Rythme scolaire : Peillon programme la fin de la semaine de 4 jours

Rythme scolaire : Peillon programme la fin de la semaine de 4 jours
Vincent Peillon, le nouveau ministre de l'Education nationale, a annoncé jeudi sur les ondes de France Inter la fin de la semaine de quatre jours, décidé en 2008 par Xavier Darcos sous l'ère Sarkozy. Dès la rentrée 2013, les élèves du primaire reprendront donc les chemins de l'école, cinq jours par semaine.


Attendu sur la question épineuse des créations de postes d’enseignants et de professeurs des écoles, Vincent Peillon, le nouveau ministre de l’Education nationale, a créé la surprise en annonçant jeudi, sur les ondes de France Inter, la fin programmée de la semaine de quatre jours. Mise en place en 2008 sous l’ère Sarkozy, par Xavier Darcos, cette dernière n’avait jamais réellement convaincue les acteurs de la petite enfance alors que se multipliaient les rapports soulignant les failles du système.

Ainsi, dès septembre 2013, 6,65 millions d’élèves du primaire retrouveront, cinq jours par semaine, les chemins de l’école. La demi-journée supplémentaire de cours devra se dérouler, au choix, le mercredi ou le samedi, Vincent Peillon ayant laissé carte blanche sur ce point aux collectivités locales.
Et si le nombre d’heures de cours hebdomadaire, 24 actuellement, restera inchangé, la journée actuelle de six heures, la plus chargée au sein de l'Europe, sera allégée. Ainsi, avec une journée de cours raccourcie, les enfants pourraient finir à 15h30, au lieu de 16h30. Parallèlement, le nombre de jours de classes par an (le plus bas du Vieux Continent) sera pour sa part augmenté. « Aujourd’hui, on bourre les journées, cela épuise les enfants », estime en effet le ministre dans les colonnes du Parisien.

Réaffirmant la priorité donnée à l'école, lors de la passation de pouvoir avec l'ancien ministre Luc Chatel, Vincent Peillon a par ailleurs souligné qu'il souhaitait engager « la refondation de l'école de la République ». Il a en outre assuré que les nouvelles mesures seraient prises en concertation « avec tout le monde : les maîtres, les professeurs, les parents d'élèves et ceux qui considèrent que la France est grande quand elle respecte son école ». Promettant « respect, confiance, sincérité » en écho à ce que réclament les enseignants, le nouveau ministre de l’Education nationale a évoqué un « calendrier de travail extrêmement chargé dans les mois qui viennent parce que le président de la République nous a demandé de pouvoir à l'automne faire adopter une loi d'orientation et de programmation ».

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Rythmes scolaires : des vacances d'été raccourcies de 15 jours
La semaine de 4 jours épuise nos enfants
Un débat national sur les rythmes scolaires
Mauvaise note pour l’école primaire