Eva Joly : un dernier meeting pour tenter de redresser la barre

Eva Joly : un dernier meeting pour tenter de redresser la barre
A J-3, la candidate Europe Ecologie Les Verts joue son va-tout en donnant son dernier meeting de campagne. Afin de gagner des voix dans cette dernière ligne droite, elle n'a pas hésité à cogner sur Nicolas Sarkozy, dénonçant un président « tricheur ».


« La bataille fut rude », reconnaissait mercredi soir Eva Joly lors de son dernier meeting de campagne. Rendez-vous était donné au Cirque d’hiver à Paris, face à une salle de 2000 personnes, chauffée en début de soirée par Daniel Cohn-Bendit et Cécile Duflot. Une campagne difficile pour « nos idées » et « ma personne », a confié la candidate écologiste devant ses partisans.

« Est-ce que je regrette les maladresses ? Seulement celles qui m’ont fait chuter dans l’escalier ! », lâche la candidate qui assume sa « petite voix, (son) débit lent, (son) accent, (son) incapacité à mentir ». « Je ne fais pas tanguer la foule sous la houle des mots qui roulent, je ne berce pas mon public par de belles paroles rassurantes. Je m’en excuse. Quelque chose en moi refuse de fonder la politique sur la tyrannie de l’émotion », a-t-elle lancé.

La candidate écologiste, qui avait déjà dénoncé la semaine précédente l’implication de Nicolas Sarkozy dans des « affaires », a à nouveau critiqué la République soi-disant « irréprochable » du président sortant. « Au final le sarkozysme n’aura été qu’une vaste supercherie, une escroquerie réactionnaire, un abus de pouvoir basé sur un abus de faiblesse », attaque-t-elle, avant de juger que « les conditions du financement de la campagne de 2007 sont peu claires, douteuses, honteuses ».

Mais Eva Joly a surtout lancé un appel à François Hollande, qu’elle voit déjà en vainqueur du second tour. « Veut-il être à la tête du syndic de faillite de l’espoir de la gauche ou celui qui aura réussi par son indépendance et son audace à ouvrir une voie nouvelle basée sur l'écologie et la justice ? », demande-t-elle, appelant le candidat socialiste à ouvrir son programme à « un modèle de modération écologiste, en rupture avec la société productiviste ».

Du côté des écologistes, on pense déjà à l’étape suivante, celle des législatives. « Nous écologistes, disons que nous sommes prêts à prendre des responsabilités dans la nouvelle majorité pour que la politique change dans ce pays », affirme Daniel Cohn-Bendit. « Oui nous voulons participer à ce changement [même si] nous savons que ce sera difficile », insiste-t-il.

Crédit photo : AFP


VOIR AUSSI

Eva Joly : sa « détermination est intacte »
Présidentielle 2012 : Eva Joly déterminée à aller « jusqu'au bout »
Inégalités et droits des femmes : Eva Joly commente les chiffres 2011
Parité : Eva Joly signe le « pacte pour l'égalité » entre les sexes


comments powered by Disqus