Prise d'otages à Pôle emploi : le forcené s'est rendu

Prise d'otages à Pôle emploi : le forcené s'est rendu
Prise d'otages à Pôle emploi : le forcené s'est rendu
Le preneur d'otage armé retenait deux personnes dans une agence Pôle emploi de Paris. Les deux otages ont été libérés. L'homme avait contacté le site Rue 89 afin d'expliquer son geste désespéré.
A lire aussi


La prise d'otage de l'agence Pôle emploi rue Pelée, dans le XIe arrondissement, a finalement pris fin cet après-midi peu après 14h.
Christophe Denisot, un homme de 45 ans, informaticien ayant des difficultés à trouver un emploi, avait pénétré dans cette agence Pôle emploi lundi matin, peu avant midi, armé d’un revolver. Il avait pris en otage la directrice de l'agence ainsi que le sous-directeur. L’homme avait immédiatement contacté le site d’information Rue 89, pour, selon lui, expliquer les raisons de son geste. Il parle ainsi d’un geste « critiquable » mais portant un « objectif légitime ».

Bien qu’armé, le preneur d’otage a assuré qu’il ne voulait pas s’en prendre aux otages : mon but n’est pas de faire un carnage mais de faire passer un message. Reste qu’il envisageait la possibilité d’utiliser son arme pour se « défendre ».
Dans un long mail envoyé à Rue 89, l’homme se présentait ainsi : « Je ne représente aucune idéologie politique, aucune religion (je suis laïc et athée), je ne représente que moi-même, un simple citoyen avec ses convictions et sa conscience ». Il ajoutait : « depuis le début des années 2000, comme pas mal de citoyens français, je galère ; mais depuis quelques années, j'ai amorcé les étapes ultimes qui mènent à la précarité ».

Finalement Christophe Denisot s’est rendu aux forces de l’ordre après avoir libéré les deux otages. Il semblerait, de source policière, que son arme était factice.

VOIR AUSSI

Six mois dans l’enfer du Pôle emploi, avec Marion Bergeron
Le Pôle emploi pointé du doigt
Nadine Morano compte sur Pôle emploi pour détecter l’illettrisme

L'INFO DES MEMBRES

Bordeaux, prise d’otage dans un train : le GIPN empêche un forcené de dérailler
Fleury-Mérogis : prise d’otage d’un psychologue dans la prison

comments powered by Disqus