Education : un an difficile dans un collège en ZEP

Par La rédaction
Publié le 23 mars 2010

Julie R., professeur d’Anglais raconte son quotidien

Julie R., professeur d’Anglais raconte son quotidien © Getty Images

Terrafemina : Comment s’est passée votre arrivée au collège ?

Julie :
J’ai appris ma mutation au mois de juin 2009. Je n’ai pas eu de contact avec l’établissement avant la prérentrée. J’ai donc dû m’adapter très rapidement. Chose facile avec mes collègues professeurs mais ça a été plus difficile avec mes élèves. J’ai eu droit à deux classes spéciales qui faisaient partie de la section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA). Ce sont des classes adaptées pour les élèves en difficultés scolaires graves et durables.

TF : Est-il facile de se faire respecter lorsqu’on est un jeune professeur ?

J.R. : Il faut toujours s’imposer. Aujourd’hui, je crois que j’ai réussi à le faire. Mais le problème, c’est qu’il faut toujours leur faire la morale. Il faut leur expliquer ce que c’est que la vie. Ils n’ont pas conscience de la réalité. Seuls la famille, les amis et la cité  comptent pour eux.

TF : Les collèges en ZEP sont souvent synonymes de violence. Est-ce vrai ?

J.R. : Les bagarres dans le collège où je travaille sont quotidiennes. Les élèves se frappent entre eux. A ma connaissance, aucun professeur de l’établissement n’a subi de violence physique. Pour ma part, j’ai été marquée par une agression : un élève au passé familial difficile m’a violemment insultée.
 
A son arrivée en classe, il n’a pas voulu sortir ses affaires. Après quelques réprimandes, je lui ai demandé de sortir. Après être sorti de la salle, il a passé la tête dans l’entrebâillement de la porte et a hurlé. Il est parti puis revenu, et cela, à quatre reprises jusqu’à ce que je claque la porte. A ce moment-là, il s’est énervé et m’a insultée de tous les noms. Je ne savais pas comment réagir. J'ai tenté de lui parler et finalement je l’ai accompagné au bureau du Principal. Ensuite, je ne suis pas retournée en cours, je suis allée dans la salle des professeurs et j’ai pleuré.

TF : Etiez-vous préparée à ce genre de situation ? 

J.R. : Non, mais quand tu es un jeune professeur, tu sais que tu vas passer par là. C’est dur, mais les professeurs qui ont plus d’ancienneté aident beaucoup les jeunes titulaires. Ils sont solidaires avec nous, ils nous soutiennent. Mais aujourd’hui, si ce même incident se reproduisait, je pense que je réagirais différemment. Je resterais plus calme et je ne tenterais pas de lui parler. Avec le recul, je comprends que ça n’a fait qu’amplifier notre énervement à tous les deux.

Par contre, si un élève levait la main sur moi, je ne sais pas comment je pourrais me comporter. 

TF : Après un an d’enseignement dans ce collège en ZEP, vous avez réussi à obtenir une mutation pour l’Académie Aix-Marseille. Si vous deviez garder un bon souvenir de cette année passée, lequel serait-il ?

J.R. : Malgré tout, j’ai eu de bons moments. J’ai toujours essayé d’intéresser mes élèves en leur parlant de choses qu’ils aimaient, comme les Etats-Unis par exemple. Et quand j’y arrivais – c’était quand même rare –, j’étais contente car je leur avais, au moins, appris quelque chose.

Propos recueillis par Stéphanie Marin.

ALLER PLUS LOIN :

La semaine de 4 jours épuise nos enfants.
Ados, bientôt fans de musées ?

Voir aussi :  education    danger   
 

Commenter

11 commentaires

ysabella - 23/03/10 18:26
Il faut bien du courage pour enseigner en général et plus encore dans ces ZEP où il parait difficile d'intéresser des enfants qui sont submergés par tant de problèmes qui ne sont pas les leurs. Peut-être serait-il nécessaire de repenser l'Education et d'offrir un enseignement plus adapté; ceci étant valable pour l'enseignement dans sa globalité. A quand de vraies réformes et des gens qualifiés pour les proposer?
isa169 - 24/03/10 13:33
c'est vrai qui dit ZEP dit parcour du combattanty pas évident dans de telles conbditions de faire son métier!!! enseigner c'est vraiment difficile dans de tels collèges!
massil08 - 24/03/10 16:35
bien vu ysabella c'est vrai qu'il faut porter plus d'attention à ce genre de colleges dans l'interèt des élèves et de leurs proffesseurs.
brownies1985 - 11/04/10 13:13
Sacré courage pour un jeune prof d'aller enseigner en ZEP. Je ne comprends pas pourquoi on les laisse aller là bas alors qu'ils n'ont pas encore d'expérience, juste pour combler les trous ...
caro77 - 11/04/10 14:13
Travailler en ZEP ne doit pas être facile. Bravo pour votre courage et votre patience avec des élèves pas toujours faciles.
caro77 - 11/04/10 14:13
Travailler en ZEP ne doit pas être facile. Bravo pour votre courage et votre patience avec des élèves pas toujours faciles.
tibo59134 - 11/04/10 20:51
Le travail en ZEP est vraiment difficile pour des jeunes professeurs qui ne sont pas toujours bien préparés à ce genre d'environnement
margotine622 - 11/04/10 21:02
Mouais , beaucoup d'a priori ...
votreop - 10/05/11 09:45
Là encore, tout le problème revient aux parents qui sont incapables d'éduquer leurs gosses. Ça s'apprend, le respect des autres; ça ne s'invente pas!
country33 - 09/07/12 08:53
C'est certaoin que les collège scomme ça non seulement ont un emauvaise presse , mais en plus il sont souvent en difficulté.
Fleurdesmontagn - 02/09/12 06:08
C'est vraiment très difficile pour un professeur de s'adapter avec des élèves pas très souvent faciles à éduquer! Le premier contact doit être très persuasif!

Rejoindre le Groupe

Entreprises partenaires

Fermer