IVG : alerte sur les avortements répétés

IVG : alerte sur les avortements répétés
Un rapport publié mardi par le National Health Service britannique alerte sur la répétition de plus en plus courante de l'avortement. Les taux enregistrés par les experts font craindre que l'IVG soit en train de devenir un moyen de contraception.


Le National Health Service britannique a lancé mardi une alerte sur l’utilisation de l’avortement répété comme moyen de contraception. Dans un rapport, qui ne fournit pas les motivations des femmes qui se font avorter, l’organisme souligne qu’au Royaume-Uni, une IVG sur trois est répétée, montrant comme exemple les données de 2010, où 34% des avortements enregistrés ont été répétés. Il s’agit d’un phénomène en hausse, qui touche spécialement les femmes âgées de plus de 35 ans. En outre, cette tendance augmenterait avec l’âge : 44% de ces IVG sont enregistrées chez des femmes âgées de plus de 35 ans.

Quant à la France, un rapport de l’ORS de Bourgogne réalisé en 2005 fait un portrait plus proche du type de femme qui aurait tendance à répéter cette pratique : elle a généralement un nombre élevé d’enfants au moment de la première IVG, vit dans une situation de couple instable, avec une série de problèmes économiques liés au chômage. Les dernières statistiques françaises de l’Ined donnent un taux global de 35% d’IVG répétées, indiquant aussi que près de quatre femmes sur dix utiliseront l’option de l’IVG au moins une fois dans leur vie.

Alexandra Gil

Sources : National Health Service et Department of Health
Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Avortement : la « marche pour la vie » interpelle les candidats
Un professeur révoqué pour avoir montré une vidéo anti-IVG à ses élèves
Droit à l'avortement : l'Espagne fait marche arrière
Marine Le Pen : « il faut cesser de rembourser l’avortement »

comments powered by Disqus