Zone euro : une réunion sous haute tension à Bruxelles

Par Ide Parenty
Publié le 14 mai 2012

Zone euro : une réunion sous haute tension à Bruxelles

Zone euro : une réunion sous haute tension à Bruxelles

© AFP/Jose Manuel Barroso le 24 avril 2012 à Bruxelles
Partages
 
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Entre l'impasse politique prolongée en Grèce et la situation de l'Espagne, la réunion entre les membres de la zone euro prévue en fin d'après-midi à Bruxelles s'annonce tendue.


Les ministres des Finances des 17, réunis à Bruxelles cet après-midi, devraient envoyer un message de fermeté à Athènes. En effet, une semaine après les élections législatives qui ont fortement sanctionné les partis pro-austérité, les négociations sont toujours dans l’impasse en Grèce. « Aucun gouvernement d’unité ne peut voir le jour » a affirmé ce matin Fotis Kouvelis, le leader du petit parti de la Gauche démocratique pro-européen. « Un gouvernement n'incluant pas Syriza n'aurait pas le soutien populaire et parlementaire nécessaires », a-t-il déclaré, pointant le refus du parti de la gauche radicale, arrivé deuxième aux élections et opposé au programme d'austérité, de se joindre à une coalition. Mercredi, déjà, la zone euro avait fait passer un message à Athènes, en ne versant pas l’intégralité des sommes promises.

Après une période d'accalmie, le climat devrait donc être tendu cet après-midi lors de la réunion de la zone euro, la crise politique en Grèce faisant en effet craindre une sortie du pays de l'Union monétaire. « Si les accords ne sont pas respectés, les conditions ne sont pas réunies pour continuer avec un pays qui ne respecte pas ses engagements », a déclaré José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, reprenant un message martelé par plusieurs responsables européens. Si aucune coalition ne voit le jour d'ici jeudi, de nouvelles élections pourraient être convoquées en juin, avec le risque de voir les partis opposés à l'austérité obtenir la majorité et signer la fin de la Grèce dans la zone euro.

Autre sujet de tension, l’Espagne, qui peine à convaincre de sa capacité à tenir ses engagements budgétaires. Le pays ne semble, en effet, pas à même de réduire son déficit à 3% l’année prochaine. Afin de rassurer ses partenaires, le ministre espagnol des Finances, Luis de Guindos, devrait donner un aperçu des réformes que Madrid compte mettre en place et justifier la nationalisation partielle de Bankia.

Source : AFP
Crédit photo : AFP/Jose Manuel Barroso le 24 avril 2012 à Bruxelles

VOIR AUSSI

Aide à la Grèce reportée : la zone euro pose ses conditions
Grèce : un plan de sauvetage de 237 milliards d'euros
Echange de dette approuvé, la Grèce sauvée ?

Voir aussi :  crise    economie    grece   
 

Commenter

6 commentaires

country33 - 14/05/12 12:27
Je pense que c'est dans toute l'Europe que rien ne va plus, regarder un peu les élections que ce soit en France ou ailleurs les citoyens ont voulu du changementmais ils n'ont pas pensé que tout ceci aussi était à cause de la crise, alors en Espagne et ailleurs ils sanctionent avant parfois de regarder le fond des problèmes.Même si le plus inquiétant c'est la Grèce.
omaha - 14/05/12 13:08
l'Espagne, la Grèce sont dans l'impasse et si on ne fait rien on pourrait bien se trouver dans la même situation qu'eux
sandrine6405 - 14/05/12 21:46
tout à l heure sur la 5 dans l'émission "C'est dans l'air", les économistes étaient très inquiets sur l'avenir de l'Espagne, quant à la Grèce il ne voit guère de solution miracle
country33 - 14/05/12 22:11
Je suis de ton avis sandrine car j'ai regardé des émissions économiques sur arté et la 5 et depuis des semaines c'est la débacle en EUROPE, mais l'élection faisait des pointillés qui vu le résultat ne sont pas près d'être résolus , c'est l'avenir qui nous le dira et j'espère qu'on en payera pas , nous les petits , le prix fort.
Decrauze - 14/05/12 23:14
L’électorat grec est révélateur : chacun râle avec son bulletin incendiaire pour urnes inflammables. Europe écartelée : des membres contraints à la dénudation morbide. Ne subsistent que d’hideuses extrémités : l’une avide de liquide sans solide projet qui rassure les prêteurs ; l’autre dressée pour l’archaïque tyrannie brune. A trop compter sur la sagesse des peuples pour réagir à la tourmente économique, l’Europe des petits pas va se prendre de douloureux coups de boutoir dans ses fondements. Cf. http://pamphletaire.blogspot.fr/2012/05/ruine-de-la-grece-en-kit.html
country33 - 11/06/12 06:55
L'Europe et la Zone Euro vont très mal alors je en sais pas si nous seront touché comme l'Espagne car ce Week End ils ont demandé de l'aide pour rétablir la balance financière.

Entreprises partenaires

Fermer