Quand le e-commerce finance les entreprises régionales

Quand le e-commerce finance les entreprises régionales
Quand le e-commerce finance les entreprises régionales
Devenir actionnaire de jeunes entreprises locales tout en faisant son shopping en ligne : telle est l'idée de C.A.P Territoire. Via le principe de cashback, les internautes constituent une épargne en ligne qui est ensuite réinvestie dans une entreprise de la région de leur choix. Rencontre avec Rachel Daviet, présidente de C.A.P Territoire.
A lire aussi
Trouver des financements pour créer votre entreprise
emploi
Trouver des financements pour créer votre entreprise

Terrafemina : Vous avez lancé le site cap-territoire.com en mai 2011. Quel est le concept de C.A.P Territoire ?

Rachel Daviet : Notre objectif est de pouvoir impliquer tout le monde dans l’économie de façon durable et éthique en s’appuyant sur la consommation qui est un dénominateur commun à chacun. Par ce biais le consommateur génère une épargne, c’est le principe du cashback, qui est ensuite réinvestie dans une entreprise régionale. Se crée ainsi une interdépendance entre chacun des acteurs, qui se révèle bénéfique pour tout le monde. Nous avons ainsi 350 enseignes participantes, dans les domaines de l’alimentation, de la culture, de la mode… Le commerce en ligne représente 40 milliards d’euros par an. Il y a donc là un potentiel énorme.

TF : Comment cela fonctionne-t-il concrètement ?

R.D. : Après s’être inscrit, l’internaute sélectionne en ligne l’enseigne de son choix et est alors redirigé sur le site de la marque où il effectue ses achats. L’acte commercial se fait directement entre l’enseigne et l’adhérent, sans rien changer à ses habitudes de consommation. L’enseigne accorde alors une remise à l’adhérent C.A.P. Territoire : cette somme n’est pas déduite du montant de l’achat du consommateur, mais consiste en un pourcentage du prix payé. Le montant des remises dépend du domaine d’activité de l’enseigne et vont de 1,5% à 30%. Elles sont reversées ensuite à C.A.P. qui les cumule sur le compte épargne de l’internaute. Par la suite, au moins une fois par an, nous proposons de faire la conversion des remises. Deux options se présentent alors aux internautes adhérents : récupérer leur argent ou bien jouer le jeu en souscrivant à des actions dans de jeunes entreprises régionales. Dans ce cas, les remises sont transformées en actions dans la société PAN CAP, qui investit alors pour ses adhérents dans le capital des entreprises de leur territoire.

TF : Via ce système de cashback les internautes qui font leurs courses en ligne peuvent financer les entreprises de leur territoire. Comment sélectionnez-vous ces jeunes sociétés ?

R.D. : Il y a plusieurs portes d’entrée : nous pouvons être sollicités par des entreprises mais nous faisons également appel à un réseau de prescripteurs. Agences économiques, réseaux nationaux d’initiatives qui accompagnent les entreprises ou encore banques : tous les acteurs de l’entreprenariat nous permettent de repérer les entrepreneurs en fonction des régions et qui ont besoin de renforcer leurs fonds propres.

TF : Les internautes redynamisent leur région, les entreprises trouvent des fonds. Quant aux enseignes partenaires, en quoi sont-elles gagnantes ?

R.D : Les enseignes qui se sont associées l’ont fait pour deux raisons essentielles. La première est que C.A.P Territoire leur apporte une clientèle nouvelle en ligne et leur permet de toucher de nouveaux consommateurs. Mais l’aspect principal de leur engagement est justement l’aspect éthique et durable de cette action : en appliquant le principe du cashback, elles s’investissent dans un projet économique à long terme, qui valorise l’image de marque auprès du consommateur et booste l’économie du territoire. L’aspect régional de CAP Territoire apporte également un aspect de proximité qui manque souvent aux grandes enseignes. Elles ont donc tout intérêt à ce partenariat.

VOIR AUSSI

Semaine de la finance solidaire : 1 grand prix pour 5 entreprises
Les rencontres de Babyloan : un week-end autour du microcrédit
m-commerce : quand le mobile réinvente le shopping
« Tea-shopping party »: une virée de e-shopping chez les copines