PAJE, CLCA, allocations familiales : ce qui augmente et ce qui baisse au 1er avril

PAJE, CLCA, allocations familiales : ce qui augmente et ce qui baisse au 1er avril
PAJE, CLCA, allocations familiales : ce qui augmente et ce qui baisse au 1er avril
Comme chaque année, la plupart des prestations familiales feront l'objet d'une revalorisation dès ce 1er avril. Mais si certaines, inflation oblige, verront leur montant augmenter, d'autres au contraire seront gelées voire rabotées. Lesquelles ? Éléments de réponse...
A lire aussi
La baisse du quotient familial, "un moindre mal" pour les familles françaises
impots
La baisse du quotient familial, "un moindre mal" pour les...


Ça n'a rien d'un poisson d'avril. Comme c'est le cas chaque année, les prestations familiales seront revalorisées dès demain, mardi 1er avril, après un calcul prenant à la fois en compte l'inflation prévue pour 2014 et l'inflation réelle constatée l'année précédente. Ainsi, la plupart des prestations dont bénéficient les foyers français à partir de la naissance de leur deuxième enfant vont augmenter de 0,6%. En revanche, d'autres comme l'allocation de base de la prestation d'accueil du jeune enfant (paje), le complément de libre choix d'activité (CLCA) ou encore le quotient familial n'augmenteront pas, conformément à la réforme annoncée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en juin dernier. Résultat, alors qu'environ 400 000 familles auront le plaisir de voir leurs revenus croître d'environ 900 euros par an en moyenne au terme de la réforme, et ce jusqu'à la fin de la décennie, plus de 3,5 millions seront elles pénalisées puisqu'elles perdront 555 euros par an. Revue de détails des changements positifs et négatifs des principales prestations familiales.

Complément de libre choix d'activité

Le complément de libre choix d'activité, qui permet à un des parents de réduire ou de cesser son activité professionnelle afin de s'occuper de son enfant de moins de trois ans, sera désormais identique pour toutes les familles dont l'enfant est né après le 1er avril. En revanche, une modulation sera toujours appliquée en fonction du temps de travail.

Quotient familial

Le quotient familial voit lui son plafond passer de 2 000 à 1 500 euros par demi-part pour les enfants nés après le 1er avril. Le rabotage de cet avantage fiscal devrait concerner 1,3 million de foyers parmi les plus aisés.

Prestation d'accueil du jeune enfant

Destinée aux parents d'enfants de moins de trois ans, la prestation d'accueil du jeune enfant (paje) est composée de prestations versées sous condition de ressources. Dès demain, son montant sera divisé par deux pour les ménages dont les ressources dépassent, par exemple, le seuil de 48 000 euros par an pour un couple ayant deux revenus et deux enfants. Dans ce cas de figure, elle passera à 92,31 euros contre 184,62 euros auparavant. À noter que pour les foyers dont les revenus ne dépassent pas ce seuil, le montant de l'allocation reste inchangé.

>> Paje : comment calculer le nouveau montant de son allocation de garde d'enfant ? <<

Allocations familiales

Bonne nouvelle : le montant des allocations familiales sera augmenté de 0,6% pour tenir compte de l'inflation. Elles atteindront désormais 129,35 euros pour tous les foyers composés de deux enfants, 295,05 euros pour trois enfants et 460,77 euros pour quatre enfants.

Complément familial

Dès le mois de juin dernier, le gouvernement avait annoncé une majoration progressive de 50%, d'ici 2018, du complément familial ; cette aide versée aux familles ayant au moins trois enfants à charge et vivant sous le seuil de pauvreté. La première revalorisation sera donc appliquée dès ce 1er avril, faisant passer cette allocation de 167,34 à 185,20 euros.

Allocation de soutien familial

Enfin, l'allocation de soutien familial, qui complète le revenu disponible des parents élevant seuls leurs enfants sans pension alimentaire ou presque, fera l'objet d'une première revalorisation dès demain. Son montant s'élèvera à 95,52 euros pour un enfant privé de l'aide de l'un de ses parents (contre 90,40 euros auparavant) et à 127,33 euros pour un enfant privé de l'aide de ses deux parents (contre120,54 euros auparavant).

À voir
Aussi