Manspreading : voilà ce qui se passe quand une femme écarte les jambes dans le métro

Manspreading : voilà ce qui se passe quand une femme écarte les jambes dans le métro
Manspreading : voilà ce qui se passe quand une femme écarte les jambes dans le métro
Alors que le métro new-yorkais souhaite sensibiliser les hommes sur le problème du manspreading (la tendance à s’asseoir les jambes trop écartées), une journaliste américaine s’est demandé comment réagiraient les usagers si une femme se comportait de la même façon. Réponse ?
A lire aussi
Voilà ce qui se passe quand une maman allaite son bébé après avoir mis de l'autobronzant
News essentielles
Voilà ce qui se passe quand une maman allaite son bébé...

Le manspreading, vous connaissez ? Le terme a été popularisé par le Urban Dictionary et désigne " les mecs qui s'assoient en étalant leurs jambes au maximum, avec la forme d'un V ". Ces mecs ont également un nom, les " manspreaders ", et depuis quelques mois, ils agacent de plus en plus. Car ils sont nombreux à prendre un peu trop leurs aises dans les transports en commun, si bien qu'en Turquie une association féministe a lancé une campagne pour leur demander de serrer les jambes. A New York, le problème est pris avec encore plus de gravité puisque c'est carrément la MTA (équivalent de la RATP) qui a décidé de sensibiliser les usagers masculins avec une nouvelle campagne de pub leur demandant de " stopper la propagation "... de leurs attributs.

Manspreading


S'asseoir dans le métro n'a donc jamais été aussi controversé. Liz Plank et Nick Heitz, journalistes pour le site Mic se sont alors demandés : comment réagiraient les gens si une femme s'adonnait au manspreading ? Chacun leur tour, ils ont donc tourné en caméra cachée dans le métro new-yorkais, tous deux s'asseyant les jambes le plus écartées possible. Le résultat ne se fait pas attendre : de son côté, la jeune femme doit faire face à des regards de travers et un homme va même jusqu'à la photographier sans lui demander la permission. Mais quand son collaborateur fait la même chose, peu de personnes réagissent. Un groupe de femmes va même jusqu'à rester debout alors que le journaliste occupe trois places à lui seul. A la fin de la vidéo néanmoins, deux personnes lui demandent poliment de déplacer ses affaires.



Une réponse à la pétition de la MRA

Avec cette vidéo, les journalistes de MIC ont souhaité répondre à la MRA (Men's Right Activists), un mouvement qui lutte depuis les années 70 contre la discrimination masculine. Fin 2014, une branche basée à Toronto a ainsi lancé une pétition en ligne plutôt nauséabonde appelant les usagers à continuer de s'étaler comme bon leur semble. Dans la description, on peut ainsi lire que si les hommes " doivent ouvrir leurs jambes, c'est une question de biologie ". Pire, le mouvement ajoute : " Nous ne pouvons pas forcer les femmes à ne pas allaiter dans les transports en commun, nous ne pouvons pas forcer les gens à ne pas transporter de poussettes, alors pourquoi les hommes devraient-ils être forcés de serrer les jambes ? " A ce jour, la pétition a récolté 1260 signatures.

Biologie ou manque de politesse ?

Et tandis que certains hommes y voient de la misandrie, d'autres pointent surtout un manque de courtoisie énorme. Bryan Moylan, journaliste pour le Time, écrit : " En tant qu'être humain possédant un pénis, je peux assurer qu'il n'existe pas d'attributs assez gros au point que l'on soit obligé d'écarter les jambes comme le Grand Canyon. On devrait tous se montrer un peu plus de respect ".

Même son de cloche du côté du site féministe Jezebel sur lequel Mark Shrayber donne son opinion : " Personnellement, je n'ai jamais eu à empiéter sur l'espace vital de quelqu'un d'autre juste pour rendre mes testicules heureuses. La MRA peut parler de biologie tant qu'elle veut, mais le fait est qu'un homme peut s'asseoir les jambes serrées et même les croiser. C'est totalement sûr ! Voilà pourquoi vous n'entendez jamais parler de blessures aux testicules : ce n'est pas de la discrimination, c'est juste que ça n'arrive jamais. Je connais beaucoup d'hommes qui prennent le métro depuis des années. Ils sont polis, n'écartent pas les jambes et ont même des enfants. Apparemment, cela ne pose donc aucun problème au niveau de l'anatomie masculine ".

" On inculque aux hommes d'embrasser leur virilité "

Pourtant, il semble que la nouvelle campagne du métro new-yorkais soit partie pour rester affichée un bon bout de temps. Récemment, la journaliste Lauren Evans partait à la rencontre de manspreaders et la plupart d'entre eux ne voyaient tout simplement pas ce qui clochait dans leur manière de se comporter. Interrogés par le New York Times, certains hommes ont même déclaré qu'ils " n'allaient pas s'asseoir comme des femmes " ou encore qu'ils espéraient voir la campagne de sensibilisation " vandalisée ". Faire évoluer les mentalités devrait donc prendre du temps. Mais pour certains, le problème est bien plus profond.

En septembre dernier, la féministe Feminista Jones confiait son point de vue à Mic : " On apprend aux filles à croiser les jambes parce que c'est plus féminin. On est censées les croiser pour protéger nos parties intimes. En revanche, on inculque aux hommes d'embrasser leur virilité, de s'affirmer hardiment, en particulier dans les lieux publics. Cette revendication de l'espace physique est une manière subtile de marquage du territoire, c'est une façon de s'approprier un morceau du monde ".

En attendant de savoir si la campagne de la MTA fera changer les choses et surtout si elle s'étendra dans d'autres pays, de nombreux Tumblr se sont intéressés au sujet avec plus ou moins de second degré. Les plus connus d'entre eux : " Move The Fuck Over, Bro ", " Men Taking Up Too Much Space On The Train " et " Saving Room For Cats ", certainement le plus drôle d'entre eux.

Le reportage de Lauren Evans pour Gothamist