Restos du cœur : un bénévole nous explique comment ça marche

Par
Publié le 18 février 2012

Les Restos du cœur, ce ne sont pas seulement les Enfoirés. Ce sont aussi des milliers de bénévoles qui œuvrent pour soulager les plus démunis. L'un d'eux, Mathieu C., coresponsable à Paris d'un site de distribution de repas chauds dans la rue pour les personnes en difficulté, nous explique son rôle.

 

Terrafemina : Comment fonctionne le site ?

Matthieu C. : Il s’agit d’un site de distribution de repas chauds aux personnes de la rue. La distribution s’effectue « à ciel ouvert ». Le principe est le suivant : un camion avec le matériel mobile arrive sur le site qui nous est affecté, au cœur de la ville. Une équipe de bénévoles de 30 à 40 personnes installe différents stands (tables sur tréteaux). Nous servons ensuite des repas chauds en portions individuelles. A la fin de la distribution, le camion repart et le site est rendu à la circulation publique. Etre au centre de la ville en extérieur permet de toucher un nombre plus important de personnes en difficulté, en étant visible et facilement accessible. Cette activité fonctionne tous les jours de l’année – et plusieurs fois par soir dans la capitale - et ce quelle que soit la saison.

Tf : Que proposez-vous sur votre site de distribution ?

M.C. : Le but premier est de servir un repas chaud complet sur place, à toute personne qui s’adresse à nous : soupe, plat chaud servi individuellement, dessert, céréales et lait, café.
Outre le fait de servir des repas, le but est d’instaurer un échange avec les personnes qui le souhaitent, et d’essayer de détecter les éventuelles difficultés. Nous tentons de répondre au mieux aux besoins des personnes qui viennent à notre rencontre, de les orienter vers les organismes qui peuvent les accompagner pour trouver un toit, un emploi, se faire soigner, se laver ou laver ses vêtements... Mais nous avons également quelques vêtements chauds, duvets et couverture pour les cas d’urgence. Enfin, nous avons également des places de cinéma à distribuer.

Tf :   Combien de personnes recevez-vous chaque soir ? Qui sont-elles ?

M.C. : Le nombre de personnes accueillies varie en fonction de la période de l’année et des conditions climatiques. Notre site accueille entre 250 et 350 personnes par soir. Il peut aussi bien s’agir de personnes du quartier qui fréquentent la distribution depuis plusieurs années que de personnes en difficulté de passage ou qui découvrent la distribution en « passant ». Entre 18 et 75 ans, tous les âges sont représentés. Nous accueillons aussi bien des hommes que des femmes même si elles sont en moins grand nombre. Les gens qui viennent sur le site sont souvent en grande précarité, mais ils ne connaissent pas tous les mêmes difficultés : SDF, ou travailleurs pauvres, parfois étudiants…

Tf :   Comment s’organise l’hébergement en période de grand froid ?

M.C. : Le but de notre distribution n’est pas directement l’hébergement, mais de servir un repas. Les places d’hébergement sont coordonnées par d’autres structures spécialisées. Toutefois, nous accompagnons les personnes sans toit pour la nuit dans leurs démarches. Il s’agit essentiellement de contacter le « 115 », ou le Samu social, qui centralise toutes les demandes d’hébergement et qui connaît en temps réel les disponibilités dans les différents centres d’accueil. Pendant les périodes de grand froid, de plus nombreuses places sont disponibles, car des centres sont ouverts pour l’occasion. Mais la demande est souvent forte, et malgré le froid, de nombreuses personnes mal à l’aise avec l’idée d’hébergement collectif demeurent dans la rue.
Il existe un guide de la solidarité édité par la Mairie de Paris qui recense tous les contacts et adresses dont peut avoir besoin une personne en situation de précarité, et des brochures très bien faites pour apprendre les gestes utiles en présence d’une personne en difficulté.

Tf :   Bénévole depuis maintenant cinq ans, pourquoi avez-vous choisi de le faire ? Que vous apporte le bénévolat ?

