Les féministes en veulent aussi à la grammaire

Par Marine Deffrennes
Publié le 24 février 2012

Les féministes en veulent aussi à la grammaire

Les féministes en veulent aussi à la grammaire

© iStockphoto
Partages
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Un groupe d'associations féministes lance avec la Ligue de l'enseignement une pétition pour abolir la règle de grammaire selon laquelle le masculin l'emporte sur le féminin. Une manifestation est organisée le 6 mars devant la Comédie Française pour abolir une règle datée du 17e siècle.


La grammaire est-elle sexiste ? Il semblerait bien. Les règles du français ont été fixées à une époque où les discours et les écrits des hommes étaient seuls valables, et où l’on pensait unanimement que le cerveau féminin était plus petit donc moins compétent que la matière grise du mâle. L’association féministe « L’égalité c’est pas sorcier », s’allie aujourd’hui à « Femmes solidaires » et à la Ligue de l’enseignement pour clouer au pilori un certain Nicolas Beauzée, grammairien coupable de la formule énoncée en 1767 : « Le genre masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle ». Un siècle plus tôt, la question était déjà pliée, Richelieu voulait fixer et unifier la langue de Molière : depuis, dans une phrase qui comporte plusieurs sujets masculins et féminins, le masculin l’emporte pour l’accord du participe passé et de l’adjectif. D’où la phrase : « mes cousins et mes cousines sont marseillais. »

La « règle de proximité »
Selon la pétition qui sera distribuée à partir du 6 mars, intitulée « Pour que les hommes et les femmes soient belles », une autre loi de la grammaire désuète pourrait s’appliquer dans le français courant : la « règle de proximité », qui veut qu’on accorde l’adjectif avec le nom le plus proche, qu’il soit féminin ou masculin. Ce qui donnerait : « Mes cousins et mes cousines sont marseillaises ». Une réforme révolutionnaire et surtout compliquée à mettre en place, mais essentielle, pour « libérer la langue française d’habitudes acquises qui soutiennent le sexisme », d’après le communiqué. La présidente de l’association « L’égalité c’est pas sorcier », Henriette Zoughebi, explique dans Le Parisien (édition de ce jour) que la règle du masculin qui l’emporte, « apprise encore aujourd’hui à l’école, inscrit la domination phallocratique dès l’enfance et conduit à l’invisibilité du féminin. »

Qu’en pense la « mdr » génération ?

La langue a-t-elle réellement le pouvoir de transmettre aux enfants « un monde de représentation où le masculin est considéré comme supérieur au féminin » ? L’égalité des sexes tiendrait-elle à un petit « e » muet ajouté au bout d’un groupe de syllabes ? À l’heure où les dictées restent le seul espace orthographiquement correct des écoliers face au nombre de SMS envoyés en code lol, nos enfants seront-ils moins sujets au sexisme ordinaire si on réhabilite la règle de proximité dès le CE1 ?

En attendant, les femmes gagnent 20% de moins que les hommes, elles sont les premières victimes du temps partiel, près de 30% des familles monoparentales vivent en dessous du seuil de pauvreté, et tous les trois jours un conjoint violent tue sa compagne. Le féminisme a encore de beaux jours devant lui, et des combats de fond à mener, en attendant que les femmes et les hommes soient égaux.

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Familles monoparentales : les nouvelles pauvres
Présidentielle : la campagne d'Osez le féminisme

Mademoiselle ou madame : « une question de sexisme ordinaire » ?

Plus de « mademoiselle » sur les documents officiels

Voir aussi :  feminisme    france   
 

Commenter

13 commentaires

ysabella - 24/02/12 11:51
Nous avons eu une discussion sur le forum à ce sujet http://www.terrafemina.com/communaute/forum/re-regle-orthographique-de-proximite--29-12546.htm?p=108075&hilit=orthographe#p108075
ysabella - 24/02/12 11:56
Le sexisme apparait bien avant que les enfants aillent à l'école et n'apprennent la grammaire. Il suffit d'observer comment se comportent les hommes avec leurs femmes. L'exemple se trouve à proximité, dans les bases mêmes de l'éducation inculquée dès le plus jeune âge. Ce sont les actes, les paroles au quotidien qu'il faut changer pour que l'idée même de sexisme disparaisse. Les femmes sont aussi coupables lorsqu'elles font une différence dans l'éducation donnée à leurs filles et leurs garçons. J'ajoute qu'il faut plutôt parler d'équité et non d'égalité entre femme et homme.
jeant - 24/02/12 12:01
Je suis tout a fait d'accord sur le fait que équité est plus adapté que égalité pour ce sujet. Car on sait bien que l'homme et la femme ne peuvent être égaux, vu qu'ils sont différents.
jeant - 24/02/12 12:03
Est-ce vraiment utile de changer les règles de grammaire? Parce que moi, si ça change, je reste aux règles que j'ai apprise et qui datent de Richelieu! On va pas faire table rase sur plusieurs centenaires d'histoire de la langue française pour faire plaisir à un lobby totalement décalé...
fidjikelyna - 24/02/12 15:17
non je ne vois pas l'intérêt de changer la grammaire, il y a des choses bien plus importantes à faire
exhine - 24/02/12 17:12
Il faut des règles simples et compréhensibles par la grande majorité, dire que le masculin prévaut dans l'accord ne me dérange pas(pas question de supériorité mais simplement de facilité pour une règle assez ancienne) mais voir passer le sytème à l'accord de proximité ne me donnerait aucun regret, pour la langue parlée, ce serait même un avantage pour ceux qui se lancent dans de longues phrases. On pourrait aussi instaurer une démocratie grammaticale ou l'on accorde avec qui on veut? Pour les cousins marseillais, on prend celui ou celle qui est le plus proche de la mer. En résumé je ne trouve pas ce combat important mais si ça peut faire plaisir à certaines, je ne suis pas contre le changement.
jeant - 26/02/12 19:58
Pendant qu'on y est on peut aussi arrêter d'accorder l'adjectif avec le nom auquel il se rapporte. Faut arrêter les absurdités!
jujuleretour - 28/02/12 08:56
he bien moi , je revendique etre la femme de mon amoureux ,, j aime cette différence ,,, je suis une il est un ,,, peu importe le nom qui suit ,,, je suis la , il est le ,,, la langue française est une tres belle langue ,,, les feministes veulent refaire un dictionnaire ,, et bien ,, qu elles fasses le leur ,,, elles ne referont pas le mien ,,,,
country33 - 15/05/12 06:52
Je serai d'accord pour que les enfants à l'école apprennent dès le plus jeune âge, les petites règle de grammaire que l'on apprenait nous aussi,ça ne nous a pas tué et maintenant il commencent vraiment trop tard alors c'est aussi pour ça qu'ils ne peuvent plus assimiler.
omaha - 15/05/12 06:56
franchement je ne vois pas l'interet de changer la grammaire dans un souci de parité
linelu7 - 08/06/12 08:25
lol, on peut bien leur laisser la grammaire aux hommes. il y a des problèmes plus importants que des règles de grammaire ou me fait que l'on appelle une telle ou une telle "mademoiselle"!
Fleurdesmontagn - 14/08/12 10:15
Le masculin l'emporte sur le féminin, c'est la règle de la grammaire! Personne n'y peut rien! On ne peut pas changer ce qui avait été décidé il y a des siècles!
linelu7 - 28/12/12 21:39
c'est normal, car ce sont des hommes qui ont inventé ces règles. les femmes ayant longtemps été tenues à l'écart de l'école...
Fermer