Une lettre de haine envers un enfant autiste provoque l'émoi au Canada

Une lettre de haine envers un enfant autiste provoque l'émoi au Canada
Une lettre de haine envers un enfant autiste provoque l'émoi au Canada
Dans cette photo : Max
« Allez vivre dans une caravane dans les bois avec votre animal sauvage d'enfant !! » : c'est en ces termes choquants qu'une voisine anonyme a exprimé son mécontentement quant à la présence de Max, jeune autiste, dans son voisinage. Dans une lettre injurieuse, elle suggère à ses parents d'euthanasier leur fils. La police canadienne enquête actuellement pour déterminer qui est l'auteur de cette lettre, tandis que le reste du quartier s'émeut d'un tel déploiement de haine.
A lire aussi
Donnez des jouets aux enfants autistes
maladies
Donnez des jouets aux enfants autistes


La police canadienne enquête dans le quartier de Newcastle (Ontario) afin de retrouver l’auteure d’une lettre anonyme injurieuse. Destinée à la famille de Max, 13 ans et autiste, la missive typographiée a été glissée sous la porte de Brenda Millson, la grand-mère de Max qui le garde le matin pendant l’été, le 16 août dernier. Pour faire part de son mécontentement, la « mère énervée !!!!! » – comme elle a signé – n’y est pas allée de main morte.

« Donner toutes les parties non-attardées de son corps à la science »

Selon elle, le jeune adolescent autiste est « une gêne pour tout le monde » : une raison apparemment suffisante pour demander à sa grand-mère de « prendre la bonne décision », à savoir « déménager ou l’euthanasier ». À grand renfort de points d’exclamation, l’auteure explique que les bruits de « baleine » que Max peut faire en extérieur ne sont pas à son goût. « Ça fait flipper mes enfants normaux !!!!! », justifie-t-elle. Après ses propositions d’euthanasie ou de déménagement, la voisine donne à la famille de Max un autre conseil : « Quand vous sentez que votre enfant stupide a besoin d’air frais, amenez-le au parc ». Et l’auteure d’aller toujours plus loin dans les insultes haineuses. Se plaignant encore du bruit, elle demande par quel droit peuvent-ils faire « ça » à des « bons travailleurs ».

« Je DÉTESTE les gens comme vous qui pensent que parce que vous avez un enfant qui a des besoins spéciaux, vous avez droit à un traitement spécial !!!! » fulmine la voisine. Avant de donner son avis : « Personnellement, je pense qu’il devrait donner toutes les parties non-attardées de son corps restantes à la science ».

« Ces mots étaient horribles »

La lecture de la lettre a été très éprouvante pour la famille de Max. « J’étais tremblante en la lisant », a expliqué la grand-mère de Max à CityNews, « ces mots étaient horribles ». La mère de Max ne comprend pas non plus cette haine à l’égard de son fils : « Ça m’a rendue malade de penser que quelqu’un puisse détester autant mon fils sans le connaître ». « Ils le détestent parce qu’il est différent », déplore-t-elle. Heureusement, le reste du voisinage a fait part de son soutien à la famille du jeune autiste. Quant à la police régionale de Durham, elle a déclaré à la presse « prendre l’affaire très au sérieux ».

Victoria Houssay

VOIR AUSSI

Autisme : une prise de sang pour le détecter dès un an
Autisme : vers une thérapie médicamenteuse
Autisme : accouchement déclenché, risques augmentés ?
Autisme : femme maltraitée, risques multipliés pour l'enfant

Dans l'actu