Présidentielle 2012 : une femme sur cinq vote Front National

Présidentielle 2012 : une femme sur cinq vote Front National
Françaises et Français ont un comportement de plus en plus semblable dans les urnes : la percée du FN chez l’électorat féminin, pourtant longtemps réfractaire à l’extrême droite, en est la meilleure illustration. Un sondage exclusif CSA pour Terrafemina décrypte le vote frontiste des femmes, en se penchant sur les raisons d’une telle avancée de Marine Le Pen et les motivations des électrices d’extrême droite.


Alors qu’en 2007 les femmes semblaient faire de la résistance face au Front National, les barrières sont tombées lors du premier scrutin de l’élection présidentielle dimanche dernier. C’est ce que révèle un sondage* exclusif CSA effectué le 22 avril, jour de vote, pour Terrafemina. Quand on comptait seulement 7% d’électrices frontistes en 2007 contre 10,44% chez les hommes, cette année l’écart s’est rapproché pour s’annuler : les femmes votent désormais comme les hommes et sont 18% à avoir glissé leur bulletin dans l’urne pour Marine Le Pen. Départ de Jean-Marie Le Pen pour sa fille plus jeune, image plus moderne du parti, stratégie de « dédiabolisation » : le vote FN semble moins tabou et séduit de plus en plus un électorat féminin pourtant longtemps rétif à l’extrême droite.

Scores records chez les CSP- et peu diplômées
Marine Le Pen enregistre ses meilleurs scores chez les 25-34 ans (23%) et les 35-49 ans (24%). Elle séduit particulièrement les couches populaires de la population en marquant ses meilleurs résultats chez les CSP - : près d’une ouvrière sur trois a voté Front National (29%), et 19% des employées lui ont accordé leur bulletin. De même, elle attire les femmes ayant un faible niveau de diplôme : 24% des électrices sans diplômes disent avoir voté FN. C’est également le cas de 23% des femmes titulaires d’un CAP, BEPC ou BEP ou encore de 17% des étudiantes « en cours d’étude ».

13% des électrices de Nicolas Sarkozy en 2007 se sont tournées vers le FN
Marine Le Pen a également pu compter sur la réserve d’électrices attachées à Jean-Marie Le Pen. Ainsi, 71% des femmes ayant voté Front National en 2007 ont reporté leur vote sur le parti en 2012. Autre source d’électorat pour ce scrutin : 13% des électrices de Nicolas Sarkozy en 2007 se sont tournées vers Marine Le Pen dimanche dernier. A contrario, seules 6% des femmes ayant soutenu Ségolène Royal il y a cinq ans se sont reportées sur le FN cette année.
Par ailleurs, alors que 41% des femmes ont fait leur choix électoral moins d’un mois avant l’échéance du premier tour, 43% des électrices de Marine Le Pen déclarent avoir « toujours su » pour qui elles voteraient. Quand elles sont interrogées sur leur « second choix envisagé » au cas où elles ne voteraient pas Marine Le Pen, 28% des électrices disent avoir pensé à Nicolas Sarkozy (contre 10% pour Hollande). A contrario, 25% des électrices de Nicolas Sarkozy ont envisagé comme second choix Marine Le Pen.

Un vote de contestation pour 40% des électrices frontistes
Quant aux motivations de ces femmes qui votent Front National, il s’agit pour plus d’un tiers d’entre elles d’un vote de contestation. Alors que 25% de l’ensemble des électrices déclarent avoir voté pour marquer leur opposition aux autres candidats, ce chiffre passe à 40% chez les électrices du FN. Seules 28% des électrices frontistes disent s’être prononcées pour un projet et elles sont 8% à déclarer avoir réalisé un vote « d’attachement à un parti ».

Immigration, pouvoir d’achat et sécurité
Interrogées sur les enjeux de la campagne qui ont le plus pesé sur leur choix, les électrices d’extrême droite citent en premier lieu « l’immigration », qui a motivé 38% d’entre elles à se tourner vers le FN. Loin derrière on retrouve le pouvoir d’achat (14%) et arrivent au même niveau l’emploi, les inégalités sociales et la sécurité (10% pour chaque).
En cas d’élection de leur candidate, les électrices frontistes se révèlent par ailleurs plutôt optimistes sur l’influence que cette victoire pourrait avoir sur leur quotidien : elles sont 53% à estimer que si Marine Le Pen était élue, leur vie personnelle s’améliorerait, contre 35% pour François Hollande et 24% pour Nicolas Sarkozy. Elles sont en revanche seulement 37% à penser que cela améliorerait la situation en France, contre 48% pour les électeurs du président sortant et 56% pour ceux du candidat socialiste.

*Sondage exclusif CSA/Terrafemina réalisé en ligne par Internet le 22 avril 2012 sur un échantillon national représentatif de 5969 personnes âgées de 18 ans et plus inscrites sur les listes électorales, constitué d'après la méthode des quotas : sexe, âge et profession de l’individu après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Retrouvez les résultats du sondage sur le site su CSA

VOIR AUSSI

Présidentielle : « Sarkozy va devoir ramer pour aller chercher les électeurs du FN »
Résultats Présidentielle 2012 : Hollande en tête, Sarkozy qualifié, percée de Marine Le Pen
Présidentielle 2012 : un taux de participation proche de 80 % au premier tour
Présidentielle 2012 sur Twitter : nom de code #RadioLondres
Résultats Présidentielle 2012 : que se passera-t-il en cas de fuites ?

comments powered by Disqus