Présidentielle : « Sarkozy va devoir ramer pour aller chercher les électeurs du FN »

Par Marion Roucheux
Publié le 23 avril 2012

Présidentielle : « Sarkozy va devoir ramer pour aller chercher les électeurs du FN »

Présidentielle : « Sarkozy va devoir ramer pour aller chercher les électeurs du

© AFP
Partages
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Alors que Marine Le Pen enregistre un score record au premier tour de l'élection, les stratégies du second tour s'organisent. Entre un candidat socialiste favori dans les sondages qui peut compter sur une forte assise à gauche et un président sortant qui tente de capitaliser sur les réserves de voix de l'extrême droite, le duel s'annonce tendu. Retour sur les enjeux avec Pierre Lefébure, Maître de conférences en science politique à Sciences Po Bordeaux.

 

Terrafemina : Comment expliquez-vous cette percée du Front National au premier tour de l’élection présidentielle ?

Pierre Lefébure : La participation étant élevée, le score en % des candidats importants s’en trouve forcément gonflé en nombre de votants, c’est un effet mécanique. Comment expliquer la sous-estimation de la présence du FN au premier tour dans les sondages des derniers mois ? Tout d’abord par le fait que les sondeurs ont procédé par de nombreuses enquêtes sur Internet, un format qui ne touche pas la même population que certaines autres formes d’enquêtes plus classiques, comme celles effectuées par téléphone. Or Marine Le Pen enregistre un score très fort chez un électorat populaire, une catégorie de population moins équipée en Internet et qui répond moins aux sondages en ligne. Les nouveaux outils des sondeurs nous éloignent d’une certaine catégorie d’électeurs du Front National. Par ailleurs, les intentions de vote exprimées vis-à-vis du FN sont généralement redressées par rapport aux précédents scores marqués par le parti. Etant donné que les niveaux d’intentions de vote étaient déjà élevés, les instituts de sondage ont procédé à de faibles redressements, estimant que les électeurs avaient moins de tabou à exprimer leur vote pour Marine Le Pen qu’ils pouvaient en avoir vis-à-vis de Jean-Marie Le Pen. Peut-être aurait-il fallu réaliser un redressement plus important : les deux-trois points qui diffèrent entre les sondages et les résultats définitifs viennent certainement de là. Reste que le vote d’extrême droite est toujours difficile à prévoir.

 

Tf. : Quel impact va avoir ce score du FN sur la suite de la campagne de Nicolas Sarkozy?

P.L. : Cela va avoir un impact politique très fort sur sa stratégie électorale. Pour Nicolas Sarkozy, l’équation est compliquée. En tant que président sortant, il a concentré les critiques venant de tout l’échiquier politique durant la campagne du premier tour et il ne s’est dessiné aucune forme de proximité avec un autre candidat. Il va désormais devoir ramer pour aller chercher les électeurs d’extrême droite et l’électorat de François Bayrou. Concernant la question des consignes de vote, selon moi ni Marine Le Pen ni François Bayrou n’a d’intérêt à en donner. Ce ne serait pas cohérent de lancer des messages de ralliement aussi nets que celui qu’a pu lancer Eva Joly, appelant ses électeurs à voter François Hollande. Du côté du centre, il existe des divergences au sein du MoDem, avec certains cadres du parti de tendance centre-droit qui tendent à rejoindre Nicolas Sarkozy et d’autres qui convergeraient plus vers François Hollande. De plus l’électorat du MoDem est très composite : il n’y a aucun intérêt pour François Bayrou à émettre une consigne claire, surtout avec la perspective des législatives. Pour le MoDem comme pour le FN, l’objectif est de consolider leur base électorale en vue du troisième tour : les législatives.

 

Tf. : Quelles thématiques vont à votre avis ressurgir dans cette campagne du deuxième tour afin de convaincre les électeurs du FN et du centre ?

