Sexe et sommeil : les liaisons vertueuses

Sexe et sommeil : les liaisons vertueuses
Sexe et sommeil : les liaisons vertueuses
Si faire l'amour et a fortiori avoir un orgasme détend et favorise le sommeil, bien dormir aiderait aussi inversement à bien faire l'amour... Le point sur vos nuits avec notre experte sexo Sophie Bramly.
A lire aussi
5 raisons de ne pas vouloir connaître le sexe de son enfant
News essentielles
5 raisons de ne pas vouloir connaître le sexe de son enfant


L'excuse la plus souvent avancée, à soi comme aux autres, pour ne pas faire l'amour est la fatigue. On sait comme la journée des femmes est active, entre vie professionnelle et vie domestique, et cela semble justifier l'excuse. Si la relation sexuelle n'est pas l'unique ciment du couple, si les arguments de bien-être qu'elle procure ne devraient être mis en avant (on ne saurait envisager de faire l'amour parce que les effets sur la santé sont positifs), il est malgré tout intéressant de noter quels liens vertueux tisse le sommeil sur l'acte sexuel.

Le département de psychologie de l'université fédérale de Sao Paulo, au Brésil, a récemment publié une étude sur les effets du sommeil sur le niveau de testostérone chez l'homme et la femme. Celui-ci augmente en dormant, alors qu'il diminue au stade éveillé.

Lorsque le sommeil est insuffisant, le taux ne remonte pas assez pendant la nuit et peut avoir un impact négatif sur la libido en général et l'érection en particulier. Le manque de sommeil peut faire baisser le taux de cette hormone – qui a aussi des effets protecteurs sur le cœur - de 10 à 15%, chez l'un et l'autre sexe. Privé de sommeil, un individu perdrait 4% de son potentiel de séduction et augmenterait son taux de cortisol de 37%. Or, les phénomènes sont en cascade, car c'est l'hormone du stress et, lorsque son taux augmente, celui de la mélatonine diminue, comme par un système de vases communiquants. La mélatonine est à la fois l'hormone du sommeil et celle qui contrôle le rythme des sécrétions hormonales. Ceci explique cela. Pour inverser la tendance, il faut pratiquer des activités qui font plaisir, qu'il s'agisse de chanter, danser, faire du sport… ou faire l'amour et dormir (l'orgasme multiplie par 5 le taux d'ocytocine, hormone de l'amour, et de la prolactine, qui détend et fait dormir).

À l'inverse, une nuit de sommeil suffisante réduit la tension, le stress, la frustration, le sentiment d'irritabilité et augmente le niveau d'énergie. Les effets sont si bénéfiques que les Anglo-saxons parlent de « Beauty sleep » (le sommeil rend beau). Mais qu'est-ce que bien dormir ? Le nombre d'heures varie selon les individus, on considère généralement que l'absence de somnolence dans la journée est un indicateur déterminant.

Comment bien dormir pour bien faire l'amour et inversement ? Il existe quelques règles simples à appliquer, comme d'éviter les excitants (café, thé …) quatre heures avant de se coucher, de cesser de manger deux heures avant, de vider la chambre à coucher du maximum d'objets et en particulier les appareils électriques, de masser son partenaire si l'envie de faire l'amour n'est pas là… Si les règles pèsent, il suffit de penser séparément les deux données : pour bien dormir, rien n'est plus salutaire qu'un orgasme (seul(e) ou à deux) ; pour bien faire l'amour il faut avoir bien dormi.

La preuve ? L'envie de faire l'amour au réveil, par exemple… Et comme le taux de testostérone de l'homme est au plus haut pendant les trois heures qui suivent son réveil, il est particulièrement performant. Par ailleurs, ceux qui font l'amour au réveil renforcent leur système immunitaire et sont plus optimistes tout au long de la journée.

Dormir et faire l'amour, voilà sans doute le meilleur moyen de renflouer les caisses de la sécurité sociale et de gommer le pessimisme des Français, tout en gérant égoïstement son plaisir...