Toulouse : le tueur présumé « souhaitait de nouveau passer à l'acte »

Toulouse : le tueur présumé « souhaitait de nouveau passer à l'acte »
Cerné par le RAID et les forces de police depuis 3 heures du matin, le tueur présumé de Toulouse et Montauban est toujours terré dans son appartement. Au cours d'une conférence de presse, le procureur de la République de Paris, François Molins, revient sur les grandes étapes de l'enquête.


Mohamed Merah, 24 ans, jeune Français d’origine algérienne qui aurait revendiqué son appartenance à Al-Qaida, est l’auteur présumé des tueries de Toulouse et Montauban qui ont fait sept morts, dont trois enfants. Les hommes du RAID ont cerné son logement dans le quartier résidentiel de la Côte-Pavée à Toulouse mercredi matin, après avoir été accueillis à coups de rafales de Kalachnikov. Depuis, les négociations sont en cours : malgré des rumeurs de reddition démenties par le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, le tueur présumé n’a pas encore été interpellé.

A l’occasion d'une conférence de presse donnée en fin d’après-midi, le procureur de la République de Paris François Molins est revenu sur les indices qui ont permis aux enquêteurs de retrouver la trace de M.Merah. Il explique ainsi que plus de 7 millions de données téléphoniques ont été vérifiées, 700 connexions Internet ont été réalisées, plus de 200 auditions et plus de 1000 PV.

Une accélération dans l’enquête mardi
Alors que le tueur présumé était entré en contact avec l’une de ses victimes via une annonce de vente de scooter déposée en ligne, les enquêteurs ont vérifié les 570 connexions à l’annonce sur le site du Bon Coin : les résultats de ces vérifications ont été connues le samedi 17 mars et ont guidé les recherches. Il s’est avéré que Mohammed Merah était déjà connu des services de police : il avait été condamné à 15 reprises par le tribunal pour enfants de Toulouse et apparaissait comme ayant un « profil d'auto-radicalisation salafiste atypique ».

Le procureur a par ailleurs précisé que la piste de M.Merah et son frère a connu une « accélération mardi », journée qui constitue un vrai tournant dans les investigations qui sont menées au lendemain de la tuerie dans une école juive de Toulouse.
La piste du scooter utilisé par le tueur présumé a également aidé les enquêteurs dans leurs recherches : ils se sont intéressés aux concessionnaires Yamaha dans la région toulousaine. L'un d'eux leur révèle qu'il a reçu la visite de l'un des frères Merah, qui souhaitait savoir comment désactiver un traqueur pour repeindre le scooter. C’est ainsi le même scooter qui aura été utilisé lors des tueries de Montauban puis Toulouse, après que son propriétaire l’ai repeint en blanc.

Mohamed Merah se « glorifie d’avoir mis la France à genoux »
C’est mardi matin que les forces de police localisent Mohamed Merah, avant de localiser son frère,  Abdelkader, dans l'après-midi. François Molins révèle qu’à 23h30 est prise la décision d'interpeller la mère et les deux fils.

François Molins a par ailleurs confirmé que le tueur présumé comptait continuer ses exactions. « Il souhaitait de nouveau passer à l'acte et abattre un militaire, déjà repéré. Il projetait également d'assassiner deux fonctionnaires de police, identifiés dans la ville de Toulouse », a-t-il déclaré. Autre révélation du procureur de la République : « une caméra a été retrouvée par la police. Le suspect a dit avoir diffusé des images sur Internet, dont on n'a pas de traces pour l'heure ». « Il n'exprime aucun regret », sinon de « ne pas avoir fait plus de victimes », et se glorifie d'avoir « mis la France à genoux », a-t-il ajouté.

M. Molins évoque également l'existence d'une Renault Mégane appartenant au suspect et contenant des armes. Le tueur présumé a également parlé d'une Clio qui pourrait contenir des armes mais que les policiers n’ont pas encore trouvée. Si le procureur a précisé que le jeune homme aurait agi seul et ne serait lié à aucune organisation islamiste connue en France, il a confié que les policiers n’ont toutefois aucune idée de l'étendue de l'arsenal que M.Merah aurait pu constituer jusqu'à aujourd'hui.

Le RAID a mené « plusieurs tentatives » pour pénétrer dans l’appartement dans lequel s’est retranché le tueur présumé, mais s’est heurté à chaque fois à une « réplique » armée de ce dernier.

Toujours selon le procureur de Paris, le suspect évoque désormais de se rendre en « fin de soirée ».

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Tuerie de Toulouse : le suspect promet de se rendre cet après-midi
Profil du tueur de Toulouse : « Il y a une escalade dans sa recherche de sensations »
Toulouse : le tueur ne laisse rien au hasard
Fusillade de Toulouse : une minute de silence pour une « tragédie nationale »