Soyons fières, soyons Femmes !

Soyons fières, soyons Femmes !
C’est avec une solennité modérée que nous, femmes du XXIème siècle, soufflons l’emblématique flamme du centenaire de notre journée. Le 8 mars symbolise notre cause et nos espoirs en l’amélioration de notre statut, celui d’un sexe autrefois considéré faible. Rétrospective sur un siècle encourageant mais pas satisfaisant.

« On ne naît pas femme, on le devient » déclarait l’illustre Simone de Beauvoir. A l’heure où le féminisme tendrait à devenir obsolète, force est de constater que sans son émergence et son développement, bon nombre d’entre nous n’auraient pu autoproclamer leur indépendance et s’affranchir de la tutelle masculine. Nous cueillions actuellement, avec grand soulagement et intense reconnaissance, le fruit de la bataille de nos prédécesseurs.

C’est en 1910 que l’idée d’une célébration annuelle prit forme, lors de la seconde conférence internationale des femmes socialistes à Copenhague. La journaliste allemande Clara Zetkin proposa cette date charnière afin qu’elle fédère et mutualise en une icône la voix des femmes des quatre coins de la planète. Ainsi, de milliers de voix feutrées et à peine audibles, est né un véritable rugissement de détermination, militant pour notre droit à disposer librement de notre corps (contraception, avortement…), notre droit de vote, l’égalité des sexes, ainsi que notre accès à l’éducation… Des exigences d’autrefois qui semblent pourtant naturelles aujourd’hui dans nos sociétés contemporaines.

Mais rien n’est jamais gagné d’avance, le prouve encore la condition inférieure des femmes dans certaines régions du globe où la tradition ne laisse pas grande place à leur volonté, à leur liberté et à leur individualité féminine. L’Occident a balisé de lueurs signalétiques un chemin, reste encore à marquer dans ses traces de plus fermes empreintes. Nous ne pouvons fermer les yeux sur les violences conjugales encore bien trop régulières, sur les inégalités professionnelles et salariales subsistantes, sur la ténacité de certaines discriminations… L’homme sage que fut Gandhi indiqua un jour : « si la faiblesse du sexe des femmes tient en leur non-violence, et la loi de l’humanité en la diplomatie, alors l’avenir leur appartient ». A elles, à vous, à nous… Bon anniversaire !

- Le 8 mars 1914, les Allemandes réclament le droit de vote, elles ne l’obtiendront que le 12 novembre 1918.
- Le 21 avril 1944, une ordonnance accorde aux Françaises le droit de vote. Elles l’utiliseront dès le 20 avril 1945 pour des élections municipales.
- Le 8 mars 1948, 100 000 Françaises défilent à Paris pour célébrer la journée de la femme. L’évènement est repris en province, elles seront 5 000 à Lyon et 30 000 à Marseille.
- 1971, la Suisse accorde le droit de vote aux femmes.
- Janvier 1975, loi Simone Veil sur la dépénalisation de l’avortement en France, adoptée en 1979.
- Le 8 mars 1975, l’ONU commence à observer de plus près la journée de la femme, qu’il officialisera en 1977.
- Le 8 mars 1986, 100 000 femmes défilent à Washington pour empêcher les conservateurs de supprimer le droit à l’avortement aux Etats-Unis. 
1992, pénalisation en France du harcèlement sexuel au travail, de la violence familiale et des commandos anti-IVG
1999, inscription dans la constitution française du principe de parité politique

A ne pas oublier !

Au Burkina Faso, en Algérie, au Laos, en Russie, en Ukraine, en Moldavie, en Azerbaïdjan, en Arménie, en Ouzbékistan, au Kirghizistan et en Biélorussie, la Journée internationale des droits des femmes est décrétée jour férié !

Emilie Gardes

Pour aller plus loin:

Qui a peur du féminisme?

Union pour la Méditerranée