Alcoolisme : l'Afssaps reconnaît les bénéfices du Baclofène

Alcoolisme : l'Afssaps reconnaît les bénéfices du Baclofène
L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé admet les bénéfices cliniques du Baclofène chez certains patients dépendants à l'alcool. Elle autorise désormais l'usage, « au cas par cas » de ce médicament normalement prescrit comme décontractant musculaire pour le traitement de l'alcoolisme.


L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a confirmé que de nouvelles données montrent des bénéfices cliniques chez certains patients souffrant d’alcoolo-dépendance obtenus grâce au Baclofène, un médicament qui favoriserait l’abstinence ou la réduction de la consommation compulsive d’alcool chez certains patients. Ce médicament, prescrit à l'origine en neurologie, est un relaxant musculaire, il est pourtant de plus en plus utilisé en France dans la prise en charge de l'alcoolisme. Néanmoins, l’Afssaps préconise un recours « au cas par cas », ainsi qu’une « adaptation posologique individuelle » pour limiter les effets indésirables, car, l’efficacité du Baclofène dans la prise en charge de l’alcoolo-dépendance, « n’est pas encore démontrée à ce jour », a indiqué l’autorité française.

L’Afssaps a cependant récemment autorisé la mise en place d’un « premier essai clinique en milieu ambulatoire », qui intégrera 320 patients, afin de tester l’efficacité du Baclofène par rapport à un placebo. De cette manière, il sera possible de déterminer la dose de ce médicament ayant une « efficacité et une tolérance acceptable », ajoute l’Afssaps. Par ailleurs, une actualisation des données inhérentes à ce médicament sera présentée dans un délai de six mois.

Alexandra Gil

(Source : ladepeche.fr)
Crédit photo : Creatas

VOIR AUSSI

Traitement de l'alcoolisme : le Baclofène est prometteur
Alcoolisme : les femmes ne sont pas épargnées
Le Baclofène, un nouveau médicament contre l'alcoolisme

L'alcool, plus dangereux pour les filles que pour les garçons ?

comments powered by Disqus