Hongrie : une campagne anti-avortement financée par l'Europe fait polémique

Hongrie : une campagne anti-avortement financée par l'Europe fait polémique
Hongrie : une campagne anti-avortement financée par l'Europe fait polémique
Une virulente campagne contre l'avortement, affichée sur les murs en Hongrie et décidée par le parti du Premier ministre Viktor Orban, éveille le courroux de la Commission européenne qui l'a payée sans le savoir.
A lire aussi
"Ceci n'est pas un cintre" : la campagne choc et nécessaire pour le droit à l'avortement
News essentielles
"Ceci n'est pas un cintre" : la campagne choc et...

Le programme « Progress » ayant pour mission la concrétisation des engagements sociaux européens, a financé une scandaleuse campagne anti-avortement de 416 000 euros.

Cette campagne mensongère est centrée sur un discours anti-avortement, avec une photo de fœtus de plusieurs mois. La limite légale en Hongrie étant de 12 semaines, la représentation choisie est volontairement trompeuse et délusoire. Un embryon de quelques semaines n'ayant pas l'impact recherché, on le substitue et on lui fait dire « Je comprends que vous ne soyez pas prêts pour moi… mais s’il-vous-plaît donnez-moi pour être adopté, laissez-moi vivre ».

Le projet présenté à la Commission Européenne avait pour but de contribuer au bonheur de familles "équilibrées", s'est justifié Viktor Orban (1er ministre hongrois) dans un communiqué de presse.

Mais selon, Viviane Reding (commissaire européenne à la Justice), la campagne n'était "pas conforme à la proposition de projet soumise par les autorités hongroises".

L'Europe a exigé le retrait immédiat des affiches et un remboursement dans les plus brefs délais des financements européens détournés de leur objectif.

Les ONG et les associations féminines se félicitent de la réaction européenne.

Crédits photo : © AGE/Photononstop

VOIR AUSSI

Avortement : quels sont vos droits ?

Brésil : un avortement d’un bébé sans cerveau autorisé

Droit à l’avortement : l’Europe condamne l’Irlande

Des milliers de Français anti-avortement dans la rue