NKM : Ségolène Royal "en est à attendre que son ex la nomme quelque part"

Par La rédaction
Publié le 8 mars 2013

NKM : Ségolène Royal

NKM : Ségolène Royal "en est à attendre que son ex la nomme quelque part"

© Abaca
Partages
 
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Dans une interview publiée aujourd'hui dans le Parisien Magazine, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, a fermement critiqué la nomination de Ségolène Royale à la vice-présidence de la BPI ainsi que son parcours politique et ses relations professionnelles. Des propos parfaitement misogynes, répond-on à gauche.


Quelques jours après l'annonce de la nomination de Ségolène Royal à la vice-présidence de la Banque publique d’investissement (BPI), Nathalie Kosciusko-Morizet réagit dans une interview accordée au Parisien Magazine, à paraître aujourd’hui : la candidate UMP à la primaire pour les élections municipales de 2014 déplore que la présidente de la région Poitou-Charentes en soit « à attendre que son ex la nomme quelque part, c’est très rude ». NKM va plus loin en critiquant ouvertement le parcours politique de Ségolène Royale, en indiquant « qu’elle s’est construite politiquement en parallèle à François Hollande, et l’issue n’a pas été en sa faveur. Je pense qu’elle méritait mieux que ce lot de consolation incongru », a-t-elle ajouté, en faisant allusion à sa nouvelle nomination.

À l’occasion de la Journée internationale des Droits de la femme, l’ex porte-parole de Nicolas Sarkozy estime que « le premier trésor pour une femme, c’est son autonomie. Il ne faut jamais dépendre d’un homme ni procéder de lui ». « Je ne suis ni héritière, ni rentière, ni la dauphine, ni la protégée de quiconque », a-t-elle ajouté en attaquant ainsi directement sa rivale Anne Hidalgo, candidate socialiste à la mairie de Paris, désignée par Bertrand Delanoë.

En réaction à ces commentaires, la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a dénoncé, ce vendredi matin sur RTL, « la phrase la plus misogyne et la plus idiote ». « Quand Mme Kosciusko-Morizet aura rassemblé 17 millions de voix sur son nom, on pourra en reparler », a-t-elle ajouté.

Quant à la principale intéressée, elle a répondu à l'attaque par un simple Tweet : « Je ne suis pas en attente à la BPI mais au service d'une belle idée. Je n'attends pas une nomination mais le juste respect de la valeur travail. »

Alice Bidet

VOIR AUSSI

Taubira, Fourest, NKM : elles défraient la chronique sur Twitter
NKM est "une emmerdeuse" et s'en félicite
NKM candidate aux municipales 2014 : a-t-elle ses chances ?

Voir aussi :  politique    droits des femmes    france   
 

Commenter

8 commentaires

country33 - 08/03/13 17:58
Elle a pourtant déclaré qu'elle n'avait nul besoin de lui pour suivre son bonhomme de chemin et de faire de la politique.
sandrine6405 - 08/03/13 18:41
Nathalie Kosciusko-Morizet n'a pas sa langue dans sa poche, elle devrait plutot se concentrer sur sa carrière que de déblatérer sur les autres !
Fleurdesmontagn - 09/03/13 04:08
Quand on est une personnalité très connue, on a tendance à trouver facilement un bon poste et faire ainsi une carrière de rêve! Rien à ajouter!
sandrine6405 - 09/03/13 18:13
Et puis Ségolène Royal vient d’être nommé comme la vice-présidente de la Banque Publique d'Investissement, elle n'attend plus rien du gouvernement.
naty44190 - 10/03/13 23:10
et voila encore une nouvelle polémique st déclarer et entre les femmes cela va vite tourner au vinaigre sans doute beaucoup de jalousie !!
omaha - 11/03/13 07:06
les mots sont posés, je crois qu'il l'aurait placé quelque part depuis longtemps si la compagne de Hollande n'avait pas été dans les parages
neo2k - 17/03/13 17:50
ON TIRE SURTOUT LES AVANTAGES
axellerose - 23/06/13 23:49
Ségolène Royal a toujours attendu quelque chose de quelqu'un. Le premier a la sortir de l'impasse était François Mitterrand. Pourquoi un second François ne le ferait pas ?

Hot-Lexique

Entreprises partenaires

Fermer