L'Afssaps incite les femmes à faire retirer leurs implants mammaires PIP

Suite à la mort récente d'une femme décédée d'un lymphome et porteuse d'une prothèse PIP, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) conseille aux patientes portant le même type d'implants de consulter leur chirurgien afin de les faire retirer.


L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a décidé hier de changer ses recommandations concernant la gestion des cas de femmes porteuses d’implants mammaires de type PIP (Poly Implant Prothèse). En effet, selon les informations obtenues par Le Parisien, l'Afssaps « recommande aux patientes de contacter leur chirurgien afin de discuter de l'éventualité d'une explantation, même sans signe clinique de détérioration de la prothèse ».
L’agence a de plus fait savoir que le récent décès consécutif à un lymphome d’une femme de 54 ans porteuse d’une prothèse mammaire PIP « constitue en soi une donnée à considérer sur le plan épidémiologique ».  Ce changement de cap de l’Afssaps, qui avait dans un premier temps indiqué qu’il n’existait pas de lien entre lymphome et prothèses défectueuses, a de lourdes conséquences. Car pour Dominique Courtois, l'un des représentants des victimes, « cela change la donne » puisque « les femmes sont maintenant incitées à se faire retirer leurs prothèses ».
Rappelons qu’après avoir reçu plus de 2000 plaintes de femmes portant ces prothèses PIP, le parquet de Marseille a décidé il y a quelques jours d’ouvrir une information judiciaire pour « blessures et homicide involontaire » contre ces implants.

Consulter le dossier de l'Afssaps

Alexandre Roux

(Source : Le Parisien)
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Prothèses mammaires : Edwige, premier décès d'une victime PIP
Cancer du sein : les ablations mammaires en progression
Offrez-vous des seins plus gros et pas cher avec Groupon
Dépigmentation de la peau : l'Afssaps alerte sur les dangers