M.C. : La distribution alimentaire est importante. Elle répond à un besoin et s’insère dans tout le processus public ou associatif d’accompagnement des personnes en difficulté. Cela ne permet pourtant pas de régler tous les problèmes. Elle apporte un peu de réconfort aux personnes accueillies, et constitue parfois un échange et un soutien essentiel. Pour ma part, j’ai mis le doigt dans cette action il y a 5 ans et j’y suis resté ! Cela permet de garder les pieds sur terre, d’entretenir un lien d’entraide avec des personnes parfois très fragilisées, mais également d’éprouver d’intenses moments d’échange entre bénévoles et personnes accueillies.

Corentin Crépel

VOIR AUSSI

Restos du Cœur : « de plus en plus de monde chaque année »
Les Restos Bébés du Cœur au secours des familles démunies
Restos du Cœur : lancement de la 27e campagne d'hiver
L'appel des Restos du Cœur entendu par les entreprises

 

Commenter

12 commentaires

angelabeille - 19/02/12 14:05
C'est une très belle action. Je pensais trouver également des renseignements concernant comment obtenir cette aide. Et pour les personnes ne pouvant se déplacer, font ils quelque chose ?
exhine - 19/02/12 15:09
Faire ça, c'est génial mais en plus tenir 5ans, c'est sacerdotal
Cocorentin - 19/02/12 18:40
@angelabeille. Pour les personnes ne pouvant pas se déplacer il y a le système des maraudes. Avec l'aide d'une camionette des bénévoles parcourent la ville pour fournir des repas chauds, du réconfort et quelques fois des affaires.
ninouninoutte - 19/02/12 19:20
ma cousine a fait partie des benevoles des resto 3 années de suite elle me racontaisque que certains aimaient bien venir pour discuter voir d autres gens et en generale entre benevole sil y a un ebonne embiance mais manque de volontaires pour aider
jeant - 19/02/12 23:34
Ces bénévoles donnent vraiment de leur temps et de l'énergie, c'est bien plus généreux de leur part que les enfoirés qui ne donnent pas 1 centime, dorment dans un 5 étoiles après leur spectacle et surtout cherchent à gagner en popularité...
country33 - 20/02/12 06:16
C'est vrai que c'est tout une mode de vie de faire partie de ces associations , il faut aimer se mettre au service des autres , c'est vraiment très bien et je leur tire mon chapeau.Les enfoirés comme tu dis JEANT ne dorment pas dans des 5 étoiles et donnent de leur temps c'est déjà pâs mal , ils ne le font pas tous , arrete un peu de tout critiquer sans savoir, surtout...
fidjikelyna - 20/02/12 10:27
encore heureux qu'ils sont là les bénévoles pour s'occuper de tout cela, bravo à eux ils le méritent vraiment
syl106 - 28/02/12 11:57
Bravo aux bénévoles pour leur engagement. Et carton rouge à nos gouvernants qui ne trouvent pas de solutions pour combattre la misère (mais cherchent ils vraiment ?).
country33 - 07/05/12 17:14
C'est vrai que maintenant que l'Europe ne va plus donner autant de subventions , je en sais pas comment de telles institutions vont pouvoir distribuer autant de repas chaque jours.
omaha - 07/05/12 17:15
il n'y a presque plus assez de denrée alimentaires à distribuer par rapport à la demande grandissante
Fleurdesmontagn - 26/05/12 11:25
C'est très gentil de pouvoir s'occuper des autres! C'est rassurant de constater qu'il existe encore des gens sensibles et qui ont encore un bon coeur!
fleurs06 - 16/07/12 18:21
Et bien, personnellement, j'étais bénévole quand j'étais jeune, je me rappelle d'une belle expérience, mais c'est vrai que ce n'est pas simple aussi de voir toute cette misère.
La communauté
   michel.papy.37  a commenté « Pédophilie : Sweetie piège 11 Français » - Il y a 33 min
   vanina421 a mis à jour son profil - Il y a 2 h

Jouez

Entreprises partenaires

Fermer