François Hollande à Tulle : la clameur de la victoire

François Hollande à Tulle : la clameur de la victoire
C'est dans son fief de Corrèze que François Hollande a décidé de fêter sa victoire. Après une après-midi marquée par une agitation fébrile, à 20h la foule laisse exploser sa joie à l'annonce des résultats du second tour et accueille un François Hollande triomphant pour un premier discours présidentiel. Récit d'une soirée aux couleurs socialistes.


L’ambiance est fébrile dans le fief de Corrèze de François Hollande. Dès le début de l’après-midi, un parfum de victoire envahit les rues de Tulle, où les habitants profitent d’une journée estivale sur les terrasses des cafés. Dès 18h la foule commence à se presser sur la place de la cathédrale, au centre de la ville, où François Hollande doit tenir son discours à l’annonce des résultats du second tour. Des drapeaux bleu blanc rouge prennent la direction du lieu de rassemblement, se mêlant aux affiches « le changement c’est maintenant » qui se multiplient, les badauds se pressent, dans les rues bloquées pour l’occasion. On est venus en famille, entre amis, de simples curieux qui se sont aventurés dans les rues du centre ville restent sur place, happés par le suspense de la soirée électorale, glanant des informations à droite à gauche sur les estimations des résultats. Des rumeurs courent dans le public, mais comme le dit Michel, 60 ans, « avec les sondages, rien n’est jamais sûr, il faut attendre 20h pour crier victoire ».

Hollande Tulle



« Merci François »
Quelques minutes avant l’heure des résultats, la foule est compacte, et malgré la pluie qui commence à tomber, les sympathisants sont de plus en plus nombreux, s’agglutinant sous les parapluies. Les visages sont tendus, l’attente touche à sa fin, et le compte à rebours est enfin entamé face à l’écran géant où doit apparaître le vainqueur de l’élection.
« Cinq… quatre… trois… deux… un…. » et c’est une clameur assourdissante qui parcourt la foule. Cris de joie, applaudissements, « Hollande Président », « on a gagné » et « merci François » fusent de toutes parts. Les gens se passent le message : « 51,9% », « on a gagné ! ». Une victoire un peu juste ? « Non, ce qui compte c’est de passer, le score importe peu », sourit une femme dans le public. Un homme derrière elle est un peu déçu « même pas 52, c’est juste quand même ». Mais très vite la joie reprend le dessus. La pluie a cessé, les parapluies se referment et désormais chacun attend l’apparition du nouveau président de la République sur scène avec impatience. Les enceintes installées sur la place diffusent une playlist entraînante pour faire patienter les partisans. Enfin, après plus d’une heure d’attente à la nuit tombante, une nouvelle vague parcourt la foule : François Hollande vient de quitter le Conseil général de Corrèze où il était et est en route. Il arrive enfin, accompagné de sa compagne Valérie Trierweiler et monte sur scène, souriant, saluant ses partisans les bras ouverts, prenant son temps avant de prendre la parole, savourant sa première intervention publique présidentielle.


Décompte avant le résultat

« Je demande à être jugé sur deux engagements : la justice et la jeunesse »
C’est son premier discours de chef de l’Etat, et c’est avec un ton solennel que M. Hollande annonce les priorités qu’il se fixe pour son mandat : l' « égalité entre les territoires », l’éducation, l' « exigence environnementale » ou encore l’Europe et le « redressement ». D’emblée, il se pose comme un président rassembleur, en promettant : « ce soir, il n'y a pas deux France qui se font face. Il n'y a qu'une seule France, une seule nation réunie dans le même destin. Chacune et chacun en France, dans la République, sera traité à égalité de droits et de devoirs ». « Je demande à être jugé sur deux engagements majeurs », annonce-t-il à la foule qui scande son nom : « la justice et la jeunesse ». « Est-ce que j'aurai fait avancer la cause de l’égalité » et « est-ce que j’aurai permis à la nouvelle génération de prendre toute sa place », voilà la question qu’il veut voir les Français se poser dans cinq ans. Quant aux difficultés que la France devra surmonter dans les mois qui viennent, il se veut confiant : « nous l’avons toujours fait, et nous y réussirons encore », clame-t-il face aux partisans qui acquiescent.

Tulle Hollande


C’est ensuite le chapitre de la « réorientation de l’Europe » qu’il aborde. « L’Europe nous regarde », lance le vainqueur de l’élection. « Je suis sûr que dans bien des pays européens cela a été un soulagement », ajoute-t-il en évoquant sa victoire, avant d’affirmer sous les acclamations de la foule : « l’austérité ne peut plus être la fatalité ». « Nous sommes la France, il me reviendra de porter les aspirations du peuple de France », martèle-t-il. « Tout ce que je ferai sera au nom des valeurs portées par la République partout dans le monde », assure-t-il encore sous les vivats du public.

Hollande Tulle


Premier bain de foule à Tulle
Puis, après avoir remercié tous ceux qui l’ont soutenu, il fait monter sa compagne Valérie Trierweiler sur scène et lui offre un bouquet de roses rouges que la foule lui a donné. « Le bisou, le bisou » réclame le public au nouveau couple présidentiel, qui s’exécute avec un chaste baiser sur la joue. Avec un plaisir non dissimulé, le vainqueur de l’élection s’adonne même quelques minutes à une séance d’autographes improvisée depuis son estrade.

Tulle Hollande


Enfin, face à la place de Tulle éclairée à la nuit tombante, François Hollande lâche : « merci la Corrèze, merci, au revoir, et à bientôt. Nous ne nous séparerons jamais. Je reviendrai ». Alors qu’il descend de scène pour rejoindre son service de sécurité qui doit l’emmener à l’aéroport de Brive, direction Paris, le nouveau président de la République fausse compagnie à sa garde rapprochée. Alors, on le voit s’engouffrer dans la foule compacte et se payer son premier bain de foule en tant que chef de l’Etat. 

Hollande Tulle victoire



Extrait du discours de François Hollande à Tulle



Extrait du discours de François Hollande à Tulle

Crédit photo et vidéo : Sophie Derrien/Terrafemina

VOIR AUSSI

Victoire de F. Hollande : les premières réactions
François Hollande élu président
La colère à l'UMP : « c'est la victoire d'un anti-sarkozysme primaire » (En Direct)

comments powered by Disqus