La mort peut faciliter l’intégration des vivants

Par PascalHilout
Publié le 7 novembre 2011

 3   

Contributeur
La mort peut faciliter l’intégration des vivants
Partages
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
La République nous réunit, même si nos convictions religieuses ou philosophiques tendent à nous séparer. Accepter d'être enterré en rang, à côté de nos voisins et de nos concitoyens du cimetière communal est un acte symbolique très fort qui peut démontrer que les musulmans, de foi ou simplement de culture, sont capables de construire un destin commun à notre belle nation.

 

Le jeudi 3 novembre 2011, Yamina Benguigui, adjointe au maire de Paris, en charge des droits de l’Homme et de la lutte contre les discriminations, a organisé un colloque fort intéressant sur les carrés musulmans.

Aussi bien dans son allocution d’introduction que dans son discours de clôture, Mme Benguigui a promis de s’investir personnellement pour obtenir plus de carrés musulmans. C’est ainsi qu’elle entend continuer à lutter contre les discriminations et à promouvoir l’intégration. Tout au long des quinze interventions du colloque, les responsabilités furent plutôt imputées à la République.

La communauté musulmane paraissait ainsi subir des discriminations. Mais nous savons que depuis 1881, la République ne relègue plus ses défunts dans des cimetières à part ou dans des carrés à l’écart. Ce sont plutôt des dispositions religieuses qui continuent de prescrire la séparation des êtres humains, même après la mort. Nos différents ministres chargés des cultes ont réussi à convaincre les musulmans - et leurs représentants – de la nécessité de recourir à des ossuaires afin de limiter les concessions à 30, 50 ou 99 ans, comme c’est la règle pour tous les défunts, croyants ou non-croyants.

Cette inflexion majeure du rite prouve que les musulmans sont tout à fait capables de plier la religion à leur propre volonté. Reste donc à régler une dernière question de détail pour que rien ne vienne empêcher les musulmans d’être enterrés en rang, à côté de leurs voisins et concitoyens du cimetière communal, qui n’est pas confessionnel. Il s’agit de l’orientation de la dépouille vers la Mecque. Au chapitre II, verset 115, le Coran énonce :

« Peu importe où vous tournez votre face, vous serez face à Allah ». Alors je me pose la question : n’est-il pas grand temps de réintégrer les morts pour intégrer les vivants ? Par cet acte symbolique très fort, les citoyens musulmans, de foi ou simplement de culture, peuvent devenir acteurs d’un destin commun au sein de notre belle nation. Renonçons tout simplement aux carrés qui nous séparent des autres. Une belle dernière volonté…pour s’intégrer ! Pascal Hilout, né Mohamed de deux parents musulmans.

VOIR AUSSI

Religion et Internet : l'interview de Saïd Branine, directeur de oumma.com

Musulmans de France : rejet du mariage arrangé et de la polygamie

Ramadan 2011 : 7 musulmans sur 10 débutent leur jeûne aujourd’hui

Un nouveau lieu de prière pour les musulmans

Voir aussi :  religion   
Cet article a été publié par un membre de la communauté, et non par la rédaction de Terrafemina. L'opinion qui peut y être exprimée n'engage que son auteur. Quant au contenu, il peut comporter des erreurs. N'hésitez pas à nous en faire part via le formulaire de contact
 

Commenter

3 commentaires

country33 - 07/11/11 09:37
Mais ça va faire des jalousies , puisque normalement leur conditions seront différentes des notres.
jujuleretour - 25/02/12 08:27
je pense qu il n y a pas de raison pour que chacun soit enterrer comme il le veux ,, selon sa religion ,,, il y a bien les funérariums a part des cimetieres , les tombes avec des croix , alors pourquoi ne pas avoir ces carrrés musulmans ,, on pourrait au moins cesser ces différences face a la mort , il n est deja pas facile de perdre quelqu un ,, alors , pourquoi , perdre une seconde fois avec des batailles de pensées ,,,,
country33 - 20/08/12 20:52
Moi je trouve que maintenant on doit concilier toutes ces personnes qui vivent côte à côte avec nous et leur réserver une place pour la mort aussi.
Les plus lus

Entreprises partenaires

Fermer