NKM : Ségolène Royal "en est à attendre que son ex la nomme quelque part"

NKM : Ségolène Royal "en est à attendre que son ex la nomme quelque part"
NKM : Ségolène Royal "en est à attendre que son ex la nomme quelque part"
Dans cette photo : Ségolène Royal
Dans une interview publiée aujourd'hui dans le Parisien Magazine, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, a fermement critiqué la nomination de Ségolène Royale à la vice-présidence de la BPI ainsi que son parcours politique et ses relations professionnelles. Des propos parfaitement misogynes, répond-on à gauche.
A lire aussi
Comment partir du bon pied avec un nouveau boss
News essentielles
Comment partir du bon pied avec un nouveau boss


Quelques jours après l'annonce de la nomination de Ségolène Royal à la vice-présidence de la Banque publique d’investissement (BPI), Nathalie Kosciusko-Morizet réagit dans une interview accordée au Parisien Magazine, à paraître aujourd’hui : la candidate UMP à la primaire pour les élections municipales de 2014 déplore que la présidente de la région Poitou-Charentes en soit « à attendre que son ex la nomme quelque part, c’est très rude ». NKM va plus loin en critiquant ouvertement le parcours politique de Ségolène Royale, en indiquant « qu’elle s’est construite politiquement en parallèle à François Hollande, et l’issue n’a pas été en sa faveur. Je pense qu’elle méritait mieux que ce lot de consolation incongru », a-t-elle ajouté, en faisant allusion à sa nouvelle nomination.

À l’occasion de la Journée internationale des Droits de la femme, l’ex porte-parole de Nicolas Sarkozy estime que « le premier trésor pour une femme, c’est son autonomie. Il ne faut jamais dépendre d’un homme ni procéder de lui ». « Je ne suis ni héritière, ni rentière, ni la dauphine, ni la protégée de quiconque », a-t-elle ajouté en attaquant ainsi directement sa rivale Anne Hidalgo, candidate socialiste à la mairie de Paris, désignée par Bertrand Delanoë.

En réaction à ces commentaires, la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a dénoncé, ce vendredi matin sur RTL, « la phrase la plus misogyne et la plus idiote ». « Quand Mme Kosciusko-Morizet aura rassemblé 17 millions de voix sur son nom, on pourra en reparler », a-t-elle ajouté.

Quant à la principale intéressée, elle a répondu à l'attaque par un simple Tweet : « Je ne suis pas en attente à la BPI mais au service d'une belle idée. Je n'attends pas une nomination mais le juste respect de la valeur travail. »

Alice Bidet

VOIR AUSSI

Taubira, Fourest, NKM : elles défraient la chronique sur Twitter
NKM est "une emmerdeuse" et s'en félicite
NKM candidate aux municipales 2014 : a-t-elle ses chances ?