Les droits des femmes dans le monde en une infographie

Les droits des femmes dans le monde en une infographie
Les droits des femmes dans le monde en une infographie
« The Guardian » a publié mardi 4 février un graphique interactif qui passe en revue les droits des femmes à travers le monde. Du droit à l'avortement aux lois contre le harcèlement ou les discriminations, l'infographie du quotidien britannique dresse un bilan édifiant et hétérogène du respect des droits des femmes dans le monde.
A lire aussi
#BalanceTonPorc : une infographie décrypte les agressions décrites par les femmes
News essentielles
#BalanceTonPorc : une infographie décrypte les agressions...


C'est le graphique qui tombe à pic. Un mois avant la Journée internationale des droits des femmes, et alors que le gouvernement conservateur espagnol projette de réduire drastiquement le droit des femmes à recourir à l'IVG, le quotidien britannique The Guardian a publié ce mardi une infographie interactive qui passe en revue les droits des femmes, pays par pays.

Pour établir son graphique, le Guardian a utilisé les données établies par la Banque mondiale et les Nations Unies. Le résultat s'avère saisissant. D'abord parce que malgré l'absence d'informations sur certains pays (des données sur le Koweït, la République tchèque, le Tadjikistan, ou l'Estonie par exemple manquent à l'appel), l'infographie du Guardian dresse un bilan global, clair et très complet des droits des femmes à travers le monde. Il permet aussi de percevoir les écarts énormes qui séparent les pays, parfois d'une même région du monde, en matière de respect des droits des femmes.

Le graphique répertorie les données mondiales selon sept régions du monde, elles-mêmes sous-divisées en pays : Europe de l'Est et Asie centrale, Asie orientale et Pacifique, Amérique latine et Caraïbes, Moyen Orient et Afrique du Nord, pays membres de l'OCDE, Asie du Sud et Afrique subsaharienne.

Il suffit de sélectionner une région, puis un pays, pour voir quelles lois sont appliquées pour lutter contre les violences domestiques, le harcèlement et les discriminations, celles qui favorisent l'égalité femmes-hommes au travail, ou encore celles qui garantissent aux femmes la propriété et le droit à l'avortement.

Le Moyen Orient et l'Asie orientale, peu respectueux des droits des femmes

Sans surprise, les pays du Moyen Orient s'avèrent être les moins respectueux des droits de leur population féminine. En Iran ou en Arabie saoudite, aucune mesure n'est appliquée pour réprimer les violences conjugales à l'encontre des femmes. Ces dernières ne bénéficient pas non plus d'une protection contre le harcèlement et le viol, et les deux pays interdisent leur recours à l'avortement.

Au Maghreb, si de nombreuses avancées restent encore à accomplir, certains droits des femmes sont néanmoins garantis : la Tunisie autorise le recours à l'IVG depuis 1973 - soit deux ans avant la France -, l'Algérie interdit les discriminations basées sur le sexe dans sa Constitution, et le Maroc a mis en place un certain nombre lois garantissant l'égalité professionnelle.

En Asie orientale, les droits des femmes sont aussi régulièrement bafoués : Singapour reste à la traîne en matière de protection contre le harcèlement, l'Indonésie n'autorise l'avortement qu'en cas de danger pour la vie de la mère, la Chine ne dispose d'aucune loi qui punit le harcèlement sexuel.

Les pays de l'OCDE, pas tous égaux en matière de droit des femmes

Dans les pays membres de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques, dont font partie les pays de l'UE et les États-Unis notamment), les résultats s'avèrent très hétérogènes. Si l'Australie a la législation la plus poussée pour protéger les femmes des violences domestiques, le Canada est particulièrement à la traîne : aucune loi ne punit spécifiquement les violences conjugales, ou reconnaît comme telles les violences psychologiques, la violence physique et sexuelle, ou encore l'exploitation financière.

La Norvège, souvent établie comme exemple en matière d'égalité hommes-femmes, ne dispose pas de clause de non-discrimination dans sa Constitution. Celle-ci ne garantit pas non plus l'égalité devant la loi.

Quant à l'Irlande et au Chili, aussi membres de l'OCDE, ils n'autorisent toujours pas l'avortement.

Et en France ?

La France fait-elle partie des bons élèves en matière des droits des femmes ? Plutôt. Mais, comme dans tous les pays, il reste encore des progrès à faire. La loi française n'impose par exemple pas encore qu'hommes et femmes travaillant au même poste disposent aussi du même salaire. Aucune loi ne punit pour le moment le harcèlement scolaire dans l'éducation, dans les lieux publics ou dans la prestation de service. Enfin, la France ne reconnaît pas non plus l'exploitation financière comme une forme de violence domestique.

>> Égalité femmes-hommes : les changements attendus en 2014 <<

VOIR AUSSI

La Tunisie, 1er pays arabe à inscrire l'égalité femmes-hommes dans sa Constitution
Afghanistan : les droits des femmes reculent encore
L'Égypte est-il le pire pays arabe en matière de droits des femmes ?
L'Islande, premier pays pour les conditions de vie des femmes

Albanie : elles ont changé de sexe pour avoir les mêmes droits que les hommes