Premix : comment alcooliser les adolescents sans en avoir l'air

Premix : comment alcooliser les adolescents sans en avoir l'air
Premix : comment alcooliser les adolescents sans en avoir l'air
Les premix sont un mélange d'alcool et de boisson très sucrée type soda ou jus de fruits destiné à masquer le goût de l'alcool. En vente libre dans les grandes surfaces, ils sont à portées de main de nos ados.
A lire aussi
Cybersexisme : les adolescentes, cibles privilégiées des violences en ligne
News essentielles
Cybersexisme : les adolescentes, cibles privilégiées des...

Le terme premix vient de l'anglais "pre-mixed" qui signifie "pré-mélangé". Apparues dans les années 90, ces boissons contiennent un fort taux d'alcool masqué par un gout très sucré, rappelant les bonbons de l'enfance.

Elles sont conditionnées dans des canettes aux packagings très enfantins, avec des couleurs flashy et très acidulées qui laissent plutôt à penser que ce sont des boissons inoffensives, pouvant éventuellement être destinées à des enfants.

Pourtant ce sont des alcools forts qui sont contenus dans ces canettes, (rhum, whisky, téquila, vodka) et qui vont attaquer de jeunes organismes encore fragiles. Ces boissons, en plus de forte teneur en alcool, sont très dangereuses. Leur goût sucré facilite leur consommation régulière, et favorise ainsi l'ivresse et toutes ces dérives : surcharge pondérale, accident, violence, addiction.

Les ados sont devenus les nouvelles cibles des alcooliers. Les premix sont très en vogue. Certaines firmes en distribuent gratuitement lors de soirées publicitaires. Ils s'opposent au traditionnel vin rouge de « papa », jugé ringard par la jeune génération.

Les organismes de santé publique s'insurgent contre ce fléau et les alcooliers ont vu certaines taxes augmenter, en fonction du taux d'alcool/sucre contenu dans le premix. Pourtant, profitant d'une faille de la loi Bur, les alcooliers ont pu continuer la commercialisation de ce type de produits, en modifiant notamment leur composition.

Des actions d'éducation et de prévention ont vu le jour dans certains établissements scolaires. Des campagnes de communication contre les dangers de l’alcool ont été diffusées dans les médias. Pour autant il nous faut rester vigilant. Si l'interdiction de vente d'alcool aux mineurs a été votée, elle n'est pas toujours effective, et les contrôles encore bien trop rares.

Avec l'arrivée de la période estivale ou les fêtes sont plus fréquentes, le dialogue parents/enfants reste un outil primordial afin de les prévenir des risques de l'alcool.

VOIR AUSSI

Un enfant de trois ans déclaré alcoolique par les autorités britanniques

Alcool : les Français boivent moins de vin

L’alcool tue 2,5 millions de personnes dans le monde chaque année

Bientôt un traitement contre l’alcoolisme ?