Les grands prématurés à la traine à l’école ?

Les grands prématurés à la traine à l’école ?
Les grands prématurés rencontrent souvent de plus grandes difficultés que les autres enfants. Retards de développement, hyperactivité, déficiences intellectuelles… ces enfants nés trop tôt y sont particulièrement sujets, d’après une étude qui vient d’être publiée.

C’est une première : l’Institut National de Veille Sanitaire s’est penché sur le développement des grands prématurés (à savoir les bébés nés avant 33 semaines de grossesse). Conclusion : 40% d’entre eux souffrent de troubles du développement à l’âge de 6 ans, contre seulement 12% chez les enfants nés à terme. Des chiffres inquiétants, même si seulement 5%  des grands prématurés sont scolarisés  en classe spécialisée. Mais parmi les 95% restants, 18% redoublent au moins une fois. Les grands prématurés ont deux fois plus de chance d’être hyperactif ou de présenter des troubles émotionnels que les enfants nés à terme.

Aujourd’hui, 10.000 enfants, soit 1,3% des nouveaux nés, naissent chaque année en France entre le 5ème et le 7ème mois de grossesse. Leur arrivée prématurée s’explique par plusieurs raisons : le développement de la PMA (procréation médicalement assistée) qui favorise les grossesses multiples, l’activité professionnelle et le rythme de vie chargé des femmes, le recul de l’âge de la première grossesse et les progrès de la médecine favorisant la survie des prématurés.

Après leur naissance, les grands prématurés passent de nombreuses semaines sous assistance respiratoire et médicale afin de permettre d’achever la construction de leur métabolisme. S’ils restent en vie, cette grande prématurité peut avoir de lourdes séquelles sur leur développement, comme l’a bien prouvé l’étude de l’INVS.

Pour en savoir plus sur les prématurés et les recherches menées, lisez notre article sur la Fondation Premup.

ALLER PLUS LOIN :

Grossesse, toutes vos questions gyneco !

Combattre la mortalité maternelle au Burkina-Faso