Quick : le restaurant est bien responsable de la mort de l’ado

Quick : le restaurant est bien responsable de la mort de l’ado
Quick : le restaurant est bien responsable de la mort de l’ado
Après avoir mené l’enquête sur la mort du jeune Benjamin, 14 ans, victime d’une intoxication alimentaire, le parquet d’Avignon a confirmé vendredi la responsabilité de Quick dans cette affaire : le jeune garçon est bien décédé suite au repas qu’il a pris au sein du restaurant Quick du Cap Sud d’Avignon.
A lire aussi
8 conseils pour bien se vendre après une période de creux professionnel
News essentielles
8 conseils pour bien se vendre après une période de creux...

Le constat est sans appel : selon Catherine Champrenault, procureur de la République, « la synthèse des rapports médico-légaux permet de conclure que Benjamin Orset est décédé d'une toxi-infection alimentaire liée à l'absorption d'un repas pris quelques heures avant sa mort, soit la veille au soir le 21 janvier, au restaurant Quick Cap Sud à Avignon (...) Cette analyse résulte d'abord de l'exclusion de toutes les autres hypothèses étudiées par le juge d'instruction : repas pris à la maison, élevage d'animaux par la famille, déjeuner à la cantine scolaire ».

C’est le non-respect de l’hygiène du restaurant qui est responsable de la mort du garçon. En effet, lors de l’expertise, des staphylocoques dorés se trouvaient dans le liquide gastrique de la victime. Mais également sur 5 des employés présents le soir où Benjamin s’est rendu dans le restaurant, et sur le sol du restaurant. Il ne fait donc plus aucun doute que c’est le manque d’hygiène qui a causé la mort du jeune garçon. Et selon Jean-Edouard Charret, président du groupe Quick, ce n’est pas la chaîne Quick qui doit être tenu responsable de ce décès mais uniquement le restaurant d’Avignon, qui a subi un « dysfonctionnement local » : « Seule une défaillance au niveau local a pu provoquer cette situation dramatique ».

Le restaurant, qui avait fermé à l’annonce de la mort de Benjamin, a rouvert ses portes ce week-end. Une réouverture qui est marquée par une baisse de fréquentation de 40%, légitimée par les craintes des consommateurs. Le groupe Quick va lancer dans quelques semaines une campagne de communication, afin de retrouver la confiance de ses clients.

VOIR AUSSI

Boris Boillon, le nouvel ambassadeur de France en Tunisie, "star" du Web

Un bébé égyptien baptisé Facebook

Dans l'actu
À voir
Aussi