Impôt sur le revenu : hausse surprise en septembre

Impôt sur le revenu : hausse surprise en septembre
Cette année les Français seront plus nombreux à payer l'impôt sur le revenu. Une mauvaise surprise due à la non-prise en compte de l'inflation dans le calcul de l'impôt, qui jusque-là était passée inaperçue.


Lors du deuxième plan de rigueur en novembre 2011, le gouvernement a annoncé le gel du barème de l’impôt sur le revenu pour 2012 et 2013. Conséquence de cette mesure ? Entre 100 000 et 200 000 foyers français, jusque là dispensés d’impôt sur le revenu, devront s’acquitter d’un chèque en septembre prochain. Une surprise de taille, que révèle aujourd’hui Le Parisien.

Jusqu’à ce jour, la grille sur laquelle reposait le calcul de l’impôt sur le revenu était indexée sur le taux d’inflation, afin de prendre en compte la hausse du coût de la vie. Or, alors que l’an dernier les prix ont bel et bien augmenté de 2,1%, l’ajustement traditionnel n’a pas été effectué.

Ce gel du barème conduit mécaniquement à une augmentation généralisée de l’impôt sur le revenu : plus de 100 000 foyers vont payer cet impôt pour la première fois, rapportant aux caisses de l’Etat 1,7 milliard d’euros en 2012, un chiffre qui devrait être doublé en 2013 en passant à 3,4 milliards d’euros.

C’est lors de la réception de l’avis d’imposition en septembre que les Français verront cette augmentation d’impôt : selon Le Parisien et d’après les estimations du Syndicat national unifié des impôts, cette hausse pourra aller de 1,44% pour un couple aisé sans enfants à 12,57% pour un célibataire. « Un couple gagnant chacun le smic sur treize mois verra son impôt sur le revenu grimper de 60 euros. Plus les revenus sont faibles, plus la hausse d'impôt est douloureuse », affirme le journal.

(Source : Le Parisien)

VOIR AUSSI

Que choisir entre prélèvement libératoire et impôt sur le revenu ?
La taxe sur les hauts revenus adoptée par l’Assemblée
Impôts sur le revenu : comment ça marche ?
Vos impôts selon votre situation personnelle

comments powered by Disqus