Éducation : le langage des parents lié à la réussite scolaire de l'enfant

Éducation : le langage des parents lié à la réussite scolaire de l'enfant
Éducation : le langage des parents lié à la réussite scolaire de l'enfant
En améliorant le langage des parents entendu par les enfants pendants leurs toutes premières années, on peut optimiser leur réussite scolaire plus tard : c'est le constat de deux chercheurs de l’Université du Kansas, Todd Risley et Betty Hart. Ils travaillent depuis les années 1960 pour améliorer le niveau de langage des enfants dans les milieux défavorisés.
A lire aussi
Rythmes scolaires : les parents lancent une requête en justice à Paris
education
Rythmes scolaires : les parents lancent une requête en...


Todd Risley
et Betty Hart, deux chercheurs de l’Université du Kansas, ont étudié les écarts de langage entre enfants issus d’un milieu aisé ou défavorisé et la moyenne. En moyenne, un enfant entend 1 500 mots en une heure, contre 600 pour un enfant défavorisé. En revanche, s’il vient d’un milieu aisé, l’enfant en entend 2 100. Lorsqu’il commence à être scolarisé, c’est-à-dire vers 4 ans aux États-Unis, un enfant aura en moyenne entendu 30 millions de mots, et un enfant de milieu favorisé 48 millions de mots contre 13 millions pour un enfant défavorisé.

Une fracture également observée dans les types de discussion

Risley et Hart ont également remarqué que les discussions n’étaient pas les mêmes. En effet, dans les milieux favorisés, les conversations avaient tendance à être plus abstraites et plus larges : évoquer des souvenirs, imaginer des choses, parler des perspectives de chacun. Au contraire, les familles défavorisées avaient des discussions plus pratiques : informations fonctionnelles, ordres donnés à l’enfant… En observant les QI des enfants, les deux chercheurs ont observé un écart de 6 points.

Le programme d’éducation de Providence

Forts de leur découverte sur l’importance du langage des parents dans l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et de la réussite scolaire en général, Todd Risley et Betty Hart ont imagé un processus pour réduire les écarts entre milieux défavorisés et milieux aisés dans la ville de Providence. Ils ont cherché à favoriser la conversation dans la famille, au moyen d’un appareil d’enregistrement qui permet d’enregistrer 16h et de traiter les données après les avoir triées selon les interlocuteurs. En 10 semaines, les parents de familles défavorisées avaient augmenté leur nombre de mots de 8 000 à 13 000.

Une application difficilement réalisable en France ?

Pour Lucien Marboeuf, professeur en France et blogueur, « il s’agit d’un programme typiquement américain », qui est admirable car il vient d’une initiative publique. Une démarche « dont on est trop souvent incapable en France », où l’on a tendance à attribuer la réussite scolaire d’un élève - ou son échecuniquement à l’école, oubliant que la famille et son environnement jouent un rôle primordial. Sur son blog L’instit’humeurs, il estime que pour réduire les inégalités, il faudrait « mettre en place des actions éducatives transversales dont l’école serait le cœur, certes, mais pas le corps tout entier ».

Victoria Houssay

VOIR AUSSI

Soutien scolaire : comment choisir ?
Soutien scolaire dès la maternelle : hérésie ou bon point pour nos enfants ?
Refondation de l'école : les mesures du plan Peillon qui vont changer la vie scolaire
Les internats d’excellence : nouvel outil de réussite scolaire ?