L'expatriation

Par Hakima Fassi-Fihri
Publié le 16 juin 2009

Dans le monde où nous vivons, le mouvement des personnes d’un pays vers un autre est grandissant. La mobilité qui nous intéresse aujourd’hui est la mobilité au long terme, en particulier celle engendrée par l’émigration. Comment vivre bien à l'étranger ?
Comment vivre l'expatriation ?


Pour pouvoir visionner cette emission, veuillez télécharger le plugin Flash Player disponible en cliquant ici.

 

La construction identitaire des personnes expatriées et immigrées

 

La première question qui nous vient à l’esprit est : pourquoi les personnes ressentent-elles un jour le besoin, l’envie ou l’urgence de vivre loin de leur pays ?


Les origines du choix de l’émigration sont très complexes. En effet, chaque personne a ses propres raisons de prendre la décision de quitter son pays, que cela soit temporaire, dans le cadre d’une expatriation d’ordre professionnel, ou définitif.

Si l’on exclut les cas des personnes qui s’exilent de leur pays d’origine pour cause d’instabilité politique ou de crise humanitaire, le plus souvent, les personnes qui font le choix d’émigrer ont des motivations d’ordre purement économique. Il s’agit dans la majorité des cas de personnes qui n’ont pas trouvé dans leur pays d’origine les opportunités de travail qui leur permettent d’avoir une vie décente, à l’abri de la précarité et du chômage, comme cela a été le cas pendant les années 1960, quand des dizaines de milliers de travailleurs maghrébins ont émigré en Europe en direction des vastes chantiers ferroviaires, routiers et industriels de l'époque.


Les choses ont bien changé depuis ce temps là : l’Europe n’a plus la même demande de main d’œuvre que les années soixante, mais les travailleurs venant du Maghreb sont toujours en quête d’opportunités d’emploi dans les pays européens, et tentent par tous les moyens d’arriver sur le territoire européen, quitte à le faire clandestinement et au prix de leur vie.

 

L'intégration

 

Alors, que se passe-t-il pour ces populations de plus en plus nombreuses qui choisissent de vivre loin de chez eux ?

On entend souvent parler de la notion d’ « intégration », il est communément admis que cette intégration passe avant tout par le respect des lois du pays d’accueil, ce qui est incontestable.

Il est cependant important de se poser la question suivante : respecter les lois du pays d’accueil est-il suffisant pour se sentir intégré dans la société de ce pays ?

La réponse qui s’impose de toute évidence est non. Des éléments d’ordre culturel, sociologique, religieux viennent se greffer à la dimension purement légale de la présence de ces personnes sur un territoire étranger. Nous sommes bien forcés de constater le nombre important de situations délicates, parfois douloureuses que vivent les personnes qui vivent loin de chez eux, du fait tout d’abord de l’arrachement à leur terre d’origine, et du fait d’autre part, des difficultés qu’elles rencontrent quelques fois pour se fondre dans l’environnement d’accueil et s’adapter à ses contraintes et à ses codes sociaux.

 

Construire son identité

 

Dès lors, la question qui s’impose est : comment s’intégrer culturellement dans une société d’accueil, surtout lorsque l’on n’y parle pas la même langue, ou que l’on n’y pratique pas la même religion, les mêmes coutumes ? Autrement dit, comment construire son identité loin de chez soi, sans pour autant y renoncer ?

 

Il semble évident qu’il est absolument nécessaire que chacun fournisse un effort important afin de vivre sereinement son identité propre tout en maintenant une certaine harmonie avec l’environnement d’accueil. En retour, il semble juste que le même effort puisse être fourni par la société du pays d’accueil à l’égard des personnes d’origine étrangère vivant dans le pays.

 

L'identité multiple

 

L’identité de la personne humaine est un concept très difficile à définir et à cerner. Une identité est forcément hybride et multiple, elle se compose d’un éventail d’éléments, qui sont avant tout la somme du vécu de chaque personne prise individuellement.

 

En effet, avant d’être nationale, religieuse ou culturelle, l’identité est individuelle. Et cette identité individuelle n’est pas uniforme ni linéaire. C’est une mosaïque fluctuante, toujours en construction et toujours en mutation, surtout pour les populations expatriées.

 

Hakima Fassi-Fihri


ALLER PLUS LOIN :

Découvrez l'association qui soutient l'intégration des enfants du Lima : mi otro mundo.
Traversez le monde avec les femmes de Terrafemina !

Hakima Fassi-Fihri

Marocaine née à Paris, Hakima Fassi Fihri est diplômée en Droit Privé de l'Université Mohamed V de Rabat, et en Droit Européen de l'Université Pierre Mendes France de Grenoble . Depuis plus de dix années elle est impliquée dans l'enseignement de disciplines juridiques telles le droit des sociétés, et a exercé le conseil juridique dans des cabinets internationaux d'avocats d'affaires en France et au Maroc.

Elle est actuellement en charge de la Direction des Affaires Juridiques et des Ressources Humaines de l'Université Internationale de Rabat, et membre de son Directoire, et enseigne le droit des Affaires des Pays Arabes à l'Université d'Assas Paris II. Parallèlement, elle poursuit une thèse de doctorat en à l'Université Pierre Mendès France Grenoble II, sur un sujet en relation avec la problématique de la reconnaissance des mariages mixtes/inter-religieux dans les pays où la réglementation en la matière est d'essence religieuse.

Passionnée de culture et d'écriture, elle est engagée dans des activités associatives ayant trait au droit de la famille au Maroc, et intervient régulièrement sur ces sujets au Maroc et à l'international.

Elle est mariée et mère de deux garçons.

 

Partages
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
 

Commenter

5 commentaires

isa169 - 17/02/10 21:26
merci pour ces conseils c'est vrai que le déracinement est parfois difficile
isa169 - 05/03/10 12:03
l'expatriation on en parlait plus avant !
joelasaucisse - 18/04/10 16:15
je pense que l'expatriation est plus ou mois facile selon le pays dans lequel on se rend. Dans certains pays, l'accueil des voisins est chaleureux, dans d'autres, c'est chacun pour soi
country33 - 10/11/10 22:20
Je pense que certains endroits sont plus propice à une bonne intégration , et il y a des personnes qui se sentent bien partout .
franmic64 - 22/01/12 22:30
De judicieux conseils à prendre en compte!

Entreprises partenaires

Fermer