Les Restos Bébés du Cœur au secours des familles démunies

Les Restos Bébés du Cœur au secours des familles démunies
Les Restos Bébés du Cœur au secours des familles démunies
Tout le monde connaît les Restos du Cœur mais pas forcément les Restos Bébés du Cœur. Ces centres répartis dans toute la France accueillent parents et bébés et leur offrent une aide alimentaire, matérielle et un suivi. Entretien avec Denise Méar, responsable du centre Bébés du Cœur à St-Brieuc, dans les Côtes-d'Armor.
A lire aussi
Jamie Dornan : sortie en famille avec Amelia Warner, Dulcie et leur bébé à Vancouver (photos)
couple
Jamie Dornan : sortie en famille avec Amelia Warner,...

Terrafemina : Quelle est la vocation des Restos Bébés du Cœur ?

Denise Méar : Les Restos Bébés du Cœur accueillent spécifiquement les parents et les enfants jusqu’à 18 mois. Ils proposent de la nourriture adaptée, des vêtements, des couches, des produits d’hygiène et du matériel de puériculture.

Tf : Comment fonctionne votre centre à St-Brieuc ?

D.M. : Depuis 2007, nous avons un grand centre de 100 m2 qui est loué par la mairie. Les inscriptions se font dans les centres pour adultes. Les familles reçoivent une carte bébé et elles peuvent alors venir nous voir. Nous fonctionnons sur quatre matinées par semaine de 9h à 11h. On accueille les mamans et on leur fournit des petits pots, du lait, des couches. On met aussi à leur disposition des habits pour bébé, trousseaux de naissance et des vêtements pour femmes enceintes. Nous sommes une vingtaine de bénévoles, la plupart sont des personnes à la retraite qui ont travaillé dans le milieu médical, social. Chacun apporte sa compétence

Tf : Quelle est le profil des familles qui viennent vous voir ?

D.M. : Nous avons toutes les nationalités, toutes les langues : l’est, les pays du Maghreb, l’Afrique. Près de la moitié sont des étrangers. Ce sont des personnes qui sont hébergées dans des foyers, dans des centres, ou bien vivent chez elles avec un faible revenu. Il y a beaucoup de jeunes femmes de moins de 35 ans.

Tf : Vous leur apportez aussi une écoute.

D.M. : Oui et c’est très important. Nous souhaitons créer une relation de confiance avec les parents avec essayons de proposer un accompagnement personnalisé. Il n’y a pas la même atmosphère que dans les centres pour adultes. Le fait qu’il y ait des bébés apporte de la chaleur. Nous créons aussi des activités comme les ateliers cuisine pour que chacun puisse échanger des recettes.

Tf : Avez-vous eu plus d’inscrits ces dernières années ?

D.M. : L’année dernière, il y a eu une hausse de 10%. Pour l’instant cette année nous stagnons. Nous avons 100 bébés inscrits. Il est important de rappeler que l’alimentation, la puériculture coûtent cher, les familles qui viennent nous voir n’ont pas les moyens de se les procurer. Avec la crise, de plus en plus de familles ont besoin des Restos Bébés, seulement il n’y a que 62 centres dans toute la France. C’est peu et encore faut-il que ces lieux aient suffisamment de produits. Une collecte nationale va être lancée en mars afin de recueillir des produits pour la période de l’intercampagne.

Les Resto Bébés du Cœur

Crédit photo : Les Restos du Cœur/St-Brieuc

VOIR AUSSI

L'appel des Restos du Cœur entendu par les entreprises
Restos du Cœur : lancement de la 27e campagne d'hiver
Restos du Cœur : « de plus en plus de monde chaque année »