L'UFC-Que Choisir dénonce les mauvaises pratiques des agences immobilières

L'UFC-Que Choisir dénonce les mauvaises pratiques des agences immobilières
Il est souvent difficile de trouver un appartement à louer, surtout dans les grandes villes, et les agences immobilières ne nous facilitent pas toujours la tâche. C’est ce que dénonce un rapport de l’UFC-Que Choisir rendu public aujourd’hui.


Avec 42% de ménages locataires, la France est au dessus de la moyenne européenne mais cela ne veut pas dire pour autant que l’accès à la location est facile. L’association de consommateurs UFC-Que Choisir s’insurge contre les pratiques abusives des agences immobilières concernant les locations. Après avoir mené une enquête auprès de 1 056 agences, il en ressort des pratiques qui sont loin d’être légales.
Pour mener à bien son enquête, l’association a recruté des bénévoles se faisant passer pour une personne souhaitant aider un jeune de sa famille dans sa recherche d’un appartement à louer de 40m². Le candidat avait un dossier parfaitement rempli ainsi qu’un salaire trois fois plus élevé que le montant du loyer. Seul bémol, il n’avait aucun garant.
En faisant le tour des agences, l’UFC-Que Choisir a remarqué l’absence du montant des honoraires en vitrine, chose pourtant obligatoire depuis vingt ans ! L’enquête a aussi révélé les demandes faites par les agences auprès des potentiels locataires. Des demandes totalement illégales. Par exemple, 46% des agences contactées demandent une attestation de l’employeur, 10% exigent une attestation du précédent bailleur et 10% veulent une photographie d’identité. Ces trois demandes sont interdites et le client est dans son droit de refuser de se soumettre à celles-ci. On remarque aussi l’importance pour les agences (28%) d’avoir un garant même si les revenus permettent de payer sans problème le loyer.
De son côté la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) ne conteste pas les abus relevés par l’association de consommateur mais « s’insurge contre tout honoraire fixé réglementairement », demande formulée par l’UFC-Que Choisir. Le gouvernement par le biais du secrétaire d’Etat au logement, Benoist Apparu, prépare quant à lui des mesures « pour protéger les consommateurs et soutenir ceux des professionnels qui s'engagent sur la qualité du service rendu ».

Claire-Marie Allègre

(Source : Le Monde.fr)
Crédit photo : Pixland

VOIR AUSSI

Tout savoir avant de pratiquer la sous-location
Immo : tout sur le principe de la caution solidaire
Droit immobilier : que faire si...
Comment dénicher un logement étudiant ?