Municipales 2014 : la parité sur les listes, pas à la tête des mairies

Municipales 2014 : la parité sur les listes, pas à la tête des mairies
Municipales 2014 : la parité sur les listes, pas à la tête des mairies
Les élections municipales des dimanches 23 et 30 mars ne seront pas encore celle de la parité hommes-femmes. 83% des têtes de liste engagées sur l'ensemble du territoire sont des hommes, selon le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes. Si les lois successives ont permis de faire passer le pourcentage de femmes maires de 1% en 1959 à 13,9% en 2008, le chemin pour l'égalité à la tête des villes et au sein des conseils municipaux est encore long.
A lire aussi
Municipales 2014: un maire inéligible charge sa femme de garder sa place au chaud - vidéo
insolite
Municipales 2014: un maire inéligible charge sa femme de...


« Le partage du pouvoir n'est pas une réalité », tel est le constat une nouvelle fois dressé par le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCEFH), avant les élections municipales des dimanches 23 et 30 mars.

Le Parti de gauche, EELV et le MoDem bons élèves

En effet, seules 17,1% des têtes de liste engagées dans les 36 664 communes françaises sont des femmes. Une quasi stagnation par rapport aux dernières municipales de 2008 (16,5%). En outre, les femmes ne représentent toujours que 13,9% des édiles (contre 1% en 1959). Une étude menée par l'institut Harris Interactive dans les communes de plus de 9 000 habitants montre que 79% des têtes de liste sont des hommes. Dans ces villes, le FN ferme la marche en termes de parité (18% de femmes têtes de liste). Suivent de très près l'UMP (19%) et le PS (20%). Les bons élèves sont à chercher du côté du Parti de Gauche (46%), d'Europe Ecologie-Les Verts (38%) et du MoDem (35%).

Pour tenter de réduire ces inégalités, la loi organique du 17 mai 2013 a étendu le respect du principe de parité des listes de candidats à toutes les communes de plus de 1 000 habitants (une disposition qui ne s'appliquait jusqu'alors qu'aux communes de plus de 3 500 habitants). La mesure concerne 6 550 villes. Le gouvernement table ainsi sur l'élection de 16 000 conseillères municipales supplémentaires.

La « parité qualitative » pas au rendez-vous

Mais si les lois sur la parité de 2000 et 2007 avaient déjà permis de rendre les Conseils municipaux quasi paritaires, avec 48,5% de femmes, la « parité qualitative » n'est toujours pas au rendez-vous. En clair, les hommes se réservent, dans la plupart des cas, les délégations les plus influentes dans les politiques locales. Ce phénomène varie toutefois en fonction de la couleur politique, comme l'indique le site des Echos : « Les mairies PS ayant un taux de féminisation de 43% pour les deux premiers adjoints – aux délégations les plus lourdes – quand les mairies de droite affichent un taux de 30% ».