme possèdent un capital énergie équivalent. Toutefois, il semble que si cette dernière est souvent en prise avec ses émotions, ce qui a pour effet de freiner ses ambitions, néanmoins, les résultats observés indiquent que nos congénères s'évertuent en toutes circonstances, en présence d'une femme, à brûler une grande partie de la gomme de leurs pneus sur la ligne de départ.

VOIR AUSSI

Enseignement universitaire : les femmes sous-représentées

Community managers : « 55% sont des femmes »

Femmes en politique : la conquête par les réseaux

Les femmes, pivots du cercle familial