P.L. : Toutes les enquêtes montrent que les électorats du centre et du FN sont très hybrides : ils peuvent tendre à gauche ou à droite selon les sujets soulevés par la campagne. Si la campagne s’accentue sur les enjeux sociaux-économiques, alors les électeurs du FN seraient plus tentés de voter pour le PS. Si au contraire ce sont les thématiques de la sécurité et des valeurs qui sont mises en avant, ce serait une incitation à voter à droite. Les reports de voix vont donc dépendre de la tonalité donnée à la campagne. Ce qu’on a vu pour l’instant, suite aux premières réactions suivant les annonces des résultats du premier tour, c’est que Nicolas Sarkozy a tenté de faire valoir l’incompétence et l’inexpérience de François Hollande. Mais c’est un angle qui risque de ne pas fonctionner et a peu de chance de trouver un écho à ce stade avancé de la campagne. Une deuxième série d’argumentaire va porter sur le prisme de la sécurité, des frontières et de l’immigration dans l’espoir de récupérer des électeurs de Marine Le Pen. Pour attirer l’électorat de François Bayrou la droite sera peut-être tentée d’agiter le drapeau de la réduction du déficit budgétaire, mais il s’agit là d’un motif moins viscéral, moins sensible.

 

Tf. : Et du côté du PS, quelle stratégie va selon vous adopter François Hollande pour conforter son statut de favori ?

P.L. : On a rarement eu un rapport au premier tour aussi favorable à la gauche. La situation est relativement confortable pour François Hollande, qui n’a pas à créer de dynamique spécifique et doit juste entretenir une structure qui lui est favorable. Le candidat socialiste a tout d’abord refusé de céder aux injonctions de Nicolas Sarkozy réclamant trois débats pour l’entre-deux tours. Cela illustre sa volonté de renvoyer M. Sarkozy à l’image d’un candidat en perdition et à son déficit du premier tour. Il s’agit là d’une approche somme toute classique. François Hollande bénéficie par ailleurs d’une très forte assise du bloc de gauche : il ne lui reste plus qu’à éviter toute erreur qui pourrait faire penser qu’il ne sera pas un président de gauche, afin de mobiliser les électeurs de Jean-Luc Mélenchon.

Crédit photo : AFP

 

VOIR AUSSI

Hollande/Sarkozy : le second match de la présidentielle est lancé
Résultats Présidentielle 2012 : Hollande en tête, Sarkozy qualifié, percée de Marine Le Pen
Présidentielle 2012 : un taux de participation proche de 80 % au premier tour
Présidentielle 2012 sur Twitter : nom de code #RadioLondres
Résultats Présidentielle 2012 : que se passera-t-il en cas de fuites ?
Présidentielle : en attendant le (vrai) match…

 

Commenter

10 commentaires

country33 - 23/04/12 15:42
Mais pourquoi aller chercher le svoies des uns ou des autres , les électeurs n'appartiennent pas aux candidats et feront bien au final à leur convenance.
Delphine.R - 23/04/12 15:48
bah parce que si ton candidat est pas au deuxième tour tu vas bien devoir voter pour quelqu'un d'autre ^^
fidjikelyna - 23/04/12 15:52
j'espère que les électeurs de marie Le Pen ne retourneront pas vers Sarko, car ils votaient pour le changement alors qu'ils continuent dans leur idée
jeant - 23/04/12 16:01
De toute façon Sarko ne sera pas élu. Les électeurs du FN sont en partie des français déçus par Sarko. Alors il peut toujours essayer de ratisser, mais il va avoir du mal.
ladymam - 23/04/12 16:05
chaqun fait ce qui lui plait et rien n 'est gagner pour personne seul les électeurs feront pencher la balance.
angelabeille - 23/04/12 18:49
cela me choque qu'un groupe politique dise : j'ai perdu le round, mais voter pour celui là ! En fait... les Français seraient ils des moutons ?
exhine - 24/04/12 12:34
Tactiquement, le FN souhaite une victoire de hollande mais en pratique, c'est impossible à faire passer, donc le bureau politique va essayer de trouver comment ne pas donner de consigne.
jeanne-flo - 28/04/12 12:23
Mais quoi qu'il en soit , toutes les personnes qui ont voté pour les autres candidats que Mr Sarkosy et Mr Hollande devront reporter leurs voix ou pas selon leurs idées , il me semble que nous avons de la chance de pouvoir dire que nous avons voté , et que nous allons voter ... Maintenant le résultat plaira ou pas , c'est un autre problème qui durera cinq ans ...
omaha - 02/05/12 13:26
si les electeurs FN suivent le vote de Marine Le Pen alors je suppose qu'il va y avoir beaucoup de votes blancs
omaha - 03/05/12 11:24
marine le pen est en tout cas sure d'une chose, la droite ne passera pas et c'est la fin selon elle de l'ump
Fermer