Tourisme : les professionnels du secteur inquiets

Tourisme : les professionnels du secteur inquiets
Tourisme : les professionnels du secteur inquiets
La baisse de l’activité en juillet par rapport à l'année dernière inquiète les professionnels du tourisme. La faute à la crise et à une météo peu clémente, mais pas que...
A lire aussi
Amener son chien au travail, la clé du bonheur professionnel ?
News essentielles
Amener son chien au travail, la clé du bonheur...


Les Français sont moins nombreux a être partis en vacances cette année en juillet, et le seront aussi en août, avec une baisse de 4 points des intentions de départs, selon une étude publiée mercredi par la DGCIS, le service de statistiques du ministère de l'Economie. Des prévisions confirmées par les professionnels du tourisme. Pour Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme, la saison « sera en baisse par rapport à l'an dernier », et en août « on peut limiter le retard mais pas le rattraper ».

Même constatation du président de la Fédération de l'hôtellerie de plein air, Guylhem Féraud : « L'activité de juillet a globalement baissé alors que celle d'août pourrait être identique à l'an dernier ce qui n'est pas mal ». Pour lui, la crise et la météo n’expliqueraient pas tout : « Peu à peu on grignote presque une semaine de vacances en juillet. Avant on partait vers le 27 juin, maintenant c'est le 4 juillet. Plus on raccourcit le mois, plus le chiffre d'affaires va baisser ». Les villages de vacances et les hôtels clubs tireraient, eux, leur épingle du jeu. Protourisme constate en effet une hausse des nuitées en cumul de 2%, alors que le camping reculerait de 5%, et l'hôtellerie des stations balnéaires de 10%.

Même constat pour les destinations étrangères. Tui France (Nouvelles Frontières, Marmara, etc.) avait encore des places disponibles pour le Maroc, la Turquie, le Sénégal ou l'île Maurice fin juillet. Pour le patron des tours-opérateurs, René-Marc Chikli, « il faut s'attendre à un été en retrait » car ce qui « a été perdu ne sera pas rattrapé ».

(Source : AFP)
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Tourisme : les Français réputés les plus désagréables
Salon mondial du Tourisme 2012 : séduire malgré la crise
Tourisme participatif : le « greeter » remplace le city-guide