FMI : Christine Lagarde voudrait plus de femmes

FMI : Christine Lagarde voudrait plus de femmes
FMI : Christine Lagarde voudrait plus de femmes
Dans cette photo : Christine Lagarde
Dans une interview publiée hier dans le Financial Times, la directrice générale du Fonds monétaire International (FMI) Christine Lagarde a fait part de son souhait de voir plus de femmes représentées dans cette institution.
A lire aussi
Les femmes doivent-elles (vraiment) arrêter de travailler le 7 novembre à 16h34 ?
News essentielles
Les femmes doivent-elles (vraiment) arrêter de travailler...


Alors qu'un rapport de la Commission sur l’image des femmes dans les médias publié il y a quelques jours faisait état d’une faible représentation de femmes spécialistes dans ce domaine (18% de femmes contre 82% d’hommes), Christine Lagarde a également souhaité attirer l’attention sur la présence de ces dernières au sein du Fonds monétaire international (FMI). La directrice du FMI a indiqué dans un entretien publié hier dans le Financial Times qu’elle souhaiterait voir plus de femmes représentées au sein de cette institution. « Mon conseil d’administration n’a pas l’air terrible en termes de représentation féminine » a ainsi déclaré Christine Lagarde dans un numéro du magazine consacré aux « femmes de 2011 ». Le CA ne compte en effet qu’une seule femme, l’Américaine Meg Lundsager, contre vingt-trois hommes. A ce sujet, Mme Lagarde a également rappelé que lors du « grand oral » de son entretien au FMI en juin dernier, elle avait en face d’elle 24 hommes pour l’interroger.
La directrice générale du FMI a cependant tenu à souligner les progrès réalisés jusqu’à maintenant. Ainsi, parmi les hauts décideurs internationaux de l’institution, les femmes seraient quand même mieux représentées. Elles étaient 21,5% des fonctionnaires de classe B (catégorie supérieure) le 31 décembre 2010 contre seulement 15,6% en 2006.
Après la nomination successive de dix hommes à la tête du FMI, Christine Lagarde a été la première femme désignée à ce poste. Une bonne chose selon elle, au vu des conditions de démission de son prédécesseur Dominique Staruss-Kahn.  « Il y a eu un processus de rétablissement dans les premières semaines, et un sentiment qu'il fallait que nous tournions la page avec détermination. Je pense qu'il a été utile que je sois une femme pour que cela se fasse », a-t-elle enfin ajouté.

Alexandre Roux

(Source : Le Figaro.fr)
Crédit photo : IMF Photograph/Stephen Jaffe

VOIR AUSSI

Christine Lagarde favorite pour remplacer DSK à la tête du FMI
Christine Lagarde pourrait annoncer sa candidature à la direction du FMI
Christine Lagarde est pour le maintien du chèque
Christine Lagarde, première femme à la tête du FMI
Médias : la parole des femmes toujours boudée

À voir
Aussi