Créer une Union pour la Méditerranée ?

Par
Publié le 15 juillet 2008

Le Processus de Barcelone- Qu’est ce que ce processus ? C’est une politique communautaire lancée en 1995. Aussi appelé Euromed, il regroupe les pays membres de l’UE, et 10 pays de la zone sud et est de la Méditerranée (Maroc, Tunisie, Israël, Egypte, Algérie, Autorité Palestinienne, Turquie, Liban, Syrie et J
Pourquoi créer une Union pour la Méditerranée ?


Pour pouvoir visionner cette emission, veuillez télécharger le plugin Flash Player disponible en cliquant ici.

Le Processus de Barcelone

- Qu’est ce que ce processus ?

C’est une politique communautaire lancée en 1995. Aussi appelé Euromed, il regroupe les pays membres de l’UE, et 10 pays de la zone sud et est de la Méditerranée (Maroc, Tunisie, Israël, Egypte, Algérie, Autorité Palestinienne, Turquie, Liban, Syrie et Jordanie). L’Albanie, la Mauritanie et la Libye ont le statut d’observateurs. Neufs accords d’association ont été signés et les projets de coopération sont financés par le MEDA (MEsures D’Ajustement : 8,8 milliards d’euros entre 1995 et 2005) et par la Banque Européenne d’Investissement (BEI : 7,5 milliards d’euros). Si certains projets ont pu être concrétisés, ce processus s’est enlisé. Il n’a pas réussi à réduire significativement les écarts de développement entre rive nord et sud de la Méditerranée, et il a largement été freiné par les différends politiques de la zone, d’où l’idée de l’Union pour la Méditerranée.

- Quelles différences apportera l’Union pour la Méditerranée ?

Une des raisons de l’échec du processus de Barcelone est la persistance d’un rapport inégal entre les pays du nord et du sud de la Méditerranée. Les fonds européens étaient trop souvent utilisés et perçus comme des aides au développement. L’Union pour la Méditerranée se veut un vrai partenariat égalitaire, où les décisions se prendraient selon un processus de co-décision, avec des projets concrets et non pas de simples subventions. Pour éviter les lourdeurs que l’on reproche souvent à l’Union Européenne, les institutions de l’Union pour la Méditerranée seront plus légères. A coté d’un secrétariat général aux effectifs réduits (20 personnes environ), des réunions périodiques sont prévues : le G-Med, et la présidence de l’Union sera assurée conjointement par un pays membre et un pays non membre de l’UE (mais tous les deux riverains de la Méditerranée), afin de renforcer l’équilibre entre les deux rives.  Au total, 44 pays pourront potentiellement faire partie de l’Union : les 27 pays de l’Union Européenne, les treize pays membres et observateurs du processus de Barcelone, et enfin la Croatie, la Bosnie, le Monténégro et Monaco.

- L’Union pour la Méditerranée enterre-t-elle processus de Barcelone ?

Initialement, Nicolas Sarkozy voulait que l’UPM se substitue au processus de Barcelone, bloqué depuis 2005. Mais devant les réticences allemande et espagnole, qui y voyaient une initiative concurrençant les institutions de l’Union Européenne, le projet a été présenté différemment. Désormais, l’UPM est défendue comme une relance et un renforcement du processus de Barcelone. Le projet accepté par la Commission Européenne en mars 2008 s’appelle d’ailleurs officiellement « Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée ». C’est une des concessions qu’a dû faire la France pour que le projet soit accepté par tous les pays de l’Union Européenne. L’UPM devra donc donner un « nouvel élan » à ce processus. Nicolas Sarkozy a d’ailleurs affirmé « il ne s’agit pas d’enterrer le processus de Barcelone, de repartir à zéro, il s’agit de le mettre à jour ». Malgré tout, il y a bien une volonté de simplifier les institutions et les structures de prise de décision de l’Union qui se mettra en place en juillet.

T. B.

Thomas Blard

La bourse, les actions, les obligations, tout cela n’a plus de secret pour Thomas Blard… Le journaliste distille toutes les informations financières chaque jour sur la chaine LCI. Avant cela, il a notamment travaillé en Angleterre pour la chaine mondiale d’information BBC World et participé au lancement de la version française de la chaine financière Bloomberg TV. Avide de nouveaux projets, Thomas a notamment créé un blog et la web TV www.decideurstv.com.

Union Méditerranéenne
Nom initial donné au projet lancé par Nicolas Sarkozy à Toulon en février 2007. Les pays membres de l’UE mais non limitrophes de la Méditerranée ne faisaient pas partie du projet tel que le concevait le président français. Depuis, le concept a évolué (notamment sous la pression de l’Allemagne) et l’ensemble des pays de l’UE seront associés à l’Union, rebaptisée « Union pour la Méditerranée »
G-Med ou « Conseil de la Méditerranée »
A l’image du G8, réunion des chefs d’Etats et de gouvernements des pays de l’Union pour la Méditerranée. Il pourrait avoir lieu tous les ans ou deux fois par an et aurait pour but de définir les grandes orientations de l’Union.
Appel de Rome
Lancé le 20 décembre 2007 par José Luis Zapatero, Nicolas Sarkozy et Romano Prodi. Il s’agit d’une invitation adressée aux chefs d’Etats et de gouvernements des pays riverains de la Méditerranée à se réunir à Paris le 14 juillet 2008, avec les dirigeants des pays de l’UE, afin de définir et de lancer officiellement l’UPM.
 

Commenter

2 commentaires

margotine622 - 17/04/10 18:49
je n'avais jamais entendu parler de ce processus de Barcelone, merci pour l'info, j'en apprends beaucoup
votreop - 14/05/11 13:22
Encore une stupidité mondialiste... Un jour il y aura une union mondiale avec plus aucun état souverain...

Entreprises partenaires

Fermer